Views
3 weeks ago

ICTjournal septembre 2019

  • Text
  • Processus
  • Digital
  • Faire
  • Microsoft
  • Ainsi
  • Solutions
  • Netzmedien
  • Septembre
  • Entreprises
  • Suisse

14 innovation L’EPFL

14 innovation L’EPFL gagne l’accès aux systèmes d’informatique quantique d’IBM L’IBM Q Network fournit aujourd’hui des ressources d’informatique quantique à plus de 60 organisations. ych. IBM a sélectionné l’EPFL en tant que nouveau partenaire de son IBM Q Network, un réseau mondial d’entreprises, d’institutions académiques, de start-up et de laboratoires de recherche travaillant avec IBM pour faire progresser l’informatique quantique. En tant que partenaire, l’école polytechnique lausannoise aura un accès direct aux ressources du réseau et aux systèmes d’informatique quantique accessibles pour l’enseignement, ainsi que pour des projets de recherche visant à élaborer des applications quantiques. Une poignée d’autres institutions européennes ont également été nouvellement sélectionnées comme partenaires par Big Blue, dont deux universités finlandaises et l’université du Pays basque. La science quantique dans les programmes d’enseignement En collaborant étroitement avec l’IBM Q Network, le projet de l’EPFL consiste à mettre en place une vaste communauté de chercheurs, d’innovateurs et d’éducateurs en sciences quantiques. Les étudiants et chercheurs vont notamment puiser dans ces ressources dans le cadre d’un projet nommé «Edge-to-Cloud Digital Technology». Les progrès de l’ingénierie et de la science quantique seront en outre pris en compte dans les futurs programmes d’enseignement de l’EPFL. En outre, IBM précise que l’EPFZ va collaborer à des travaux de recherche communs avec l’IBM Q Network. L’objectif est entre autres de développer de nouveaux algorithmes quantiques pour le calcul de la structure électronique des molécules. Les banques centrales choisissent Bâle et Hong Kong pour innover ych. La Banque des Règlements Internationaux (BRI) crée un hub d’innovation visant à favoriser la collaboration des banques centrales dans le domaine de la fintech. Institution basée à Bâle se définissant comme la banque des banques centrales, la BRI va dans un premier temps ouvrir des centres à Bâle et à Hong Kong, respectivement en collaboration avec la Banque nationale suisse (BNS) et l’Autorité monétaire de Hong Kong (HKMA). Il est également déjà prévu d’ouvrir ultérieurement un centre à Singapour. Objectif: continuer à améliorer le fonctionnement du système financier mondial Ce hub a été pensé comme un pivot d’un réseau d’experts de l’innovation issus des banques centrales des pays membres de la BRI, est-il précisé dans des communiqués de la BRI et de la BNS. L’objectif annoncé consiste à acquérir des connaissances approfondies sur les développements technologiques déterminants pour les tâches des banques centrales. L’initiative a aussi des visées plus concrètes, avec le développement des biens et services publics dans le domaine de la technologie «afin de continuer à améliorer le fonctionnement du système financier mondial». La BNS assumera d’emblée un rôle actif «La BNS suit d’ores et déjà très attentivement les innovations technologiques dans le secteur financier et s’engage activement avec les autres banques centrales à identifier et à évaluer précocement les développements déterminants. La BNS continuera à intensifier ses travaux dans ce domaine et assumera d’emblée un rôle actif dans le hub d’innovation de la BRI», déclare Thomas J. Jordan, président de la Direction générale de la BNS. «La BNS suit d’ores et déjà très attentivement les innovations technologiques.» Thomas J. Jordan, président de la Direction générale de la BNS Septembre 2019 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

Nestlé et Panalpina s’intéressent à la blockchain pour la traçabilité Saisie mobile du temps de travail et des notes de frais ych. Panalpina s’intéresse de très près à la blockchain, se gardant toutefois de céder aux sirènes de cette technologie. Le groupe suisse spécialisé dans la logistique a pour ce faire étudié en détail les cas d’utilisation envisageables dans le transport de fret et la logistique avant de lancer des projets pilotes pour digitaliser le connaissement (bon de chargement) de fret maritime. «La blockchain n’est qu’une partie d’une vision plus large qui nécessite l’Internet des Objets (IoT) et des contrats intelligents pour exploiter pleinement le potentiel des chaînes d’approvisionnement de bout en bout, avec des effets bénéfiques sur les coûts et le temps», explique Luca Graf, responsable de l’innovation numérique chez Panalpina. Panalpina explore en outre d’autres applications potentielles de la blockchain. Engagée au Swiss Blockchain Hackathon dans la catégorie chaîne d’approvisionnement, une équipe de cinq développeurs IT de la multinationale basée à Bâle a travaillé sur une solution assurant la traçabilité et l’authentification des produits dans le secteur pharmaceutique. Pour ce faire, ils ont mis au point une solution logicielle servant à des applications disparates de créer et de partager (aussi bien entre entreprises et à l’interne) des données d’événements survenant le long de la supply chain. «La blockchain n’est qu’une partie d’une vision plus large.» Luca Graf, responsable de l’innovation numérique chez Panalpina La blockchain au service de la traçabilité du lait Optimiser la traçabilité avec la blockchain est aussi ce qui intéresse Nestlé. La multinationale suisse annonce un projet pilote avec la plateforme OpenSC. Joint-venture lancée par WWF Australie et le Boston Consulting Group Digital Ventures, OpenSC met la blockchain au service de la traçabilité en donnant le moyen de suivre les produits de leur origine jusqu’au consommateur. WWF Australie explique que l’objectif cette plateforme ouverte est d’aider les entreprises et les consommateurs à éviter les produits illégaux, nuisibles à l’environnement ou contraires à l’éthique, tout en améliorant la transparence de la chaîne d’approvisionnement. Le programme pilote initial de Nestlé a pour but de faire le suivi de lait produit dans des fermes néozélandaises et acheminé jusqu’aux usines et aux entrepôts de Nestlé au Moyen-Orient. La technologie sera par la suite testée avec de l’huile de palme. A noter que Nestlé mène d’autres projets blockchain depuis 2017, dans le cadre de l’initiative IBM Food Trust. Cette collaboration reste d’actualité. www.ictjournal.ch © netzmedien ag Accélérez vos processus de travail avec l‘app business AbaCliK et évitez les saisies multiples grâce à la synchronisation avec Abacus Business Software: • Temps de présence et de travail • Prestations, notes de frais et quittances • Données personnelles, jours de congés ou absences (ESS) www.abaclik.ch Téléchargement gratuit dans Apple App Store / Google Play Store Septembre 2019 Ecknauer+Schoch ASW