Views
1 year ago

ICTjournal mars 2019

  • Text
  • Produits
  • Faire
  • Selon
  • Ainsi
  • Netzmedien
  • Mars
  • Objets
  • Blockchain
  • Entreprises
  • Suisse

14 XXXXXXXXXXX

14 XXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXX Comment gagner de l’argent avec les objets connectés Image: allanswart / iStock.com Mars 2019 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

internet of things business models 15 L’internet des objets permet de développer de multiples sources de revenus pour l’entreprise: en monétisant des données, en participant à des plateformes, en augmentant les produits ou en vendant des abonnements. Davantage que des produits techniques, les objets connectés sont des modèles d’affaires d’entreprise. Rodolphe Koller Les objets connectés ne servent pas qu’à la maintenance prédictive et à l’amélioration de l’efficacité des chaînes de production. Beaucoup d’entreprises développent ou s’appuient sur des appareils dotés de capteurs et capables de communiquer pour générer de nouveaux revenus (voir graphique au verso). Basé à Genève, Mediterranean Shipping Company (MSC) a ainsi commencé à connecter 50000 de ses containers à l’aide de la technologie de Traxens. Cette start-up française collecte sur sa plateforme des données sur les conditions et situations de la cargaison (position, température, ouverture-fermeture, chocs et humidité) grâce à des dispositifs connectés fixés sur les containers. Traxens vend ces informations en temps réel sous forme d’abonnement aux entreprises propriétaires de la marchandise. «Les chargeurs veulent une visibilité et une compréhension du transport de bout en bout de leur marchandise», explique Thomas Nouvian, directeur adjoint de la business unit maritime chez Traxens. De leur côté, les transporteurs maritimes, tels que MSC, paient un forfait par container connecté et reçoivent un pourcentage sur les données vendues par Traxens. «C’est ce modèle d’affaires unique qui nous distingue de la concurrence», ajoute Thomas Nouvian. De fait, le business développé par Traxens réunit de nombreuses caractéristiques des modèles d’affaires répandus dans l’internet des objets: la monétisation des données, la participation à un écosystème et la commercialisation d’abonnements plutôt que de produits. d’abonnés mobiles au spécialiste de la navigation TomTom puis à l’Office fédéral des routes, Swisscom les propose aujourd’hui à des villes suisses, pour leur planification urbanistique. Le secteur énergétique est également prédestiné à développer des modèles d’affaires basés sur la commercialisation de données IoT. Avec l’arrivée des compteurs intelligents, les distributeurs électriques pourront proposer des informations à valeur ajoutée tant aux usagers euxmêmes qu’aux fabricants d’équipements domestiques. Des plateformes pour vendre des services Plutôt que de commercialiser des données, d’autres modèles d’affaires s’appuient sur les objets pour offrir de nouveaux services, notamment dans le secteur de l’assurance. Dans le domaine domotique, l’assureur Helvetia a ainsi créé début 2018 la start-up Mitipi qui a développé Kevin, un appareil simulant la présence d’une personne à domicile (lumières, sons), afin de dissuader les voleurs. La jeune pousse vient de lancer un «abonnement sécurité» combinant prévention (le simulateur de présence), détection (une caméra connectée) et assurance ménage, cette dernière étant fournie par smile.direct, filiale en ligne d’Helvetia. Dans le domaine de la mobilité, AXA Suisse s’est associée à ThinxNet, une jeune pousse allemande spéciali- La monétisation des données explique la proximité du domaine IoT avec le Big Data et le machine learning. Monétiser les données De nombreuses sociétés développent de nouveaux revenus en commercialisant les diverses données produites par les objets connectés. Rachetée il y a quelques années par IBM, la société américaine The Weather Company a ainsi créé un gigantesque maillage de stations météo détenues par des particuliers, qui livrent toutes les 5 minutes leurs données en échange de prévisions gratuites. Plus de 200000 senseurs participent à ce réseau mondial crowdsourcé, soit 100 fois plus que les sources publiques. Sur la base de ces terabytes de données, The Weather Company établit toutes les 15 minutes des prédictions à la demande qu’elle revend notamment à des compagnies aériennes ou – plus insolite – à des entreprises souhaitant déclencher leurs actions commerciales en fonction de la météo, par exemple des climatiseurs lors d’une canicule. Cette monétisation de la data intéresse aussi les opérateurs suisses. Après avoir vendu les données de localisation anonymisées provenant des téléphones de ses milliers «C’est notre modèle d’affaires unique qui nous distingue de la concurrence.» Thomas Nouvian, directeur adjoint de la business unit maritime chez Traxens www.ictjournal.ch © netzmedien ag Mars 2019