ICTjournal - 01/ 2021

  • Suisse
  • Entreprises
  • Ainsi
  • Netzmedien
  • Peuvent
  • Swiss
  • Exemple
  • Travail
  • Collaboration
  • Signatures

18 collaboration

18 collaboration Collaboration – l’humain au centre La collaboration doit accroître la productivité de l’entreprise grâce à des dispositifs et des outils modernes. Les infrastructures IT et les outils de communication jouent un rôle important, mais aussi le soutien actif de l’entreprise à l’égard de ses employés. Voici quelques conseils pour habiliter les employés et promouvoir la collaboration au sein de l’entreprise. Auteur Raphael Jöhren, Sales Consultant Digital Signage, ARP Suisse Source: Andrey Popov / AdobeStock Les places de travail sont de plus en plus modernes et numériques. Sans compter qu’avec les solutions mobiles et le télétravail, la place de travail ne se limite plus au bureau dans les locaux de l’entreprise. Ainsi, la façon dont les employés collaborent et communiquent entre eux se transforme. Il ne suffit pas de mettre quelques employés dans une salle de réunion et d’attendre d’eux qu’ils collaborent efficacement. Il faut la bonne infrastructure IT, les bons outils et les bonnes stratégies. Et, pour que la collaboration réussisse, l’humain doit être au centre de toutes ces considérations. Faire de l’espace La collaboration a besoin d’espace et c’est aux entreprises de le créer. Que ce soit dans des salles de réunion, des zones de rencontre au bureau ou des salles de vidéoconférence virtuelles, la collaboration dans l’entreprise nécessite une communication rapide et facile entre les employés. Pour les salles de conférence et les salles de réunion, il y a différentes exigences à respecter. Ainsi, les solutions de conférence doivent être aussi faciles à utiliser que possible - plug & play, pas de beamer au câblage compliqué, des téléphones de conférence ou des Smart Boards. L’acoustique est un autre point essentiel souvent négligé dans les salles de conférence. Le béton apparent et le parquet sont de bon goût, mais ils reflètent tous les sons. Il vaut donc la peine d’investir dans des plafonds acoustiques ou des meubles insonorisants si nécessaire. Une salle à l’acoustique agréable fait également meilleure impression auprès des partenaires et des clients. Mettre correctement les outils à disposition La tendance est claire: le télétravail et les sites de travail distribués sont là pour rester - même après la crise. Les entreprises s’adaptent à ce changement et fournissent aux employés toutes sortes d’outils. Mais, bien souvent, les dispositifs ne sont pas utilisés autant qu’on l’espérait, pour la simple et bonne raison que les employés ne savent pas comment les utiliser. Il ne suffit pas d’activer un logiciel: un onboarding complet est de prime importance lors de l’introduction de nouveaux programmes et services. Il est également utile de proposer des formations sur l’utilisation efficace des outils et de fournir aux employés une documentation et des instructions complètes. Ainsi, non seulement ils apprennent de nouvelles fonctions par euxmêmes, mais ils sont aussi capables de répondre aux questions éventuelles. Rendre les réunions plus efficaces Les réunions sont indispensables, mais elles peuvent rapidement consommer une grande partie de la journée de travail. Un concept de réunion efficace favorise la collaboration et permet de gagner du temps. 1. Fixez un ordre du jour et déterminez qui est responsable de quel point. De cette façon, chacun sait clairement pourquoi vous vous réunissez et comment il peut se préparer. 2. Pour assurer des meetingsfocalisés, permettez aux participants de bavarder pendant 10 minutes avant le début de la réunion. Pour les réunions virtuelles, allumez la caméra. Surtout maintenant que les gens travaillent de plus en plus souvent à domicile. Ce ne sont là que quelques moyens de mettre en œuvre efficacement la collaboration dans l’entreprise. Chaque organisation a des objectifs et des méthodes différents, mais ils ont tous une chose en commun: l’humain doit être au centre de tous les projets de collaboration. 01 / 2021 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

cloud confédération 19 Label Swiss Cloud et administration cloud-ready en 2025 Le Conseil fédéral a adopté la stratégie visant à permettre un usage extensif de clouds publics et privés dans l’administration. S’agissant d’un cloud suisse souverain, le projet pourrait prendre la forme d’un label plutôt que d’une infrastructure dédiée. Rodolphe Koller Le Conseil fédéral a adopté la stratégie cloud de l’administration fédérale. La Confédération compte profiter de services cloud pour soutenir la transformation numérique de l’administration, disposer de davantage d’options de sourcing IT, gagner en agilité et en vitesse, développer des plateformes extensibles et résilientes ou encore réduire les coûts. L’ambition, rendre l’administration fédérale cloud-ready dans les cinq ans: «D’ici 2025 au plus tard, l’administration fédérale aura la capacité globale de fournir des services IT combinant combinant des clouds privés et des clouds publics». La première étape consiste à permettre que l’administration puisse employer des clouds publics de façon ordonnée, sûre et efficace pour répondre à ses besoins urgents et ce dès 2022. Delivery, sourcing et gouvernance La stratégie cloud doit permettre à l’administration de disposer de multiples modes de delivery (services managés internes et externes, clouds privés, clouds publics , clouds hybrides) et d’options de sourcing (IT traditionnelle, cloud privé, cloud public, outsourcing classique). Les départements devraient pouvoir décider eux-mêmes sur quels clouds publics leurs applications peuvent opérer. La stratégie prévoit en outre une répartition des rôles et fonctions, notamment pour la gouvernance des environnements cloud. Un label plutôt qu’une infrastructure Swiss Cloud Le Conseil fédéral envisageait par ailleurs une option de sourcing complémentaire avec la création d’un Swiss Cloud garantissant la souveraineté du pays et dont pourraient également profiter d’autres administrations et entreprises. Une étude réalisée par le Département des finances conclut qu’une telle structure n’est pas nécessaire: «La nécessité d’un Swiss Cloud sous la forme d’une infrastructure technique indépendante de droit public et comme facteur de succès pour la place économique suisse n’est pas démontrée». En revanche, l’étude conclut qu’il y a un grand intérêt pour un label «Swiss Cloud» qui certifierait des services remplissant des exigences particulières en matière de souveraineté des données. Le Conseil fédéral a ainsi décidé d’évaluer et de mettre en œuvre un système de certification pour des services cloud. En outre, le gouvernement compte traiter et résoudre les problèmes juridiques et réglementaires qui se posent en lien avec l’utilisation des services cloud. Enfin, les autorités vont examiner l’interconnexion internationale et la participation de la Suisse à des initiatives européennes telles que GAIA-X. www.ictjournal.ch © netzmedien ag 01 / 2021