Views
7 months ago

ICTjournal 03/2021

  • Text
  • Selon
  • Outils
  • Applications
  • Technologies
  • Solutions
  • Ainsi
  • Containers
  • Netzmedien
  • Entreprises
  • Suisse

PUBLIREPORTAGE LA

PUBLIREPORTAGE LA TECHNOLOGIE AU CŒUR DE L’EXPÉRIENCE EMPLOYÉ Selon un rapport effectué par Pulse.QA et mandaté par Nexthink, l’importance d’améliorer l’expérience digitale, l’engagement et le bien-être des employés devient la priorité pour plus de 96% des sociétés interrogées en 2021. Aujourd’hui, la complexité de nos vies personnelles est simplifiée par de nombreux services digitaux et expériences utilisateurs ergonomiques, tous, rendus possible, grâce à la technologie. Cette expérience clients digitale est tellement ancrée dans nos mœurs, que nous nous attendons à avoir la même simplicité et à la même facilité d’utilisation dans notre monde professionnel. Malheureusement, nous travaillons encore souvent avec des processus complexes, sur des outils variés, silotés, voire redondants. Cet écart entre les attentes et la réalité peut mener à de multiples frustrations et à long terme, à une baisse d’engagement et de productivité chez les collaborateurs. Il est important pour toute entreprise de se concentrer sur des plateformes unifiées et des applications métiers leur permettant d’augmenter leur agilité en modernisant leurs processus. Il y a plus de douze ans, chaque département administratif avait ses propres outils, ses propres processus et gouvernances (IT, RH, finance, département juridique, etc.). Les collaborateurs se retrouvaient à devoir rentrer plusieurs informations en double, avec des points de contact différents, des processus de validation multiples et complexes. Le processus serait grandement simplifié si la demande se plaçait sur une plateforme unifiée et via des applications métiers dédiées. Le concept d’outils différents resterait, mais ceux-ci seraient désormais connectés par des plateformes sécurisées partageant les mêmes données. Que cela soit via un outil digital de communication et de collaboration adapté, des applications métier personnalisées ou des outils permettant aux collaborateurs d’automatiser par eux-mêmes leurs tâches répétitives, les outils digitaux contribuent grandement à la motivation, au bien-être et de ce fait à une meilleure productivité des employés. Selon Forrester, la productivité serait augmentée de plus de 10% avec les bons outils de collaboration. Le Centre pour le Dialogue Humanitaire l’a rapidement compris et mis en pratique. L’organisation a pour mission d’aider à prévenir, atténuer et résoudre les conflits armés par le biais du dialogue et de la médiation à travers le monde. Il compte aujourd’hui plus de 300 collaborateurs, qui travaillent dans 40 pays différents. Après l’adoption de Microsoft, Dynamics 365, pour leur permettre de gérer leur back office et administration, ils souhaitaient passer à une stratégie «paperless». Grâce à la recommandation de One Step Beyond (OSB), ils se sont tournés vers «Power Platform» de Microsoft. Cette plateforme leur a permis de centraliser les applications métiers dont ils avaient besoin pour plus de sécurité et pour plus de productivité. «Pour la réussite d’un tel projet, l’équilibre entre la gestion du changement et les attentes des utilisateurs finaux est crucial. Nous nous devions de mettre en place une solution sécurisée, avec une gouvernance adaptée, mais celle-ci ne devait pas non plus submerger nos utilisateurs finaux de trop de contraintes. OSB a bien compris ces aspects déterminants pour le projet et grâce à la prise en considération de ceux-ci, nous avons gardé la confiance de nos collaborateurs en nos applications, ce qui a permis un déploiement réussi au niveau global», souligne Marianna Zuin, Digitalisation Program Manager pour le Centre pour le Dialogue Humanitaire. En l’espace de quelques semaines, HD a déployé ses applications au niveau global. Ils ont rapidement constaté que leurs employés se sentaient satisfaits et effectuaient leurs tâches administratives rapidement, ce qui leur permettait de se concentrer sur leurs missions. «Nous sommes conscients que renforcer l’engagement, la productivité et la satisfaction employé ne passe pas uniquement par une amélioration des outils digitaux à leur disposition», souligne Anees Qureshi, CEO de One Step Beyond (OSB). «Mais en travaillant avec de multiples organisations suisses et internationales, nous avons constaté qu’améliorer l’expérience digitale entre l’entreprise et ses employés fait partie intégrante des stratégies RH visant à avoir un impact rapide et positif sur la collaboration, l’engagement, la productivité et la satisfaction des collaborateurs. La seule considération à avoir pour la réussite de tout projet, est une approche centrée sur les collaborateurs puis les processus et non l’inverse». Dans un monde où chaque entreprise se digitalise, les collaborateurs qui font l’expérience d’une technologie en phase avec leurs attentes, renforcent de manière positive, durable et globale leurs relations avec l’entreprise. Ces outils ont un potentiel théorique illimité, mais il est important, avant d’entreprendre cette transformation, de bien analyser les besoins réels des collaborateurs, de choisir la bonne plateforme, de définir le modèle de données et de gouvernance associé et en enfin, de miser sur une stratégie de gestion du changement pertinente centrée sur la mesure des bénéfices pour les collaborateurs. One Step Beyond Group Inspired by Cloud, Enabled through technology Route de Cité-Ouest 2 1196 Gland +41 (0)22 995 96 12 info@osb.group www.osb.group/ business-applications Pour toute information complémentaire, veuillez contacter Anees Qureshi

cloud 29 La crise pousse 90% des firmes à migrer plus vite vers le cloud L’adoption du cloud public augmente, notamment pour faire face à la crise sanitaire, selon le dernier State of the Cloud Report de Flexera. La gestion des coûts qui s’y rapporte pose d’importants défis: 30% des dépenses cloud sont en effet gaspillées. Yannick Chavanne L’adoption du cloud public continue d’augmenter, selon la dernière édition du State of the Cloud Report de Flexera. Ainsi, la moitié des workloads des entreprises se trouvent dans le cloud public. C’est un peu moins que l’année passée, mais cette part devrait progresser au cours des prochains mois pour atteindre 57% fin 2021, prédit Flexera. Le rapport indique que les PME ont davantage de workloads (près de deux tiers) dans le cloud public que les grandes organisations. Les entreprises de toutes tailles ont tendance à opter pour une stratégie multicloud et font appel, en moyenne, à 2,6 infrastructures de cloud public. Le coronavirus chamboule les plans L’étude montre en outre que la crise du coronavirus a un impact sur l’usage du cloud. Le télétravail demandant d’utiliser davantage d’applications SaaS, 90% des entreprises confient que leur recours au cloud est plus élevé qu’initialement planifié. Certaines firmes accélèrent la migration de leurs datacenters vers le cloud, notamment pour répondre à une réduction des effectifs IT, aux limitations d’accès à leurs installations sur site ou encore pour répondre aux retards de livraison de matériel. «A mesure que la pandémie suit son cours, certaines organisations peuvent également constater que les fournisseurs de cloud public offrent une option plus fiable pour la continuité des activités», font également observer les auteurs du rapport. Intérêt accru envers les PaaS Outre le recours accru aux SaaS et IaaS, les services PaaS font eux aussi l’objet d’une adoption croissante. Les solutions de data warehouse ressortent comme les PaaS les plus employés. Suivent les bases de données relationnelles en mode cloud et les Container-as-a- Service. Déjà utilisés par un peu plus d’un tiers des entreprises, les services PaaS de machine learning et d’IA sont ceux qui suscitent le plus d’intérêt: 46% des entreprises les expérimentent ou planifient d’y avoir recours. Les Disaster-Recovery-as-a-Service (DRaaS) suscitent aussi un intérêt important. L’écart se resserre entre AWS et Azure Du côté des fournisseurs de cloud public, le marché reste dominé par le trio Amazon Web Services (AWS), Microsoft Azure et Google Cloud Platform. Environ trois quarts des entreprises de toutes tailles font appel à AWS ou Azure. L’écart entre les deux leaders se resserre, puisque l’adoption d’AWS n’a presque pas changé en un an, tandis que celle d’Azure a augmenté de 10%. Moins de la moitié font appel au cloud de Google, mais un tiers affirme l’expérimenter ou planifie d’en utiliser des services à l’avenir. 30% des dépenses cloud sont gaspillées Les difficultés en matière de gouvernance, le manque d’expertise ou encore les aspects réglementaires font partie des défis du cloud les plus cités, selon l’étude de Flexera. Mais les principaux challenges sont la cyber- sécurité, suivie de peu par la gestion des coûts. Dans un contexte où le coronavirus pousse 90% des entreprises à basculer vers le cloud plus vite que prévu, celles-ci peinent à prévoir avec précision leurs coûts en la matière. Et le gaspillage des dépenses dans le cloud devient un problème de plus en plus critique. Les entreprises estiment que pas moins de 30% de ces investissements n’apportent pas les bénéfices escomptés, une proportion qui serait même sous-estimée, selon l’expérience de Flexera. Limiter le gaspillage des dépenses est au top MIGRATION Changement de plan d’utilisation du cloud public dû à la pandémie Utilisation nettement plus basse que prévu Utilisation un peu plus basse que prévu Utilisation un peu plus élevée que prévu Utilisation nettement plus élevée que prévu 29% 1% 9% 61% Source: Flexera, 2021 www.ictjournal.ch © netzmedien ag 03 / 2021