Views
8 months ago

ICTjournal fevrier 2020

  • Text
  • Projet
  • Banque
  • Blockchain
  • Google
  • Chez
  • Explique
  • Technologies
  • Plateforme
  • Netzmedien
  • Suisse

36 nouveautés Office

36 nouveautés Office 365 est désormais disponible depuis le cloud suisse de Microsoft rko. C’est un nouveau frein à l’adoption du cloud par les organisations suisses qui tombe, en particulier pour les administrations publiques. Microsoft annonce qu’Office 365 est désormais disponible depuis ses centres de données dans le pays. Avec la suite bureautique, ce sont aussi les solutions Exchange Online, SharePoint Online, OneDrive for Business et l’outil collaboratif Microsoft Teams, qui profiteront d’un stockage local. Alpiq, Wincasa, le WWF Suisse, le canton de Bâle- Campagne et la ville de Zoug sont les premiers clients à employer les services cloud délivrés depuis la Suisse. «En tant qu’exploitant d’infrastructures critiques en Suisse, la sécurité de notre informatique et la protection de nos données sont bien entendu au centre de nos préoccupations. En utilisant les centres de données Microsoft en Suisse avec le stockage des données clients à l’intérieur des frontières nationales, nous allons faire progresser notre numérisation et utiliser les dernières technologies cloud au profit de nos employés, partenaires et clients», commente Dietmar Bettio, responsable IT du groupe Alpiq. 150 clients du cloud suisse La nouvelle intervient plusieurs mois après le lancement officiel du cloud suisse de Microsoft. Selon la firme, Image: KieselUndStein / iStock.com quelque 150 organisations suisses exploitent déjà les services d’Azure délivrés depuis les datacenters suisses, parmi lesquelles UBS, Swiss Re, Mobilière et plus récemment Zurich Assurance. «Evidemment, la sécurité et la protection des données sont nos priorités absolues. Le stockage de données confidentielles exclusivement à l’intérieur des frontières nationales complète très bien notre utilisation mondiale du cloud de Microsoft», explique Daniel Aepli, Strategic IT Asset Manager, Enterprise Transformation chez Zurich Insurance Group. La base de données MariaDB passe au cloud natif Protonmail s’enrichit d’un agenda ych. Base de données open source concurrente de My- SQL, MariaDB se décline dans une nouvelle version en mode cloud natif. La mouture Platform X4 introduit une architecture désagrégée et native pour le cloud à des fins analytiques, via une API compatible avec AWS S3 (stockage en mode objet). «Nous avons déployé une configuration à double stockage pour les données, à base de lignes pour les transactions et de colonnes pour les véritables analyses», précise Gregory Dorman, vice-président Systèmes distribués et Analytique chez MariaDB Corporation. MariaDB Platform X4 est une base unifiée et a aussi recours au stockage en mode bloc. A l’instar des capacités de certaines bases de données propriétaires, les applications tournant sous MariaDB pourront bénéficier de véritables analyses avant, pendant et/ou après une transaction. La version X4 de MariaDB rationalise l’utilisation conjointe des moteurs de stockage transactionnels et analytiques. ych. L’éditeur de Protonmail franchit une nouvelle étape dans son projet de devenir une alternative complète aux services web du quotidien, en mettant l’accent sur la sécurité et la privacy. Après avoir lancé un webmail ultra sécurisé et entamé le développement d’un concurrent à Google Drive ou Dropbox (Protondrive), Proton Technologies annonce la bêta de ProtonCalendar. A l’instar du service mail de la start-up genevoise, ProtonCalendar ne stocke aucune donnée de façon lisible. Le titre, la description, l’emplacement et les participants des événements créés dans cet agenda sont chiffrés sur l'appareil avant de transiter vers les serveurs. Aucune tierce partie, y compris ProtonMail, n’est en mesure de voir les détails de ces événements. La bêta de ProtonCalendar va progressivement s’améliorer, avec la possibilité de partager son calendrier avec d’autres utilisateurs. Une app mobile sortira courant 2020. Février 2020 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

nouveautés 37 Les IBM Power Systems s’invitent sur Google Cloud ych. Google poursuit son offensive sur le marché des services cloud pour entreprises. Dernier effort en date: la disponibilité des serveurs IBM Power Systems sur la Google Cloud Platform. Jusqu’ici, Big Blue s’était réservé l’exclusivité d’une offre IaaS pour ses Power Systems. IBM Power Systems on Google Cloud cible les entreprises souhaitant moderniser leur infrastructure en leur permettant de déplacer les charges de travail existantes des système hérités vers le cloud. L’offre cible également les entreprises qui souhaitent continuer à tirer parti de leur infrastructure existante tout en bénéficiant en parallèle des avantages du cloud, notamment des services d’intelligence artificielle et de machine learning. «Vous pouvez exécuter des charges de travail d’entreprise comme SAP et Oracle sur les serveurs IBM Power auxquels vous faites confiance, tout en commençant à profiter de toutes les capacités techniques et des économies favorables qu’offre Google Cloud», explique Kevin Ichhpurani, vice-président de l’entité cloud de la firme de Mountain View. Dès 7500 dollars par mois Les frais d’abonnement sont facturés par IBM Power Systems et prélevés par Google, qui se charge aussi du support client. IBM Power Systems on Google Cloud est disponible sur la Google Cloud Marketplace. L’offre Starter Cloud est proposée pour 7500 dollars par mois. Cette offre de cloud hybride est un nouveau pion avancé par Google pour tenter de grappiller des parts de marché face à AWS et Microsoft Azure. La firme a récemment enrichi sa palette d’outils facilitant l’adoption de sa récente offre de cloud hybride (Anthos) et dégainé des solutions de connexion entre les environnements VMware et sa plateforme cloud. Rack de serveurs Power 8 d’IBM. L’iPhone comme clé de sécurité pour se connecter à Gmail Experience Manager décliné en SaaS ych. Goolge a annoncé que l’iPhone peut faire office de clé de sécurité pour utiliser l’authentification à deux facteurs afin d’accéder aux différents services de la G Suite. Déjà proposée depuis le printemps dernier pour les appareils Android, la procédure nécessite d’installer l’app Google Smart Lock. Les clés de sécurité sur iPhone sont compatibles avec les périphériques sous iOS, macOS, Chrome OS, de même qu’avec les laptops et PC Windows 10 équipés d’un navigateur Chrome. Une fois l’app installée et la validation en deux étapes activées pour le compte Google, l’authentification passe par connexion Bluetooth. Cette possibilité concerne aussi les entreprises, dans le cadre du programme de protection avancée. Dans la console d’administration Google, il convient de sélectionner un paramètre permettant aux employés d’activer la validation en deux étapes. Les périphériques iOS seront alors disponibles en tant qu’option pour les clés de sécurité. L’authentification à Gmail via l’iPhone passe par le Bluetooth. ych. La solution Adobe Experience Manager se décline sous forme de service cloud. Elle était jusqu’ici uniquement proposée on-premise ou en tant que service géré. La nouvelle offre SaaS permet de profiter des fonctionnalités de cette solution de gestion de contenus et d’actifs digitaux sans se soucier de la gestion des mises à jour. Les entreprises utilisatrices auront l’assurance de s’appuyer sur un environnement de production constamment maintenu, souligne l’éditeur. Le système de gestion de contenu d’Adobe Experience Manager promet d’accélérer la diffusion de contenu avec un système optimisé par des capacités d’IA. L’outil de gestion des assets digitaux permet de préparer, adapter et diffuser des contenus à différentes audiences via différents canaux. La solution propose aussi un outil de gestion de processus d’inscription et de formulaires en ligne. Adobe Experience Manager est issu du rachat, en 2010, de l’éditeur suisse Day Software. www.ictjournal.ch © netzmedien ag Février 2020