ICTjournal 03/2021

  • Selon
  • Outils
  • Applications
  • Technologies
  • Solutions
  • Ainsi
  • Containers
  • Netzmedien
  • Entreprises
  • Suisse

06 actuel Un datacenter

06 actuel Un datacenter d’OVH ravagé par les flammes ych. Un incendie a touché plusieurs datacenters de l’hébergeur OVHCloud à Strasbourg, mettant de nombreux sites hors ligne. Le datacenter SBG2 a été entièrement détruit. OVH possède trois autres datacenters sur ce site, qui ont été partiellement endommagés ou stoppés temporairement par sécurité. L’hébergeur français déclare servir 1,5 million de clients à l’échelle globale et possède 30 centres de données dans le monde, dont 15 en Europe. Pour les clients dont les serveurs ont été détruits, OVH leur a réservé des infrastructures sur d’autres sites. Les données de la campagne de vaccination ont eu chaud Selon les chiffres de l’outil de monitoring web Netcraft, l’incendie a coupé l’accès à environ 3,6 millions de sites web associés à 464’000 noms de domaine distincts. 18% des adresses IP attribuées à OVH ne répondaient plus. Certains des sites touchés sont gérés par le gouvernement français. C’est par exemple le cas du site data.gouv. fr, qui n’est toutefois pas resté longtemps hors ligne. L’incident a créé un vent de panique du côté du ministère français de la santé, puisque les données de la campagne de vaccination contre le Covid-19 étaient hébergées sur l’un des datacenters de Strasbourg. Aucune perte de données n’a été signalée dans ce cas. D’autres entreprises en ont toutefois déploré. De quoi illustrer l’importance de la mise en place de procédures de duplication des sauvegardes sur d’autres datacenters (du même hébergeur ou d’un autre prestataire), une mesure qui n’incombe pas par défaut à l’hébergeur. L’incendie qui a touché plusieurs datacenters d’OVH a coupé l’accès à environ 3,6 millions de sites web. Image: Pixabay.com Google remporte son combat judiciaire contre Oracle Un accélérateur pour les FemTech ych. La Cour suprême des Etats-Unis a rendu son verdict sur le litige qui oppose Oracle à Google, après pas moins de 11 ans de bataille judiciaire. Oracle exigeait une compensation de 9 milliards de dollars pour l’utilisation de code Java dans Android, système d’exploitation mobile développé par Google. Oracle avait acquis Java lors de son rachat de Sun Microsystems en 2010 et initié les poursuites la même année. La Cour suprême a finalement donné raison à Google. «La copie par Google de l’API Java SE, qui ne comprenait que les lignes de code nécessaires pour permettre aux programmeurs de mettre leurs talents accumulés au service d’un programme nouveau et transformateur, constitue un usage légitime», de l’avis de la Cour suprême. Cette dernière contredit des jugements en appel, qui avaient établi que l’exploitation d’API Java pour Android entrait dans le cadre de la protection du droit d’auteur. «Une grande victoire pour l’innovation, l’interopérabilité et l’informatique.» Kent Walker, responsable des opérations mondiales chez Google rko. En partenariat avec l’EPFL, le Groupe Mutuel a lancé un accélérateur pour les start-up actives dans les FemTech – les technologies destinées à la santé féminine. Baptisé Tech4Eva, le programme sélectionnera jusqu’à 15 jeunes pousses qui bénéficieront d’un accompagnement durant 9 mois, profiteront du réseau du parc de l’innovation de l’EPFL et pourront développer des projets pilotes avec le Groupe Mutuel. L’accélérateur devrait ainsi permettre le développement d’apps, plateformes et autres dispositifs offrant des solutions à des questions telles que la grossesse, la menstruation, la fertilité, la ménopause, la santé mentale ou la vie de famille. «Malheureusement, les thèmes propres aux femmes sont trop souvent oubliés dans le développement de solutions technologiques liées à la santé. Avec ce partenariat, nous souhaitons combler ce manque en Suisse», commente Thomas Boyer, CEO du Groupe Mutuel. 03 / 2021 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

actuel 07 Une cyberattaque contre SITA expose les données de 1,35 million de passagers rja/ych. SITA a confirmé avoir été victime d’une cyberattaque. Certaines des compagnies aériennes faisant appel à ses services avaient au préalable informé leurs clients d’un vol de données. Basé à Genève, SITA compte plus de 2500 clients dans 200 pays et territoires, indique le prestataire sur son site. Ses technologies sont utilisées dans 90% des activités aériennes mondiales. Dans son communiqué, SITA qualifie l’attaque de «très sophistiquée» et précise que les données stockées sur les serveurs de ses systèmes de gestion des passagers ont été compromises. Le prestataire a reconnu la gravité de l’incident le 24 février 2021 et informé les compagnies aériennes touchées. Le système de réservation de Star Alliance infiltré Le nombre de compagnies et de passagers concernés n’est pas précisé par SITA. Selon un porte-parole de Swiss contacté par le média alémanique 20 Minuten, les cybercriminels ont mis la main sur des données concernant 1,35 million de passagers de Star Alliance, alliance qui regroupe notamment Swiss et Lufthansa. Les attaquants ont eu accès aux numéros de cartes de service, aux statuts des passagers et, dans certains cas, à leurs noms. Les mots de passe et adresses électroniques ne seraient pas stockés sur ces serveurs. Les passagers concernés ont souscrit à des programmes de fidélité pour voyageurs fréquents. Selon les informations fournies par le groupe Lufthansa au site spécialisé Bleeping Computer, les pirates informatiques ont infiltré le système de réservation d’une compagnie aérienne asiatique membre de Star Alliance. Les clients du programme Miles & More de l’ensemble de l’alliance ont ainsi vu leurs données compromises. L’attaque a concerné les compagnies de Star Alliance, qui regroupe notamment Swiss et Lufthansa. Image: Pascal Meier / Unsplash.com La moitié des capacités de calcul d’UBS tournent dans le cloud Swisstopo ouvre l’accès à ses cartes rko. Près de la moitié de la puissance de calcul d’UBS est délivrée depuis le cloud, indique son responsable technologique Mike Dargan sur le site de l’établissement. La grande banque serait ainsi en avance sur son plan de migrer un tiers des applications vers le cloud privé et un tiers vers le cloud public d’ici 2022, le tiers restant continuant de tourner sur une infrastructure dédiée ou un mainframe. Le CIO ajoute que l’arrivée d’Azure sur sol suisse a débloqué beaucoup de business cases – plus de 600 composants technologiques d’UBS sont aujourd’hui hébergés dans le cloud public de Microsoft, et quelque 60 services Azure ont été intégrés à l’écosystème de la banque. Pour le CIO d’UBS, le cloud constitue un pilier de la transformation numérique de la banque et un facteur de différentiation. Il mentionne notamment le développement d’applications cloud native. Pour le CIO d’UBS Mike Dargan, le cloud constitue un pilier de la transformation numérique de la banque. kfi/ych. Entreprises et développeurs peuvent désormais librement puiser dans les cartes, photos aériennes et autres géodonnées de Swisstopo. L’Office fédéral de topographie a en effet mis à disposition, gratuitement, toutes ses données et tous ses services le 1 er mars 2021. Les données comprennent les cartes nationales numériques, les images aériennes, les modèles topographiques ou les données vectorielles géologiques. Hormis une référence à la source, aucune autorisation n’est requise et rien ne s’oppose à une utilisation commerciale. Les géodonnées de Swisstopo s’adressent en premier lieu aux utilisateurs professionnels. La suppression des anciens coûts d’acquisition et frais d’utilisation a notamment pour objectif de stimuler le développement de nouveaux services d’information. Les données sont disponibles dans un format lisible par les machines et peuvent donc être facilement intégrées dans des processus numériques. www.ictjournal.ch © netzmedien ag 03 / 2021