ICTjournal 06/2021

  • Wwwnetzmediench
  • Selon
  • Collaborateurs
  • Ainsi
  • Netzmedien
  • Suisse
  • Entreprises
  • Projet
  • Processus
  • Hybride
  • Travail

18 travail hybride

18 travail hybride sécurité IT Le télétravail a crispé la relation avec les équipes sécurité La double contrainte sécurité et productivité a crispé la relation entre les équipes informatiques et les employés travaillant à domicile. Des leçons à tirer pour les entreprises qui comptent pérenniser le travail hybride. Rodolphe Koller La tension entre les impératifs de productivité et de sécurité n’est pas nouvelle, mais elle s’est accentuée durant le passage généralisé au télétravail, comme en témoigne une méta-étude de HP Wolf Security (graphique après l’article). Employés fâchés Se retrouvant soudainement à travailler à domicile, les employés ont été exposés à la double contrainte. Celle du business et de leurs managers demandant qu’ils poursuivent leur travail autant que possible comme s’ils étaient au bureau. Et celle des équipes IT soucieuses que des intrus ne profitent d’environnements de travail moins protégés. Ainsi, nombre d’employés ont vécu les consignes sécuritaires comme des freins à leur travail et même une perte de temps. La moitié des collaborateurs les plus jeunes (18-24 ans) était plus préoccupée de répondre aux échéances business que d’exposer le business à une brèche et 31% ont tenté de contourner les consignes de sécurité. Equipes IT frustrées L’étude montre que les équipes IT n’ont pas été épargnées par la situation. La plupart d’entre elles déplorent qu’avec la pandémie la sécurité soit devenue une seconde priorité et se sont senties sous pression de faire des compromis pour privilégier la poursuite de l’activité. Considérant que le télétravail est une bombe à retardement en matière cyber, les départements IT ont pris des mesures, mis à jour les consignes et restreint l’accès à des sites web et applications pour les employés en télétravail. Et nombre d’entre eux ont vécu en retour la résistance de collaborateurs et le sentiment désagréable d’être les méchants. Ainsi, pour 80% des équipes IT sondées, la sécurité informatique est devenue une tâche ingrate. Les entreprises qui comptent pérenniser le travail hybride doivent sans doute aller plus loin et repenser leur approche de la sécurité du poste de travail à domicile. Aux responsables de ne pas se contenter de rajouter des restrictions et d’entendre les préoccupations des collaborateurs quant à leur productivité. DIFFÉRENTES PERCEPTIONS Equipes IT (en %) Employés (en %) Spécialistes IT estimant que le télétravail est devenu une bombe à retardement pour les brèches dans le réseau. 91 83 Spécialistes IT ressentant la pression de faire des compromis sécuritaires pour préserver la continuité de l’activité. 36 Employés ayant reçu une formation sur la protection de leur réseau à domicile. 37 Employés estimant que les consignes et technologies de sécurité sont trop restrictives. Un défi à relever pour le travail hybride Pour les auteurs de l’étude, les tensions et les risques peuvent dégénérer si le management n’intervient pas. Aux CISO donc d’user de leurs capacités de négociation, de communication et de management pour reconstruire le partenariat entre les équipes cyber et les collaborateurs. 80 Spécialistes IT jugeant que la sécurité IT est devenue une tâche ingrate. 48 Employés jugeant que les mesures de sécurité sont une perte de temps. Source: HP Wolf Security, 2021 06 / 2021 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

travail hybride produits 19 Les outils taillés pour le travail hybride se multiplient Les entreprises qui généralisent un mode de collaboration hybride, combinant employés à distance et au bureau, peuvent bénéficier de multiples outils et fonctionnalités notamment lancées par les principaux fournisseurs de solutions de collaboration. Florilège. Yannick Chavanne Figurant parmi les gagnants de la crise, Zoom semble bien décidé à surfer sur la vague du travail hybride. L’éditeur a ainsi dévoilé une fonctionnalité venant enrichir Zoom Rooms, son système proposant de la visioconférence intégrée entre participants à distance et collègues présents dans une salle avec caméras. Exploitant l’intelligence artificielle, Smart Gallery transforme automatiquement la prise de vue d’une seule caméra en plusieurs flux vidéo centrés sur chaque participant présent dans la salle. Microsoft prévoit d’agrémenter ses solutions pour salles de conférences Teams Rooms de fonctionnalités proches. D’abord via le suivi actif de ceux qui prennent la parole, en zoomant sur eux, à l’aide du captage de l’audio mais aussi des mouvements du visage. Un onglet personnel sera par la suite assigné à chaque participant. C’est aussi ce genre de collaboration hybride qu’une start-up genevoise souhaite rendre plus agréable avec un dispositif spécialement pensé à cet effet. Studio KOH a dévoilé un écran à 360 degrés, doté de quatre caméras grand angle couplées à des microphones de suivi de la voix. «Les images des participants en ligne sont répliquées de sorte que tous les participants puissent se voir. Dans un monde de travail hybride, il est entre autres nécessaire de garantir que chaque collaborateur reçoit toutes les informations dont il a besoin. C’est idéal pour une collaboration en mode hybride d’équipes de 5 à 20 personnes», explique à ICTjournal Raphaël Briner, cofondateur de Studio KOH avec Jean- François Groff. Interactions audiovisuelles asynchrones Slack (qui appartient depuis peu à Salesforce) entend de son côté améliorer la communication en visio en favorisant les interactions asynchrones. Les clips qu’il sera possible de publier dans les canaux Slack proposeront un moyen de communication audio et vidéo se voulant plus souple. «L’expérience de lecture des clips permet aux utilisateurs d’accélérer ou de ralentir le contenu, de lire la transcription, d’accéder à des enregistrements archivés avec des transcriptions consultables», met en avant le fournisseur. Réservation de bureaux non assignés Revenons à Zoom, qui surfe par ailleurs sur la vague du «hot desking», à savoir la mise à disposition de postes de travail non assignés. Pour les employés adeptes de flexibilité et ne se rendant au bureau que quelques jours par semaine, Zoom a dévoilé un outil servant à réserver des bureaux et des espaces à l’aide d’une carte interactive. Une IA s’occupe de fournir des recommandations pour ce service intégré aux appareils Zoom Phone et au logiciel Zoom Rooms. Là aussi, Microsoft suit le mouvement, par le biais de ses écrans Teams, qui intègrent une fonctionnalité de localisation et de réservation d’espaces de travail flexibles. Les employés peuvent réserver un espace depuis l’appareil ou à l’avance en utilisant Outlook ou le logiciel Teams. Améliorer l’organisation et la transmission d’information Aussi bien Google que Microsoft ont travaillé sur des moyens d’optimiser l’organisation de meeting avec des équipes hybrides. Le calendrier Google et celui d’Outlook offrent maintenant la possibilité d’indiquer où l’on travaille pour chaque jour de la semaine. Au besoin d’organisation des équipes dans un monde de travail hybride s’ajoute la nécessité de garantir que chaque collaborateur reçoit toutes les informations pertinentes le concernant, de la part des multiples départements de l’entreprise. C’est dans cet objectif que ServiceNow positionne la plateforme Employee Center. Personnalisable par le management de chaque service (IT, RH, juridique, etc.), ce portail intègre les informations en un seul endroit. «Les entreprises peuvent facilement regrouper les informations et les services dans des pages thématiques dynamiques et personnalisées, qui permettent aux collaborateurs de trouver facilement les réponses dont ils ont besoin», assure ServiceNow. www.ictjournal.ch © netzmedien ag 06 / 2021