Views
1 year ago

ICTjournal juillet-août 2018

  • Text
  • Suisse
  • Entreprises
  • Netzmedien
  • Juillet
  • Ainsi
  • Microsoft
  • Notamment
  • Applications
  • Artificielle
  • Solutions

14 actuel De

14 actuel De l'hyperconvergence au RGPD au Bechtle IT-Forum Les 400 présents, le 29 mai, lors de l’événement romand du distributeur informatique Bechtle ont pu assister à des sessions très diverses, entre tech pure et sujets stratégiques, mais aussi vivre en direct l'annonce du départ d'Anne Bobillier, dirigeante historique de l'entreprise. Charles Foucault-Dumas Anne Bobillier, à droite, a annoncé lors du Bechtle IT forum, mardi 29 mai, à Lausanne, qu'elle cédait son poste à la tête de Bechtle Steffen Suisse Romande à Léo Prado, à gauche. Image: Cyril Zingaro Le 29 mai dernier, Bechtle organisait la troisième édition de son IT Forum. Près de 400 personnes, parmi lesquelles des collaborateurs, des partenaires et 270 clients avaient répondu à l’invitation de la filiale suisse romande du distributeur informatique allemand. Ravie, Anne Bobillier, responsable de Bechtle Steffen en Suisse romande depuis 15 ans, a profité de cette large audience pour annoncer qu'elle passera les rênes, au 1 er janvier 2019, à Léo Prado, actuel responsable des ventes. Dans son pitch introductif, Anne Bobillier est également revenu sur le regroupement des cinq activités romandes du groupe à Morges et l’acquisition par Bechtle d’Evolusys, dont les dirigeants étaient présents. CEO de ce prestataire IT romand, Jean-François Saint- Pierre compte sur ce rapprochement pour accélérer sa croissance: «Bechtle est très matériels, logiciels et services infrastructure, nous apportons le côté applicatif, la partie consulting. Ensemble nous proposons des solutions de bout en bout et Evolusys va pouvoir bénéficier de la force commerciale de Bechtle en Suisse romande mais aussi à l’international.» Ralentir pour aller plus vite Ensuite, La table ronde intitulée «More speed for your business» a étonné l’auditoire. Ses trois participants ont poussé tout le monde à ralentir et à se mettre au test and learn plutôt qu’à innover, tête dans le guidon. Yves Karcher, ex-vice-président de Logitech invite ainsi les responsables IT «à jouer un rôle en facilitant la collecte d’insights. Les utilisateurs ne veulent pas de la technologie, ils veulent qu’on leur facilite la vie, et pour cela il faut prendre le temps de les observer.» Le public s’est ensuite réparti dans les différentes salles du SwissTech Convention Center pour assister aux sessions de leurs choix parmi les 20 proposées par Bechtle et ses partenaires (Microsoft, Citrix, Comsoft direct, Fujitsu, Adobe, Pure Storage...). «Toute le monde peut y trouver son compte tant la palette des thèmes traités est large», souligne Anne Bobillier. En effet, tandis que Michel Jaccard, associé chez Id est avocats, explique à une cinquantaine de personnes que leur entreprise devrait se doter d’un Data Protection Officer, qu’elle doive ou non se conformer au RGPD, de l’autre côté du mur, Christian Bocquet de Bechtle et Giuseppe Velletri d’HPE détaillent les dernières avancées de l’hyperconvergence. «Sur le championnat de F1, l’écurie Aston Martin-Red Bull Racing traite ses données de courses 4,5 fois plus vite depuis qu’elle est passée à Simplivity», s’enthousiasme l’expert en architecture virtuelle de Bechtle. Hyperconvergence qu’ont également choisi d’aborder VMWare, NetApp et Dell EMC, qui a notamment relaté comment, en deux ans, celle-ci a changé la vie de l’équipe IT de l’École Hôtelière de Lausanne en la libérant de son rôle d’intégrateur pour qu’elle puisse se concentrer sur les applications et les services rendus aux élèves. Détecter en amont les projets Les nouvelles approches de la cybersécurité de Sophos et de Cisco ont aussi attiré les curieux. Très raccords, le britannique et l’américain misent tous deux sur un «système de management unifié» face à la «diversité croissante des menaces» et «l’expansion de la surface d’attaque.» Croisée lors de l’une des pauses encourageant le networking et la visite des stands, Anne Bobillier nous a confié en quoi une telle journée permet à Bechtle de renforcer les liens avec ses partenaires, mais pas seulement. En regroupant ainsi toutes ces solutions et technologies, le spécialiste IT peut aussi «détecter en amont les projets des clients... voire les susciter.» juilletaoût 2018 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

actuel 15 Microsoft s’empare de la plateforme GitHub Microsoft a racheté la plateforme de collaboration et d’hébergement de code GitHub pour 7,5 milliards de dollars. Une acquisition qui renforce sa position auprès de la communauté stratégique des développeurs, qu'ils soient indépendants ou en entreprise. Rodolphe Koller Début juin, Microsoft a annoncé le rachat de GitHub pour 7,5 milliards de dollars. La plateforme de collaboration et d’hébergement de code est employée par plusieurs dizaines de millions de développeurs dans le monde, dont un nombre important d'entreprises. Avec cette acquisition, Microsoft renforce grandement sa position au sein de la communauté et de l’écosystème des développeurs. Soucieux de les rassurer, Microsoft promet que la plateforme conservera son ethos et qu’elle opérera de manière indépendante. «Microsoft est une entreprise orientée développeur et en joignant nos forces à celles de GitHub, nous renforçons notre engagement pour la liberté des développeurs, l’ouverture et l’innovation», commente Satya Nadella, CEO de Microsoft. Suite à l’acquisition, GitHub sera dirigée par Nat Friedman, une personnalité connue dans le monde open source, co-fondateur de Gnome, ancien CTO de Novell, fondateur de Xamarin et actuellement à la tête des services aux développeurs chez Microsoft. Aujourd’hui CEO de GitHub, Chris Wanstrath rejoint quant à lui Microsoft pour travailler sur des initiatives stratégiques. Une plateforme leader dans le développement Lancé il y a une dizaine d’années, GitHub a en quelque sorte créé sa propre catégorie de produits en misant sur l’open source et en proposant des outils de développement collaboratif et d’hébergement de code simplifiant le travail des développeurs. La société domine largement les concurrents qui se sont lancés sur ce créneau comme GitLab, Bitbucket (Atlasssian) ou encore Google (Cloud Source Repositories) et Amazon (AWS CodeCommit). Les chiffres de GitHub sont en effet impressionnants: 28 millions de développeurs travaillant sur quelque 67 millions de repositories (chiffre 2017) et dans plus de 300 langages, le plus populaire étant Javascript. GitHub a aussi su séduire des entreprises, puisque 1,5 millions d’organisations emploient aujourd’hui ses solutions dédiées sur site (GitHub Enterprise) ou en mode SaaS (GitHub for business). mains de Microsoft. Suite à l'annonce du rachat, le concurrent GitLab a ainsi vu de nombreux repositories affluer vers sa plateforme. Ces craintes sont sans doute exagérées car, depuis l’arrivée de Satya Nadella à la tête de l’entreprise, Microsoft a amorcé un virage important en direction de l’open source. En rejoignant la fondation Linux et en portant SQL Server sur cet OS. Mais aussi en publiant les codes sources de Powershell et de Visual Studio Code. D’autre part, le rachat de Linkedin par Microsoft il y a deux ans, montre la manière dont la firme de Redmond envisage de telles acquisitions. Certes, de nombreux ponts ont été construits entre le réseau social et les solutions business de Microsoft dans le domaine de la vente, mais les fonctionnalités et l'esprit de Linkedin sont restés relativement inchangés pour les utilisateurs. L’acquisition de GitHub n'en est pas moins un joli coup pour Microsoft, sachant le rôle central que joue le développement dans les transformations actuelles que connaissent les entreprises. «Aujourd’hui, chaque entreprise est un éditeur de software et les développeurs sont au centre de la transformation numérique; ce sont eux qui mettent en œuvre les processus et fonctions dans les organisations, du service client aux RH et du marketing à l’IT», commente la firme de Redmond dans son annonce. «Les développeurs continueront de pouvoir utiliser les langages, outils et systèmes d’exploitation de leur choix pour leurs projets, et déployer leur code sur n’importe quel cloud et n’importe quel appareil.» Satya Nadella, CEO de Microsoft Microsoft a changé Bien sûr, beaucoup de développeurs s’inquiètent de voir un de leurs principaux outils de développement passer aux Chris Wanstrath, CEO et co-fondateur de Github; Nat Friedman, responsable des services aux développeurs de Microsoft; Satya Nadella, CEO de Microsoft; et Amy Hood, Chief Financial Officer de Microsoft. www.ictjournal.ch © netzmedien ag juilletaoût 2018