Views
3 months ago

ICTjournal juillet - août - septembre 2020

  • Text
  • Solutions
  • Selon
  • Responsable
  • Ainsi
  • Septembre
  • Netzmedien
  • Juillet
  • Gestion
  • Suisse
  • Entreprises

06 news Manor:

06 news Manor: licenciements et accélération de la transition vers le digital ych. Le futur de Manor passe par le développement de son offre omnicanal et par une forte accélération de ses initiatives basées sur le digital. Une stratégie qui repose notamment sur le développement de son activité e-commerce. Ce plan inclut une réorganisation et des licenciements. 476 postes seront supprimés au total: 91 postes au siège de l’entreprise à Bâle et 385 postes dans les grands magasins. «La crise due au coronavirus a durement touché le secteur Non-Food au sein du commerce de détail, mais elle a aussi eu un effet catalyseur. L’accélération enregistrée par nos activités d’e-commerce correspond à une évolution de deux ans», explique Jérôme Gilg, CEO de Manor. La chaîne de grands magasins veut aujourd’hui poursuivre sur cette lancée et s’est fixé comme objectif de multiplier par cinq la part actuelle du commerce en ligne d’ici à fin 2024. Pour ce faire, Manor va notamment lancer sa propre place de marché en ligne au cours du quatrième trimestre 2020. Cette marketplace va se concentrer en priorité sur les parfums, ainsi que pour les produits de mode, de ménage et pour la maison. Pour concrétiser ses ambitions dans le commerce en ligne, Manor va faire appel à l’expertise de Stefan Wetzler: l’actuel responsable de Lidl Digital va occuper le poste de Chief Digital Officer (CDO) dès le quatrième trimestre. Manor compte par ailleurs simplifier le processus de commande en ligne faite en magasin, à l’aide d’une fonction de paiement en caisse ou via tablette. Un projet de simplification du service de collecte en magasin (Click&Collect) est également au programme. La chaîne de grands magasins va supprimer près de 500 postes. (Source: Manor) Ces technologies boostées par la crise pandémique Nouveau Centre suisse pour la cybersécurité ych-swa. Malgré la pandémie de Covid-19, certains secteurs tirent leur épingle du jeu dont la robotique, la réalité étendue et les wearables. Selon ABI Research, le marché de la robotique est dopé par la demande du service public pour des usages dans la santé, la sécurité et la logistique. Les drones commerciaux tirent particulièrement leur épingle du jeu: plus de 70000 unités devraient être écoulées en 2025, au lieu d’environ 30 000. Les ventes de matériel et de logiciels de réalité virtuelle, augmentée et mixte destinés au grand public devraient quant à elles atteindre un volume de 6,9 milliards de dollars en 2020, un chiffre supérieur de 0,6 milliard aux estimations précédentes, explique l’analyste de marché Superdata. Enfin, selon Globaldata, les wearables connaîtont une croissance de 137% jusqu’en 2024. Les montres intelligentes devraient prendre leur essor, surtout dans le secteur de la santé. Ce marché, qui représentait 27 milliards de dollars en 2019, pourrait atteindre les 64 milliards de dollars d’ici 2024. Malgré la pandémie, les marchés de la robotique, de la réalité étendue et des wearables devraient croître. swa. Le Centre national pour la cybersécurité (NCSC) est actif depuis le 1 er juillet. Destiné à devenir le premier interlocuteur pour les milieux économiques, l’administration, les établissements d’enseignement et la population pour toute question relative à la cybersécurité, il est également responsable de la mise en œuvre de la stratégie nationale pour la protection de la Suisse contre les risques cybernétiques (SNPC). Le nouveau centre, conçu pour fonctionner comme un guichet national pour les annonces d’incidents et les questions concernant les cyberrisques, s’appuie sur les unités spécialisées existantes. Ainsi, la Centrale d’enregistrement et d’analyse pour la sûreté de l’information (MELANI) intègre le NCSC avec l’équipe d’intervention en cas d’urgence informatique (GovCERT) en tant que service spécialisé. En outre, le NCSC met à la disposition des offices spécialisés un groupe d’experts chargé de les assister dans le développement et la mise en œuvre des normes en matière de cybersécurité. juilletaoûtseptembre 2020 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

news 07 Deux cantons recourent à la RPA pour les demandes de chômage ych. La pandémie de Covid-19 a fait exploser le recours au chômage partiel en Suisse, générant un pic inhabituel de demandes de réduction d’horaire de travail (RHT) auprès des offices cantonaux. Pour y faire face, les administrations d’Argovie et de Zurich ont fait appel à un robot logiciel (RPA). Basé sur la solution Intelligent Robotic Process Automation de SAP, qui puise dans l’IA et le machine learning, le robot automatise les différentes étapes du processus afin de garantir que les indemnités parviennent rapidement aux demandeurs. La solution numérise le processus jusqu’ici manuel de mise en lien des données entre les caisses de chômage et les systèmes du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) qui prend en charge les paiements. Un formulaire web a été développé pour l’occasion, regroupant les données dans des fichiers XML, à partir duquel le robot logiciel extrait les informations nécessaires. Ces dernières sont ensuite automatiquement introduites dans le système du SECO où les données pour le versement des indemnités sont enregistrées. à la montée en flèche des demandes de RHT reçues par l’administration zurichoise, dont le nombre est passé d’une dizaine à 30 000 par mois. Sachant que le traitement d’une demande nécessite en moyenne 25 minutes, augmenter le personnel n’aurait pas suffi à prévenir les retards de paiement des indemnités, souligne SAP Suisse. En collaboration avec le SECO, le service IT du canton de Zurich est parvenu à automatiser le processus en 14 jours, évitant tout retard. Le traitement d’une demande prend désormais 30 secondes. De 10 à 30 000 demandes mensuelles La solution également utilisée par le canton d’Argovie avait dans un premier temps été mise au point par l’Office des technologies de l’information et l’Office de l’économie et du travail du canton de Zurich, en collaboration avec le prestataire IT Prodyna. Il s’agissait de réagir rapidement La solution SAP Intelligent Robotic Process Automation sur laquelle est basé le robot logiciel des administrations des cantons d’Argovie et de Zurich. (Source: SAP) Publicité 100% swiss-made depuis 1985 > 12’00 spécialistes Abacus au sein de nos entreprises partenaires > 44’000 clients La référence suisse des logiciels de gestion financière abacus.ch