Views
1 year ago

ICTjournal juillet-août 2018

  • Text
  • Suisse
  • Entreprises
  • Netzmedien
  • Juillet
  • Ainsi
  • Microsoft
  • Notamment
  • Applications
  • Artificielle
  • Solutions

06 news Réforme en deux

06 news Réforme en deux temps: la révision de la LPD n’aboutira pas avant fin 2019 ych. Pour le Conseil national, il n’y a pas le feu au lac au regard de la réforme de la loi sur la protection des données (LPD). A la mi-juin, le National a entériné la scission du projet de révision en deux étapes, en ne donnant son aval qu’au volet le plus urgent de la réforme. En l’occurrence, La majorité du Conseil national a préféré temporiser et reporter le second volet de la réforme de la LPD. une étape qui vise à reprendre une directive européenne, entrant en vigueur le 1 er août, amenée à régler le traitement des données dans le cadre d’une poursuite pénale et de la coopération policière et judiciaire avec les pays membres de l’espace Schengen. La scission du projet doit encore être approuvée par le Conseil des Etats cet automne. De nombreux points sujets à débat Le reste du processus de révision de la LPD, dont de nombreux points sont encore sujets à débat, a été reporté et devrait se prolonger jusqu’à fin 2019. Des voix se sont exprimées pour souligner l’importance d’accélérer la réforme dans son ensemble, notamment du côté de la délégation socialiste. Et en avril dernier, 25 experts romands du numérique (avocats, entrepreneurs, professeurs…) s’inquiétaient du retard que prendrait la Suisse si ce planning était accepté. Selon eux, au-delà des aspects éthiques et citoyens, il en allait de la compétitivité économique de la Suisse. Fin mai, le Conseil fédéral avait admis ces risques. Des mises en garde qu’a donc finalement ignoré la majorité bourgeoise du Conseil national, qui a préféré reporter le second volet de la réforme qui vise à adapter l’ensemble de la législation à l’aune de l’UE et de son RGPD. Sélection des premières cyber-recrues de l’armée suisse Amag crée un lab pour co-innover ych. Pour la première fois, des recrues de l’armée suisse vont recevoir une instruction à la cyberdéfense. Durant les secondes écoles de recrues de l’année 2018, une formation pilote sera prodiguée à des jeunes amenés à être affectés à une cyberunité de l’armée suisse, qui réunira 100 à 150 professionnels de l’informatique et 400 à 600 miliciens. Les recrues seront sélectionnées d’ici début août. La formation durera 40 semaines (800 heures) et les participants pourront ensuite passer un examen pour obtenir un certificat fédéral de «Cyber Security Specialist». Les recrues pour cette cyber-instruction seront sélectionnées, notamment, parmi des profils de spécialistes ayant terminé leur apprentissage comme informaticien, médiamaticien et expert en TIC. Mais aussi parmi des étudiants en informatique et mathématiques, ainsi que des jeunes dotés de connaissances autodidactiques complètes dans le domaine. Pour ses spécialistes en cyberdéfense, l’armée suisse veut des personnes aux capacités de compréhension supérieure à la moyenne. ych. Après les banques BNP Paribas Suisse et UBS, ou encore les assureurs Helvetia, Generali Suisse et le Groupe Mutuel, c’est au tour de groupe suisse Amag de s’inscrire dans la tendance de l’open-innovation. L’importateur automobile a en effet créé son «LAB Innovation & Venture». Mis à la disposition de l’ensemble du groupe pour un traitement agile des projets, ce lab a aussi pour mission d’identifier les tendances de la mobilité et de collaborer avec les principales universités et les start-up suisses. La structure sera active dans des domaines comme la connectivité, le Mobility as a Service, les services E- Mobility ainsi que dans celui des modèles commerciaux électroniques de rupture, précise Amag. Dont le lab d’innovation, dirigé par Philipp Wetzel (CDO d’Amag Import depuis 2012), se penchera également sur les initiatives du groupe Volkswagen. juilletaoût 2018 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

news 07 Lenovo fournit à Migros des postes de travail prêts à l’emploi avec Autopilot de Microsoft ych. Des employés de Migros sont invités à mettre euxmêmes en service leur nouveau poste de travail informatique, dans le cadre d’un projet pilote mené avec Lenovo qui fournit les ordinateurs. Swisscom est aussi cité comme partnenaire technologique. Stefan Wysseier, responsable Workplace chez Migros, déclare: «Nous souhaitons aménager à l’avenir la mise à disposition de nouveaux postes de travail de manière plus simple, plus rapide et moins onéreuse, notamment pour nos succursales internationales.» Pré-affecter un périphérique Windows 10 L’installation du poste de travail sans avoir sur le moment recours au département IT est rendue possible à l’aide de la nouvelle technologie AutoPilot de Microsoft. Lenovo a été le premier fournisseur à annoncer le support de cette technologie ce mois d’avril. AutoPilot pour Windows 10 remplace le processus traditionnel de création d’images en tirant parti du cloud. Lenovo assure que la technologie simplifie ainsi les déploiements de PC et le travail des administrateurs IT, ces derniers pouvant pré-affecter un nouveau périphérique Windows 10 à un utilisateur spécifique. L’appareil en question est enregistré dans Azure Active Directory avant que son utilisateur ne le reçoive. Les périphériques sont aussi auto- Les employés de Migros pourront mettre eux-mêmes en service leurs nouveaux postes de travail Lenovo. matiquement pris en charge par une solution MDM telle que Microsoft Intune. La procédure automatisée prend en compte la gestion des applications et de tous les aspects de sécurité, indépendamment du lieu et du réseau de l’entreprise. IBM va fournir et opérer l’environnement IT d’Avaloq Equinix investit 51 millions en Suisse rko. IBM annonce une collaboration à long terme avec l’éditeur suisse de solutions bancaires Avaloq. Les services logiciels (SaaS) et d’outsourcing métier (BPaaS) d’Avaloq s’appuieront désormais sur le «Swiss Banking Cloud», un environnement fournit par IBM, composé d’un cloud privé en Suisse et de capacités cloud hybrides mondiales. L’exploitation de cette nouvelle infrastructure sera assurée par IBM, de sorte que le personnel des centres de données d’Avaloq à Zurich et Lugano rejoindra la multinationale américaine. Avaloq explique que ce transfert lui permettra de se concentrer sur l’innovation et le service à la clientèle. Le «Swiss Banking Cloud» devrait accueillir ses premiers clients suisses à partir du deuxième semestre 2018, tandis que les clients existants migreront vers la nouvelle plateforme au premier semestre 2019. Le changement de concerne pour l’heure que la Suisse. J. Hunziker, CEO d’Avaloq: «IBM est un partenaire de choix de par son expérience dans le domaine bancaire.» ych. Fournisseur international de datacenters, Equinix poursuit ses investissements en Suisse. L’entreprise consacre ainsi 51 millions de dollars dans le développement de son centre de calcul ZH5 à Zurich. Un investissement consenti par Equinix afin de répondre à la demande croissante en connectivité et collocation en Suisse. Equinix va s’atteler à l’extension du ZH5 jusqu’au premier trimestre 2019. Construit en 2013, le centre deviendra alors le plus gros centre de données d’Equinix à Zurich avec une surface totale de 7500 m 2 . Le ZH5 avait déjà eu droit à une extension achevée en juin 2017. Directeur général d’Equinix Suisse, Roger Semprini explique que ce nouvel investissement souligne l’importance de Zurich comme site stratégique pour les entreprises: «La Suisse est un marché clé pour Equinix qui enregistre une demande croissante en surfaces de centre de calcul.» www.ictjournal.ch © netzmedien ag juilletaoût 2018