Views
1 year ago

ICTjournal mars 2019

  • Text
  • Produits
  • Faire
  • Selon
  • Ainsi
  • Netzmedien
  • Mars
  • Objets
  • Blockchain
  • Entreprises
  • Suisse

10 news Givaudan ouvre

10 news Givaudan ouvre un lab parisien pour réinventer l’industrie des parfums Fabien Jaunault, CIO de Givaudan, lors de l’inauguration de la Digital Factory. ych. Givaudan est bien décidé à réinventer la façon de créer des arômes et des parfums. En vue de concrétiser cette ambition, le groupe suisse a inauguré un lab d’innovation à Paris. Baptisée Digital Factory et située près du campus de start-up Sation F, cette structure est présentée comme un accélérateur de projets qui rassemble experts, partenaires et clients de Givaudan du monde entier. «Ces dernières années, nous avons réussi à exploiter le potentiel de l’intelligence artificielle, des big data et des nouvelles technologies. Grâce à notre Digital Factory, nous pourrons accélérer le déploiement des opportunités numériques et pénétrer de nouveaux marchés tout en continuant de façonner l’avenir de notre secteur d’activité avec l’introduction d’une expérience client d’un nouveau genre», résume Gilles Andrier, directeur général de Givaudan. L’ouverture de ce lab parisien marque la nouvelle étape des initiatives de transformation numérique, après le lancement d’un incubateur Food Tech à San Francisco. En parallèle, la concurrence ne croise pas les bras. A l’image de Firmenich qui, l’été passé, a ouvert à l’EPFL un laboratoire numérique dédié à l’intelligence artificielle au service de la création de fragrances et de goûts. Revenus publicitaires suisses: 40% tombent dans les poches de Google et Facebook cfd. L’année 2018 restera une année noire pour les revenus publicitaires des médias suisses, et la situation ne va pas aller en s’améliorant. C’est ce qui ressort de la dernière étude conjoncturelle du spécialiste de la recherche et du conseil en médias Publicom. Après les avoir vus passer de 2,21 à 2,04 milliards de francs entre 2016 et 2017, la quarantaine d’experts du secteur interrogés par le cabinet de consulting table sur un chiffre d’affaires d’un peu plus de 1,83 milliard de francs pour cette année. Le volume des recettes publicitaires en ligne poursuit, lui, la courbe inverse, passant de 1,98 à 2,1 milliards de francs entre 2016 et 2017 et estimé à 2,27 milliards pour 2019. Mais cet argent ne tombe que peu dans les poches des acteurs locaux. 70% de ces revenus en ligne seraient ainsi captés par des entreprises étrangères selon Publicom. En valeur et en considérant toutes les formes de publicité ce sont ainsi 4 francs sur 10 dépensés par les annonceurs qui rejoindraient les caisses des Google, Facebook et consorts. Soit une cagnotte de 1,6 milliard de francs sur un an. A l’international, Google loin devant Facebook Google et Facebook ont publié leurs résultats annuels. Côté revenus publicitaires, Google mène toujours la danse et de loin (116 milliards de CA en 2018), mais l’entreprise progresse sur ses autres activités (cloud, smartphone, enceintes connectées), ce qui fait diminuer la part de la pub dans ses revenus totaux de 86% à 85%. A l’inverse de Facebook dont les gains publicitaires représentent désormais 99% du chiffre d’affaires (contre 98% en 2018) et affichent une croissance insolente de 38%. Les annonceurs ne semblent pas s’émouvoir des scandales à répétition du réseau social. Captée à 70% par les géants du web, la publicité en ligne poursuit sa progression en Suisse. Mars 2019 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

news 11 Raiffeisen change d’avis et exploitera sa plateforme bancaire rko. Raiffeisen a achevé l’introduction de la plateforme bancaire Avaloq sur l’ensemble de ses sites. Un projet de migration gigantesque démarré en 2017 pour réunir 243 banques, 900 sites et 11 000 collaborateurs sur une même solution bancaire, et dans lequel la banque a investi environ 500 millions de francs. La migration de Raiffeisen terminée, se pose la question de l’exploitation et de l’évolution de sa plateforme bancaire et de l’avenir de la joint venture ARIZON Sourcing formée avec Avaloq dès 2014 précisément à cet effet. Fin 2017, les deux partenaires annonçaient qu’une fois le projet bouclé, Avaloq reprendrait les parts de Raiffeisen dans la coentreprise (51%). L’éditeur Avaloq devenant ainsi prestataire externe à part entière de la banque. «Grâce à la relation de confiance qui s’est instaurée, nous pouvons maintenant passer à une nouvelle phase. Nous pourrons dorénavant nous concentrer sur nos compétences clés: la banque pour Raiffeisen et la technologie et les services bancaires pour Avaloq», expliquait alors Patrik Gisel, CEO de Raiffeisen Suisse (il a quitté son poste en juillet 2018). Au final, les partenaires annoncent que c’est exactement le contraire qui se produira. C’est Raiffeisen qui va racheter les 49% d’Avaloq dans la coentreprise et qui développera et exploitera elle-même son système bancaire. «Une fois la migration terminée, nous souhaitons, pour des raisons stratégiques, que Raiffeisen Suisse soit capable à l’avenir d’exploiter et de développer elle-même la plateforme bancaire, contrairement à ce qui avait été prévu au départ», commente ainsi Rolf Olmesdahl, COO et membre de la Direction de Raiffeisen Suisse. L’informatique est-elle une activité clé pour un établissement bancaire ou faut-il au contraire en confier l’exploitation à un prestataire spécialisé? Une question cruciale en pleine numérisation du secteur, et pour laquelle la banque Raiffeisen a donc changé d’avis… «Nous souhaitons, pour des raisons stratégiques, que Raiffeisen Suisse soit capable à l’avenir d’exploiter et de développer elle-même la plateforme bancaire, contrairement à ce qui avait été prévu au départ.» Rolf Olmesdahl, Raiffeisen Suisse Publicité par net+ La téléphonie analogique raccroche définitivement. Avec les solutions professionnelles et locales business! par net+, vous téléphonez déjà en numérique. Votre opérateur sonne la fin de la téléphonie analogique ? Avec business! conservez votre infrastructure tout en passant au numérique. DÈS CHF /mois 78.- www.ictjournal.ch © netzmedien ag Téléphonie Internet Mobile 0848 530 540 business.netplus.ch Mars 2019