Views
3 months ago

ICTjournal juillet - août - septembre 2020

  • Text
  • Solutions
  • Selon
  • Responsable
  • Ainsi
  • Septembre
  • Netzmedien
  • Juillet
  • Gestion
  • Suisse
  • Entreprises

40 emploi banque & IT

40 emploi banque & IT Vous n’aimez pas l’IT? Evitez de travailler dans une banque Si vous êtes embauché dans une banque, il y a une chance sur cinq que ce soit dans l’IT. Et si ce n’est pas dans l’IT, il y a tout de même bien des chances que l’on attende de vous des compétences informatiques. Explication. Rodolphe Koller La banque est de plus en plus un métier d’informaticien. Selon une enquête fouillée de Von Rundstedt, 20% des postes vacants dans les établissements financiers suisses concernent des profils dans l’informatique. C’est déjà la deuxième spécialité la plus recherchée par les banques et ce sans compter tous les spécialistes IT employés par les prestataires d’outsourcing externes. Pour les auteurs de l’étude, ces chiffres montrent combien les banques sont devenues des entreprises technologiques et qu’elles sont désormais en concurrence avec d’autres secteurs pour attirer les spécialistes dont elles ont besoin. POURCENTAGE DE POSTES VACANTS DANS LA BANQUE EXIGEANT DES COMPÉTENCES IT DE MANIÈRE EXPLICITE Aucune compétence IT mentionnée Compétences IT basiques (utilisateur bureatique, logiciel bancaire) Compétences IT avancées (expérience Excel, logiciels statistiques, etc.) Compétences IT professionnelles (programmation, machine learning, etc.) Compétences IT avancées dans 14% des profils Pa ailleurs, comprendre et manier les outils informatiques est aussi le lot des collaborateurs de la banque travaillant en dehors du département IT. Selon Von Rundstedt, qui a épluché 3200 offres d’emploi, un tiers des profils métier recherchés par les banques suisses mentionnent explicitement des aptitudes informatiques. Dans la plupart des cas, les établissements souhaitent que les employés sachent se servir des solutions bureautiques et des logiciels bancaires, mais dans d’autres cas, elles cherchent des compétences plus pointues. Ainsi, les financiers et consultants ne sont plus les seuls à devoir manipuler des données. Plus d’un poste sur dix dans le marketing et les RH exige aussi cette aisance avec les data et les outils d’analyse. Compétences numériques peu demandées La demande est en revanche bien moins importante pour les compétences numériques. Hormis les offres pour des postes dans le marketing ou le consulting interne – bien souvent dévolu aux projets d’innovation et de transformation – , rares sont les annonces focalisées sur les offres digitales ou exigeant de l’expérience dans le domaine. Pour les auteurs de l’étude cette absence signale que la transformation numérique est encore considérée par les banques comme un sujet essentiellement technologique, qui peine à gagner le côté business des organisations. L’analyse a toutefois ses limites, car les compétences numériques – mêlant technologie, business ou encore gestion du changement – sont difficiles à cerner, à évaluer, et donc à exiger dans une offre d’emploi. Relation client Règlementaire, audit, risque Middle & Back Office Gestion de portefeuille, conseil Spécialistes crédit Services corporate (y.c. marketing) Support & formation Finance & controlling Projets & organisation Ressources humaines Consulting Courtiers introducteurs & trading 84% 14% 57% 20% 9% 14% 55% 37% 7% 51% 75% 19% 22% 24% 8% 52% 73% 24% 16% 24% 8% 29% 33% 36% 42% 25% 24% 9% 47% 41% 12% 35% 4% 35% 26% 59% 18% 15% 8% Source: Von Rundstedt, 2020 (données collectées en décembre 2019) juilletaoûtseptembre 2020 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

Perspectives positives pour les freelance actifs dans l’IT cwa-rko. Comment les choses fonctionnent-elles en tant que freelance dans le domaine IT en Suisse? Pour y répondre, la société de recrutement Gulp a sondé 440 indépendants actifs dans l’IT et l’ingénierie. Et d’après les résultats, les choses fonctionnent plutôt bien en tant que freelance dans l’IT. En moyenne, les indépendants suisses du secteur des TIC ont touché un salaire horaire tout compris de 152,01 francs, un montant proche de celui de l’année précédente (151,97 francs). Près de la moitié des participants à l’étude ont cependant facturé moins de 140 francs par heure. La moyenne est donc tirée vers le haut par les personnes très bien rémunérées. NOUVEAU DANS LA GAMME : MobilePro élargit l’assortiment pour vous en caméras de documentation ELMO Dans l’IT, de nombreux indépendants ont une charge de travail supérieure à 100%. Demande en hausse, occupation élevée Gulp s’attend à une légère baisse du salaire horaire moyen à court terme, mais à des rémunérations élevées à moyen et à long terme. Une progression liée d’une part à la crise du coronavirus qui entraîne des licenciements dans l’informatique se traduisant à leur tour par une demande accrue en travailleurs indépendants. Et d’autre part à la progression du numérique qui va également stimuler la demande. Selon l’étude, les freelances suisses dans le domaine IT et de l’ingénierie sont bien à très bien occupés. Près d’un sondé sur deux déclare avoir été actif plus 200 jours sur des projets facturables sur un an. Si l’on y ajoute les autres activités nécessaires effectuées par les indépendants (formation continue, administration), on arrive rapidement à 240 jours de travail ou plus. En d’autres termes, de nombreux freelances ont une charge de travail supérieure à 100%. La perte d’un emploi pousse les seniors à devenir indépendants Près d’un tiers des personnes interrogées citent le désir d’indépendance comme motif de l’activité freelance. La perte d’un emploi permanent est également une raison fréquente, en particulier chez les indépendants de plus de 50 ans. Gulp estime que ce motif de se mettre à son compte va encore augmenter dans le contexte de la crise, tant chez les seniors que chez les spécialistes plus jeunes. www.mobilepro.ch www.ictjournal.ch © netzmedien ag