Views
1 year ago

ICTjournal juillet-août 2018

  • Text
  • Suisse
  • Entreprises
  • Netzmedien
  • Juillet
  • Ainsi
  • Microsoft
  • Notamment
  • Applications
  • Artificielle
  • Solutions

16 XXXXXXXXXXX

16 XXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXX Low code, no code: créer des applications sans coder juilletaoût 2018 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

développement 17 Pour accélérer le développement logiciel, des outils apparaissent qui simplifient grandement la création d’applications, y compris par les noninformaticiens. Et demain, l’intelligence artificielle va-t-elle rendre toute programmation superflue? Rodolphe Koller Image: charles-deluvio / unsplash.com Les besoins applicatifs des entreprises ne cessent de croître. L’ensemble de leur chaîne de valeur, de la production à l’interaction avec la clientèle, voire leur offre ellemême reposent en grande partie sur des applications, susceptibles de jouer le rôle de véritables différentiateurs. Conséquence, les développements deviennent plus nombreux et stratégiques et les entreprises s’organisent – Agile, DevOps, Software Factory, etc. – pour accélérer leur production logicielle. En parallèle, le développement se démocratise. Premièrement, l’émergence de plateformes low code proposées tant par des pure players que par les grands éditeurs de logiciels, permet à des utilisateurs métier de créer euxmêmes des applications en s’épargnant l’apprentissage d’un langage de programmation... ce que certains appellent les citizen developers (page 18). Deuxièmement, pour attirer les développeurs et les entreprises sur leurs plateformes, les géants du cloud lancent sans interruption des frameworks, kits et autres templates pour simplifier la création et le déploiement d’applications avancées. Ces outils font qu’aujourd’hui des développeurs de tous niveaux peuvent créer des solutions dans des domaines émergents tels que l’intelligence artificielle ou la réalité augmentée (page 19). Troisièmement, les progrès du machine learning promettent de simplifier l’activité de développement. En profitant des millions de lignes de code hébergées dans GitHub ou StackOverflow, l’intelligence artificielle est déjà capable de suggérer aux développeurs des améliorations et lui proposer des briques de code à réutiliser. Et des projets de recherche laissent augurer de futures solutions de machine learning à même de générer du code par elles-mêmes voire à remplacer tout bonnement les programmes par des réseaux neuronaux (page 21). A l’occasion des 10 ans de GitHub, son CEO Chris Wanstrath prédisait ainsi que le fait de coder pourrait bientôt ne plus être nécessaire pour créer des logiciels: «Nous pensons que le futur de la programmation, c’est aucune programmation. Nous pensons que le codage autonome est quelque chose de bien réel». Un avis que ne partage pas du tout Marcel Salathé. Responsable de l’Extension School de l’EPFL, le spécialiste juge que l’avenir appartient à ceux qui sauront coder (interview en page 22). www.ictjournal.ch © netzmedien ag juilletaoût 2018