ICTjournal - 01/ 2021

  • Suisse
  • Entreprises
  • Ainsi
  • Netzmedien
  • Peuvent
  • Swiss
  • Exemple
  • Travail
  • Collaboration
  • Signatures

PUBLIREPORTAGE Le poste

PUBLIREPORTAGE Le poste de travail moderne et ses aléas Demain, le travail sera numérique, mobile et flexible. Beaucoup d’entreprises peinent cependant à mettre en place un tel environnement de travail. ARP vous éclaire sur les stratégies et solutions appropriées pour mener votre entreprise vers ce monde de demain. La façon de travailler des entreprises est en train de changer. De nombreux termes en vogue sont employés pour désigner ce changement: on parle notamment de place de travail 4.0, de Modern Workplace ou de New Work. Ces concepts partagent plusieurs caractéristiques, comme le fait que les jobs de 8h à 17h ne sont plus appropriés et que d’autres modes de travail se développent: télétravail, modèles flexibles, travail basé sur la confiance. Les besoins des collaborateurs et de la société ayant changé, les entreprises doivent repenser fondamentalement leur culture de travail. Depuis plusieurs années, les entreprises essaient de plus en plus d’adopter ces nouveaux modes de travail, mais elles rencontrent souvent des difficultés. Les idées et les projets sont nombreux, mais les réussites sont rares. Les défis résident notamment dans la planification, dans la mise en œuvre, mais aussi dans la compréhension fondamentale du concept de place de travail 4.0. Rien ne va sans l’IT La numérisation gagne du terrain à une vitesse inégalée, telle est la situation. Cette transformation promet davantage de rapidité, d’efficacité et de profit. Il est aujourd’hui possible de travailler où l’on veut avec peu ou pas d’effort. Les réseaux et les technologies nécessaires sont en place. Il en résulte des infrastructures plus modernes, tant au bureau qu’à la maison, des concepts de bureaux modernes et des méthodes de travail plus agiles. Ces développements ne seraient possibles sans une informatique efficace, qui fait face à des demandes croissantes. La numérisation facilite beaucoup de choses, ainsi, les systèmes informatiques sont aujourd’hui souvent plus simples à gérer. Mais, dans d’autres domaines, les efforts sont plus importants, par exemple dans l’acquisition de matériel ou la gestion des infrastructures. Efficacité et attractivité grâce au DaaS En raison de la rapidité des changements, le cycle de vie des appareils s’est raccourci. On parle maintenant de rythmes de trois à quatre ans, auxquels de nombreuses entreprises ne se sont pas encore adaptées. Elles ne remplacent pas assez rapidement les équipements qu’elles achètent, de sorte que le nouvel employé est obligé de travailler avec l’ancien ordinateur portable à double cœur (ou même le PC de bureau) de son prédécesseur. Non seulement l’appareil fonctionne plus lentement, ce qui coûte plus de temps à l’employé chaque jour, mais il est également moins à l’abri des attaques ou des erreurs de système. Un équipement moderne, en revanche, offre davantage de possibilités de travailler de manière sûre, flexible et efficace. Des cycles de remplacement plus brefs contribuent également à rendre les entreprises attrayantes pour les futurs employés potentiels, en particulier les jeunes talents. Se voir proposer un appareil obsolète, alors qu’ils disposent déjà des dernières technologies chez eux? Une situation peu envisageable pour qui souhaite atteindre et inspirer de nouveaux talents. L’infrastructure de l’entreprise moderne doit être à jour et facile à utiliser sans interruption. C’est la seule façon d’exploiter pleinement le potentiel des employés et de mettre en œuvre de nouveaux projets de Workplace 4.0, notamment dans le domaine de la collaboration. Le diable est dans les détails Pour une collaboration réussie, certaines conditions de base doivent être remplies, en particulier côté IT. Ainsi par exemple, les employés peuvent désormais travailler à domicile, mais que se passe-t-il s’ils ne peuvent pas imprimer une offre et la placer sur le bureau de leur responsable pour qu’elle la signe? Ce n’est là qu’un parmi les milliers de détails dont il faut tenir compte. Il en va de même pour les infrastructures sur site facilitant la collaboration, comme les salles de réunion. Si les employés passent dix minutes à mettre en place la technologie chaque fois qu’ils ont une réunion, un temps précieux est perdu – exactement le contraire de ce qui est visé. Comment ARP vous aide à développer une place de travail 4.0 En nous ayant pour partenaire, vous pouvez vous concentrer sur l’essentiel. En tant que fournisseur et revendeur de solutions, nous considérons qu’il est de notre devoir de traiter en détail les sujets et tendances actuels et même de penser plus loin que nos clients. De cette façon, nous sommes avec notre jeune équipe au plus près des dernières évolutions. Grâce à la collaboration avec nos clients, nous avons pu mettre en œuvre des projets partant de situations très diverses. Ils nous ont permis d’acquérir une grande connaissance et de développer les meilleures pratiques. Dites-nous ce dont vous avez besoin et nous vous fournirons la solution. Qu’il s’agisse de cloud, de signalisation, de matériel, de logiciel d’entreprise ou d’impression, nous avons les solutions adéquates pour amener votre entreprise vers la place de travail 4.0. Bâtissez dès à présent votre avenir avec nous. Contactez nos spécialistes et laisseznous vous conseiller individuellement. ARP Schweiz AG Silvio Defuns silvio.defuns@arp.com +41 41 799 08 32 Birkenstrasse 43B CH-6343 Rotkreuz www.arp.ch

udgets IT 11 Budgets IT en hausse, mais la moitié pour le run Selon une étude de Capgemini, 48% des entreprises des pays germanophones (Suisse, Allemagne, Autriche) augmenteront leur budget IT en 2021. Seul un franc sur deux ira toutefois à la modernisation ou au développement de nouveaux systèmes et applications. Rodolphe Koller Une entreprise sur deux va augmenter son budget informatique en 2021. C’est l’un des résultats préliminaires de l’enquête annuelle menée cet automne par Capgemini auprès de 144 décideurs IT en Suisse, en Allemagne et en Autriche. La plupart des entreprises qui n’augmenteront pas leur budget le garderont au niveau de 2020. Seules 15% des organisations réduiront les moyens financiers à disposition de l’IT. L’optimisme est donc de mise, mais à un niveau inférieur à celui d’il y a un an: à l’époque, deux tiers des responsables dans la région prévoyaient d’élever le budget IT. Selon l’enquête de Capgemini, les investissements IT iront notamment aux initiatives de numérisation, priorité de 87% des entreprises et administrations. Un résultat similaire à celui constaté dans l’enquête d’ICTjournal auprès des DSI romands à propos de leur agenda consécutif à la pandémie. Les autres priorités relevées par Capgemini concernent l’efficacité et la réduction des coûts. La moitié des budgets sert à maintenir l’existant Seule la moitié des budgets IT sera toutefois consacrée à de nouveaux projets, indiquent les responsables sondés par Capgemini. 27% des moyens financiers serviront à des projets de modernisation et 26% au développement de nouveaux systèmes et applications. Le reste sera consacré à maintenir l’environnement IT existant. Capgemini relève toutefois que les entreprises parviennent a dégager une part plus importante de leurs budgets IT pour les nouveaux systèmes. Selon le cabinet de conseil, les PME ont des coûts de maintien de l’existant plus élevés, en raison de leur plus faible utilisation des services cloud et d’un niveau d’automatisation inférieur. «Les budgets informatiques ont augmenté de façon presque permanente ces dernières années, mais la part des dépenses consacrées à l’environnement existant et aux nouveaux développements n’a guère changé. Afin d’obtenir une marge de manœuvre financière, les entreprises et les administrations devraient réduire leurs coûts pour l’existant – par exemple par l’automatisation et d’autres innovations. Ils peuvent ainsi réagir plus facilement aux changements du marché et développer leurs modèles commerciaux de manière plus visionnaire», commente Guido Kamann, directeur de Capgemini Suisse. «Les entreprises et les administrations devraient réduire leurs coûts pour l’existant.» Guido Kamann, Capgemini Suisse EVOLUTION DU BUDGET IT EN 2021 RÉPARTITION DU BUDGET IT 2021 ne sait pas en baisse stable en hausse 14.90% 27.30% 9.40% 48.40% Maintien des applications et systèmes existants Modernisation/renouvel -lement d’applications et systèmes Développement/ déploiement d’applications et systèmes (supplémentaires) 26.40% 27.00% 46.60% Source: Capgemini 2020 (région DACH, N=144) www.ictjournal.ch © netzmedien ag 01 / 2021