ICTjournal 02/2021

  • Suisse
  • Entreprises
  • Secteur
  • Netzmedien
  • Ainsi
  • Gestion
  • Technologies
  • Suisses
  • Doivent
  • Permet

06 actuel Digitec

06 actuel Digitec Galaxus et Competec comptent parmi les gagnants de la crise jor. Digitec Galaxus a engrangé 1,826 milliard de francs suisses en 2020. C’est 59% de plus que l’année précédente. Le grand magasin en ligne Galaxus a doublé son volume de ventes. Mais Digitec, spécialisé dans l’électronique, demeure la boutique du groupe qui enregistre le chiffre d’affaires le plus élevé, précise le communiqué. Digitec Galaxus a enregistré sa plus forte acquisition de clients dans les cantons latins. A Genève, en Valais et au Tessin, le chiffre d’affaires a augmenté de plus de 90% par rapport à 2019. Les autres cantons romands suivent de près. Les mesures de semi-confinement et le recours accru au télétravail ont stimulé l’activité du groupe. «2020 est une année incroyable dans un contexte de fou. Je suis heureux et fier que nous ayons pu faire face à cette véritable ruée», déclare Florian Teuteberg, CEO de Digitec Galaxus. Croissance record pour Competec Competec a également enregistré une croissance record pour l’exercice 2020. Propriétaire de l’e-boutique Brack. ch et du distributeur IT Alltron, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 1,026 milliard de francs suisses. Soit 27% de plus qu’en 2019. Un résultat qui a largement dépassé les attentes. La crise du Covid 19 a sans aucun doute joué en faveur du commerce en ligne, concède le CEO Martin Lorenz. Le groupe a engagé 140 personnes en 2020 et employait 920 collaborateurs en fin d’année. Le boom des commandes a constitué un défi pour Competec, qui a envoyé 3,2 millions de colis l’année dernière, soit une hausse de plus de 50% par rapport à l’année précédente. La société admet davantage de retards de livraison qu’en 2019. Un entrepôt de Digitec Galaxus, qui a augmenté ses ventes de plus de 90% par rapport à 2019. Image: Digitec Galaxus Nouveaux partenaires pour l’Ecole 42 de Lausanne Place de marché pour données agricoles ych. L’Ecole 42 de Lausanne a officialisé son lancement et accueillera 150 à 200 étudiants en octobre prochain. Basée sur un modèle d’apprentissage en «peer-to-peer», la formation dispensée par les écoles 42 est gratuite, participative, sans cours ni professeurs. L’Ecole 42 de Lausanne peut fonctionner grâce au financement d’acteurs du secteur privé. Infomaniak vient d’annoncer être de la partie. Le prestataire genevois soutient l’école financièrement et proposera des places de stages aux étudiants. La société romande d’e-commerce QoQa est elle aussi récemment devenue l’un des partenaires principaux. Outre la participation financière au projet, QoQa et l’Ecole 42 Lausanne organiseront stages et événements. Outre Infomaniak et QoQa, l’Ecole 42 de Lausanne peut aussi compter sur le soutien de Swisscom, Romande Energie, Open Web Technology et le Centre Patronal. «Nous avons déjà une excellente expérience avec des employés formés à la première Ecole 42.» Marc Oehler, CEO d’Infomaniak rko. L’Office fédéral de l’agriculture a lancé une application pour le partage des données agricoles intégrée à son portail en ligne agate.ch. Baptisée «Mon partage de données agricoles», la solution permet aux exploitants d’autoriser que leurs données soient partagées avec des tiers qui en font la demande – par exemple des organismes gérant des labels. Les organisations souhaitant accéder aux données agricoles doivent préalablement faire une demande, spécifier les données qui les intéressent et l’usage qui en sera fait, puis payer les émoluments correspondants. Les données proposées sont diverses (données sur l’exploitation, sur les animaux et les surfaces, sur les paiements, sur les livraisons, etc.) et accessibles au format CSV. Pour les exploitants, le principal bénéfice de la solution est de pouvoir donner un accès sécurisé et rapide à ces données à des partenaires de labellisation et d’autres organismes. 02 / 2021 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

actuel 07 Novartis continuera de miser sur le digital, mais sans Chief Digital Officer rko. Novartis donne raison à ceux qui estiment que le rôle de Chief Digital Officer est un poste temporaire destiné à disparaître une fois le numérique ancré dans la stratégie de l’entreprise. Le géant pharmaceutique a décidé que son entité digitale sera désormais intégrée aux shared services (qui comprennent l’IT) dans une nouvelle unité baptisée Customer and Technology Solutions. Bertrand Bodson quitte ainsi Novartis et le poste de Chief Digital Officer qu’il occupait depuis 2018. Depuis le 1 er février, c’est Robert Weltevreden qui dirige la nouvelle unité Customer and Technology Solutions. Weltevreden est à la tête des shared services de Novartis depuis 2018. Précédemment, il a occupé durant 10 ans divers postes de direction chez Syngenta, d’abord à la finance, puis aux business services. Durant les deux ans où Bodson a officié comme CDO, Novartis a beaucoup investi dans le digital, tant pour les opérations, que pour la recherche et le développement de produits. La firme a notamment ouvert un laboratoire d’innovation digitale à Paris, conclu des partenariats avec Microsoft et AWS dans le cloud et l’IA, ou encore lancé des apps pour la collecte de données ophtalmologiques ou les thérapies cognitive-comportementales. Poursuite de la stratégie digitale Et le géant pharmaceutique compte bien continuer, puisqu’il fait du numérique l’un des cinq piliers de sa stratégie. «Notre ambition est de transformer notre manière d’innover, de nous engager auprès de notre clientèle et d’opérer», explique Novartis dans son rapport annuel. La firme cite quatre champs d’action prioritaires: la mise à l’échelle de ses programmes de transformation numérique, le développement des talents et de modes de travail data-driven, les collaborations avec l’écosystème technologique, et la préparation à des scénarios disruptifs, tels que la gestion des maladies basée sur l’IA. Publicité Simplifiez-vous la vie Avec votre opérateur 100% local Combinez votre téléphonie fixe et mobile Des économies Une facture unique Des appels gratuits entre les réseaux fixes et mobiles Des conseillers dédiés aux PME 0848 530 540 business.netplus.ch