Views
9 months ago

ICTjournal mai 2020

  • Text
  • Ainsi
  • Collaborateurs
  • Netzmedien
  • Solutions
  • Entreprises
  • Juin
  • Suisse
  • Applications
  • Crise
  • Travail

24 distance au travail

24 distance au travail Des technologies pour contrôler la distance entre employés Le retour au bureau ouvre un nouveau débouché aux outils numériques: veiller au respect de la distanciation sociale sur les lieux de travail. De l’analyse de la distance entre individus dans les flux vidéo aux bracelets électroniques qui avertissent d’une trop grande proximité. Yannick Chavanne La start-up Landing AI a développé un logiciel capable de calculer combien de centimètres séparent deux personnes sur un flux vidéo. Dans l’attente d’un vaccin ou d’un traitement antiviral efficace, la lutte contre le Covid-19 passe essentiellement par les gestes barrières. Dont le respect d’une distance suffisante entre les individus. Une mesure qui doit s’appliquer dans la rue ou au supermarché mais aussi au sein des espaces de travail. Différentes technologies apparaissent dans l’objectif de maintenir cette distanciation sociale. Calcul de la distanciation en temps réel via des caméras Fondée par Andrew Ng, l’un des chercheurs en intelligence artificielle parmi les plus influents, la start-up Landing AI a ainsi levé le voile sur un logiciel capable de calculer combien de centimètres séparent deux personnes sur un flux vidéo. L’outil permet de monitorer la distanciation sociale en temps réel, des cadres verts ou rouges en surimpression venant signaler les personnes suffisamment éloignées ou au contraire trop proches l’une de l’autre. Landing AI précise que ce détecteur peut être intégré aux logiciels des caméras de surveillance en procédant à quelques réglages d’étalonnage. Il est aussi possible de paramétrer un système d’alarme afin de signaler quand des collaborateurs doivent prendre garde à respecter la distanciation. Forcément consciente que ce type d’exploitation des technologies de vision par ordinateur soulève d’importantes questions en matière de protection de la vie privée, la jeune pousse californienne tient à souligner que son système ne reconnaît pas les personnes. Et d’ajouter: «Nous invitons instamment toute personne utilisant un tel système à le faire dans la transparence et uniquement avec un consentement éclairé.» Des bracelets qui sonnent lorsque deux employés sont trop proches C’est un autre concept qui est testé du côté du port d’Anvers l’un des plus grand d’Europe, pour contrôler la distanciation entre les employés sur site. Les gestionnaires de l’infrastructure misent sur un nouveau modèle de bracelet électronique, le Romware Covid Radius, du fabricant local Rombit. Certains collaborateurs du port sont les premiers à utiliser ce dispositif qui veille à garantir la Le port d’Anvers mise sur un nouveau modèle de bracelet électronique pour veiller au respect de la distance sociale sur le lieu de travail. Image: Port d’Anvers distanciation sociale en émettant un signal lorsque des personnes s’approchent trop près les unes des autres. A l’instar des différents projets d’application de contact tracing (lire notre dossier sur le sujet), ce bracelet permet aussi le suivi des contacts. «En cas de contamination d’un salarié, un conseiller en prévention ou une personne de confiance habilitée peut vérifier avec quels collègues cette personne est entrée en contact afin d’éviter la propagation du virus», lit-on dans le communiqué du Port d’Anvers. Avant de souligner que le respect de la vie privée reste garanti, le dispositif n’envoyant à l’employeur aucune information sur la localisation du porteur ou toute autre donnée sensible. «Les activités de demain, respectueuses d’une distance physique d’un mètre et demi, s’appuient sur des outils fiables. Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour produire rapidement ce nouveau bracelet en quantité. Notre invention suscite déjà beaucoup d’intérêt à l’étranger», déclare John Baekelmans, CEO de Rombit. mai - juin 2020 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

distance au travail 25 Compter les clients en magasin, numériser les files Alors que la gestion des files d’attente se digitalise, entreprises et commerces mettent aussi en place des solutions de comptage automatique des personnes, un usage pour lequel la start-up romande Technis a rapidement adapté sa technologie. Yannick Chavanne Pour automatiser le contrôle des mesures de distanciation sociale, Migros, Aldi et Lidl font désormais appel à des solutions de comptage automatique des clients à l’intérieur des supermarchés. Un créneau sur lequel n’a pas hésité à rapidement s’engouffrer la start-up romande Technis. Fondée en 2016 et développant à l’origine une solution de terrains de tennis intelligents, cette spin-off de l’EPFL s’est ensuite réorientée en adaptant sa technologie à l’analyse en temps réel des flux de personnes. Notamment pour des usages dans les domaines de la sécurité (comptage de personnes) et celui de la santé (détection de chutes dans les EMS). Technis décline aujourd’hui une nouvelle fois son concept en proposant Stop&Go, qui permet aux commerces et entreprises de gérer les flux de personnes afin de faire respecter les mesures de distanciation liées à la crise pandémique. Développement en quatre semaines Destinée aux supermarchés, magasins, sièges sociaux (pour les sanitaires notamment), lieux publics, restaurants d’entreprise ou encore aux salles de sport, la solution se compose de tapis truffés de capteurs disposés à l’entrée et à la sortie du lieu à contrôler. Une borne d’affichage indique aux usagers, visiteurs ou clients si la voie est libre ou s’ils sont priés de patienter. Via le cloud, le dispositif Stop&Go est connecté à l’application Technis qui permet de paramétrer le seuil limite de personnes à ne pas dépasser. Joint par ICTjournal, le CEO Wiktor Bourée confie qu’il n’a fallu que quatre semaines pour développer cette nouvelle offre, à la fois sur le plan technique et au niveau du marketing. «Nous avions reçu de nombreuses demandes pour adapter notre technologie afin d’aider les entreprises à redémarrer leurs activités rapidement. Nos capteurs sont connectés à notre infrastructure cloud, laquelle permet d’être très réactif pour paramétrer et mettre à jour les systèmes. Pour ce cas d’usage, il est aussi nécessaire de mettre en place des bornes d’affichage, que nous pouvons intégrer au système à l’aide de modules Raspberry Pi», explique l’entrepreneur, en précisant que la demande est forte, en Suisse romande, outre-Sarine mais aussi en France. Le dispositif Stop&Go de Technis se compose de tapis connectés et d’une borne d’affichage qui indique s’il est permis d’entrer ou non. Digitalisation du distributeur de tickets à coups de code QR La limitation du nombre de clients en magasin a pour corollaire de créer davantage de queues qu’en temps normal. Pour compléter les outils de comptage automatique, les commerçants pourraient ainsi être intéressés par une solution de gestion des files d’attente. Vanksen répond à ce besoin avec l’application Smart Phil, mise à disposition gratuitement. Smart Phil digitalise en quelque sorte le concept des distributeurs de tickets d’attente. Avec ce système, les commerçants peuvent afficher un lien URL ou un code QR à l’entrée du magasin. Quand les clients scannent le code via l’app mobile ou saisissent le lien, ils reçoivent le numéro correspondant virtuellement à leur position dans la file. Quand leur tour arrive, une notification leur est envoyée. L’outil vise ainsi à faciliter le respect des mesures de distanciation sociale pour lutter contre la propagation du coronavirus. «Il suffit d’attendre votre tour, par exemple, dans votre voiture», suggère le site officiel de l’app. Gérer les flux de personnes permet de faire respecter les mesures de distanciation liées à la crise pandémique. www.ictjournal.ch © netzmedien ag mai - juin 2020