ICTjournal 05/2021

14 Le Digital Circle a

14 Le Digital Circle a remis son prix et rencontré trois start-up Le second Digital Award récompensant une équipe d’étudiants du master en systèmes d’information de HEC Lausanne a été décerné par les CIO du Digital Circle. Ces derniers ont aussi assisté aux pitchs en ligne de trois start-up prometteuses. Yannick Chavanne l’occasion de défendre leur projet respectif en présentiel face au Digital Circle qui, après une petite heure d’intenses délibérations, a décidé de récompenser l’équipe ayant répondu au challenge de la marque horlogère de luxe Audemars Piguet. Celui-ci consistait à identifier les configurateurs numériques qui permettraient à la marque de proposer des options de personnalisation de ses modèles. Les étudiants Maxime Dubi, Maël Maceiras, Loïc Rouiller-Monay et Adrian Sestan ont non seulement imaginé l’intégration sur le site web du fabricant d’un système de personnalisation visible en 3D, mais aussi une Les CIO du Digital Circle ont été séduits par un système de personnalisation holographique imaginé pour Audemars Piguet. De gauche à droite: Rodolphe Koller (ICTjournal), Loïc Rouiller-Monay (lauréat), Patrick Amaru (canton de Vaud), Maxime Dubi ( lauréat), Stéphanie Missonier (HEC Lausanne). Fruit de la collaboration entre ICTjournal et HEC Lausanne, le Digital Award 2021 a été remis mercredi 30 juin, lors d’un événement sans public mais qui a tout de même pu se dérouler en présentiel, à l’Université de Lausanne. Ce prix décerné par les responsables informatiques romands du Digital Circle récompense le projet le plus innovant imaginé par des étudiants du Master en SI de HEC Lausanne. En novembre dernier, huit groupes d’étudiants n’ont eu qu’une petite semaine pour imaginer une solution à un challenge proposé par une entreprise de la région. Une poignée de journées intenses consacrées à la créativité entrepreneuriale, conclue par la présentation des projets aux membres du Digital Circle, qui ont évalué les solutions pour sélectionner quatre groupes finalistes. Le Digital Circle séduit par un projet innovant et réaliste Après une attente de plusieurs mois, les finalistes ont eu expérience de personnalisation unique, en boutique ou lors d’événement, à l’aide d’un système holographique. «Le challenge que vous avez choisi était très ciblé et cela aurait pu être un désavantage. Mais vous avez su amener des éléments à la fois technologiques et innovants qui, selon le Digital Circle, ne sont pas de la poudre aux yeux. Votre proposition est pragmatique, concrète et semble tout à fait réalisable», a déclaré Patrick Amaru, chef de la Direction générale du numérique et des systèmes d’information (DGNSI) du canton de Vaud, avant de remettre le trophée aux lauréats. Les autres finalistes Une autre équipe finaliste a jeté les bases d’une application iPad visant à réinventer et numériser les instructions de travail de la chaîne de fabrication chez Medtronic. Une troisième équipe à explorer plusieurs pistes ingénieuses pour faire évoluer le business model de l’agence de création de contenu digital Messieurs.ch. Enfin, un quatrième groupe d’étudiants a imaginé une plateforme communautaire exclusive afin de doper la croissance de la clientèle de Supernova, une smartwatch de luxe. 05 / 2021 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

15 Rencontre en ligne avec Archlet, DataGalaxy et Decentriq Quelques semaines avant de remettre son prix aux étudiants de HEC Lausanne, les responsables IT du Digital Circle ont eu droit, jeudi 3 juin, à la présentation exclusive de trois jeunes pousses développant des technologies à la fois prometteuses et déjà passablement matures. Ce Digital Meet-up s’étant tenu en visioconférence, il n’a pas été propice à des échanges informels lors d’un apéro suivi d’un dîner, comme le veut le concept de ces rencontres initiées par ICTjournal en 2015. Mais pour les start-up, l’événement virtuel fut néanmoins une occasion précieuse de pouvoir pitcher en s’adressant à de potentiels prospects. Alors que de leur côté, les CIO ont profité de cette opportunité d’interroger – voire de challenger – ces jeunes entrepreneurs pour se forger une idée plus précise de la valeur de leurs technologies et solutions. Archlet: sourcing optimisé et data-driven La start-up alémanique Archlet a ouvert les feux avec sa solution d’optimisation des stratégies de sourcing et d’approvisionnement. «Ces processus reposent encore souvent sur plusieurs applications, l’e-mail et Excel notamment. La saisie manuelle est source d’erreurs et ces processus ne sont pas centralisés et peu collaboratifs», a fait observer Tim Grunow, cofondateur et managing director de cette spin-off de l’EPFZ. Avec la solution d’Archlet, les fonctions de sourcing et de négociation ciblée sont réunies au sein d’une même plateforme. Cette dernière s’agrémente en outre de capacités d’analytics intégrées pour prendre des décisions de sourcing fondées sur les données. Archlet a suscité la curiosité des CIO du Digital Circle. La séance de questions-réponses leur a entre autres permis d’apprendre qu’il s’agit d’une solution SaaS, basée sur Azure. Archlet, qui permet aux fournisseurs de lister leurs offres de façon automatisée, ne gère pas pour l’heure la complexité des appels d’offres publics via la plateforme simap.ch. DataGalaxy: la gouvernance des données en mode collaboratif Ce Digital Meet-up s’est ouvert à une jeune pousse française active non loin de la Suisse romande. Premier représentant hexagonal de ces rencontres, DataGalaxy a détaillé le fonctionnement et les avantages de sa plateforme de gouvernance des données centrée sur tous types d’utilisateurs. «L’enjeu aujourd’hui pour les entreprises n’est plus tant d’avoir de la data mais de disposer des bonnes informations pour traiter la data», a affirmé Lazhar Sellami, cofondateur et Chief Product Officer de la startup lyonnaise. Il convient de comprendre d’où vient la donnée, où la trouver et si elle est digne de confiance. Pour répondre à ces problématiques, DataGalaxy a mis au point un produit décrit comme un catalogue de données, destiné à tous les profils d’utilisateurs, avec un aspect user-friendly adapté aux non techniciens côté métiers. Tous les employés contribuent ainsi à la chaîne de valorisation de la donnée. Parmi les premiers utilisateurs de la solution en Suisse, l’un des membres du Digital Circle a témoigné de l’agilité des équipes de DataGalaxy, qui ont su ajouter des fonctionnalités supplémentaires à leur plateforme SaaS pour répondre à un besoin précis. Decentriq: la confidentialité des données en traitement garantie au niveau hardware Tout comme Archlet, Decentriq est basé à Zurich. Cette start-up s’est spécialisée dans l’informatique confidentielle et propose une plateforme cloud qui permet aux entreprises de combiner, analyser et partager des informations sensibles tout en maintenant leur confidentialité. Reposant sur la fonctionnalité Software Guard Extension de processeurs Intel (Intel SGX), la technologie fait office d’enclave sécurisée garantissant le chiffrement des données traitées. La solution trouve des applications dans plus d’un secteur d’activité, de la finance à la santé en passant par les assurances. Depuis Berlin, où la jeune pousse vient d’ouvrir un bureau, son Head of Business Development Pierre Cholet a présenté plusieurs cas d’usage dont celui promettant d’améliorer la détection des fraudes à l’assurance (déclaration d’un même sinistre à plusieurs assureurs): les données sensibles des clients et des sinistres peuvent être analysées en commun sans les exposer. Interrogé par les CIO, Pierre Cholet a notamment précisé que la solution est disponible par défaut en mode SaaS (sur Azure). Mais le client peut, s’il le souhaite, la déployer on-premise, en se dotant des nouveaux processeurs supportant la technologie Intel SGX. Organisé en ligne, le dernier Digital Meetup a permis au Digital Circle d’interagir avec des start-up proposant des technologies à la fois prometteuses et déjà passablement matures. La neuvième rencontre (depuis 2015) entre start-up et CIO du Digital Circle s’est déroulée en visioconférence. www.ictjournal.ch © netzmedien ag 05 / 2021