Views
1 year ago

ICTjournal mars 2019

  • Text
  • Produits
  • Faire
  • Selon
  • Ainsi
  • Netzmedien
  • Mars
  • Objets
  • Blockchain
  • Entreprises
  • Suisse

BEST OF SWISS WEB

BEST OF SWISS WEB NOUVELLE CATÉGORIE: DIGITAL COMMERCE 2019 VOTEZ POUR LE MASTER OF SWISS WEB 2019! DU 21 MARS AU 26 MARS, LES ABONNÉS À LA NEWSLETTER DE ICTJOURNAL SONT INVITÉS À PARTICIPER À LA DÉSIGNATION DU MEILLEUR PROJET WEB DE L‘ANNÉE. RENDEZ-VOUS SUR WWW.ICTJOURNAL.CH ET ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER JUSQU‘AU 20 MARS POUR FAIRE ENTENDRE VOTRE VOIX. WWW.BESTOFSWISSWEB.CH SPONSORS PARTENAIRES PARTENAIRES MEDIA

éditorial 03 Des objets qui transforment «Les objets connectés matérialisent les nouvelles responsabilités que le numérique fait peser sur l’entreprise.» Rodolphe Koller, rédacteur en chef Les objets connectés cristallisent plusieurs enjeux liés à l’essor du numérique au sein de l’entreprise et dans la relation qu'elle entretient avec ses clients et la société. Premièrement, ils posent la question de la conduite et de l’organisation des initiatives numériques. Davantage que des appareils techniques, les objets connectés sont surtout des modèles d’affaires dont le potentiel n’a d’égal que la complexité. Aux défis et innovations informatiques – senseurs, sécurité, connectivité, cloud, exploitation et protection des données – s’ajoutent ainsi des défis et innovations business. Il faut définir la ou les clientèles, les offres et leur mode de monétisation, il faut considérer les aspects légaux et l’impact financier, il faut peut-être nouer des partenariats et s’associer à des plateformes (pages 15-17). L’enjeu est de taille pour les entreprises: trouver les talents et définir des rôles – notamment des product managers – en charge de mobiliser ces diverses compétences pour les faire converger dans un modèle d’affaires cohérent et solide. Deuxièmement, les objets connectés matérialisent les nouvelles responsabilités que le numérique fait peser sur l’entreprise. En transposant les logiciels hors des ordinateurs dans le monde physique, les objets connectés transforment la nature du risque. Un bug dans une pompe à insuline à d’autres conséquences que dans une app de messagerie. Idem pour le fonctionnement opaque d’une intelligence artificielle équipant une voiture autonome ou une fuite des données personnelles collectées par un jouet connecté (page 23). Lorsque le numérique s’invite dans le monde réel, le dogme du «move fast and break things» s’avère particulièrement pernicieux. Les objets connectés sont au contraire l’occasion de développer une nouvelle manière de concevoir des produits faite de prévoyance, de privacy-by-design, de transparence, d’écologie, de souci d’apporter une expérience magique aux utilisateurs plutôt que de capter leur attention. www.ictjournal.ch © netzmedien ag Mars 2019