Views
5 days ago

ICTjournal 07/2021

  • Text
  • Wwwnetzmediench
  • Contre
  • Solutions
  • Gestion
  • Selon
  • Technologies
  • Netzmedien
  • Faire
  • Entreprises
  • Suisse
  • Partage

14 événement

14 événement DataTrends 2021: donnée, culture, sécurité et qbits Organisé par le Groupe T2i en partenariat avec IBM, l’édition 2021 de DataTrends a été l’occasion de se plonger dans les tendances numériques d’aujourd’hui et d’après-demain. Florilège des interventions de la matinée auxquelles la rédaction d’ICTjournal a assisté. Rodolphe Koller Dans la plupart des organisations, les données, bien que présentes, sont en grande partie dissimulées et peinent à être exploitées. Après avoir fait l’impasse sur l’édition 2020, pandémie oblige, l’éditeur et prestataire informatique T2i était de retour le 5 novembre dernier avec son événement annuel DataTrends. Réalisée en partenariat avec IBM et comptant de nombreux intervenants externes, la manifestation mêlant plénières et sessions thématiques est l’occasion pour les responsables IT et clients de T2i de se plonger dans les tendances du moment. Ou, pour reprendre les mots d’introduction de Christian Kohli, Directeur de l’unité d’affaires Administration Publique du groupe, de «faire un pas de côté, réfléchir aux tendances qui nourriront l’innovation et trouver l’inspiration pour les transformations à venir». La donnée: facteur de succès et d’échec Et de tendances, il a été beaucoup question dès la première intervention de Pascal Lenoir, Directeur Général Adjoint du Groupe T2i. S’appuyant sur l’historique des sociétés jouissant de la plus forte capitalisation boursière, le responsable a d’abord montré combien les entreprises ayant le plus grandi durant les dernières décennies sont aussi celles qui excellent dans la collecte et le traitement des données. Et de rappeler que dans la plupart des organisations, les données, bien que présentes, sont en grande partie dissimulées et peinent à être exploitées, générant davantage de coûts de stockage que de gain de productivité. Pour Pascal Lenoir, cette donnée «à la fois facteur de succès et d’échec» est au cœur des cinq tendances du moment: l’essor des objets connectés, l’adoption généralisée des logiciels cloud, l’explosion des applications de l’intelligence artificielle, l’omniprésence du risque cyber, et l’intérêt grandissant pour les données dans la gestion des talents. Culture intentionnelle Le sujet très tendance de la numérisation des RH était d’ailleurs au cœur d’une autre intervention de la matinée. En charge du recrutement chez Cisco France, Maria da Costa a décrit les enjeux du passage au travail hybride dans son organisation. Pour la spécialiste, cette transition est l’occasion de repenser l’expérience offerte aux collaborateurs, la manière de prendre en charge leur bien-être et la culture de l’entreprise, notamment en matière d’inclusion. Avec des collaborateurs tantôt au bureau, tantôt à domicile, des dimensions du travail allant autrefois de soi, nécessitent désormais d’être gérées pro-activement, selon Maria da Costa. Pour la responsable, ce changement passe par le développement de nouvelles pratiques et le recours aux outils et données numériques. Qui est responsable de la cybersécurité? Des données précieuses qui peuvent aussi être dérobées ou collectées abusivement, ont averti les intervenants à la table-ronde sur la confiance numérique organisée un peu plus tôt. Directrice de l’association Trust Valley, Lennig Pedron a souligné que la sécurité est le premier des besoins humains et appelé à la collaboration des acteurs du domaine cyber en Suisse romande. CISO et DPO du Groupe T2i, Adriano Labate a quant à lui expliqué l’importance pour les organisations de combiner mesures techniques et de sensibilisation, mais aussi la responsabilité des fournisseurs pour préserver une confiance numérique indispensable à l’activité, Également invité à la table ronde, le journaliste et auteur Grégoire Barbey a plaidé pour un Etat moins fouineur, mais plus compétent – dans les deux sens du terme – en matière cyber. Qbits Ancré dans les tendances du moment, DataTrends a aussi offert de l’espace à un moment plus prospectif, avec l’intervention de Xavier Vasques, CTO d’IBM France, consacrée à l’informatique quantique. Pour l’expert, le développement de systèmes quantiques est une réponse à l’épuisement de la Loi de Moore, au même titre que l’emploi de nouveaux matériaux, techniques de gravures ou encore systèmes IA s’inspirant de la structure cérébrale. De la chimie à la finance, en passant par le fameux problème du voyageur de commerce, il a énuméré plusieurs domaines où les capacités décuplées de l’informatique quantique (c’est un euphémisme) montrent déjà leur utilité. Mais ce n’est pas tout, a souligné Xavier Vasques: l’informatique quantique ce n’est pas seulement plus de puissance pour résoudre les mêmes problèmes, c’est aussi la promesse de pouvoir modéliser des phénomènes eux-mêmes de nature quantique… 07 / 2021 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

Publireportage Envoi d’e-mails conforme à la protection des données Envoyer des documents non cryptés par e-mail est simple et rapide. S’agissant d’informations sensibles, cela contrevient néanmoins aux prescriptions en matière de protection des données et de compliance. Le service de chiffrement de la Poste IncaMail simplifie la transmission de données confidentielles dans le respect de la protection des données. LES SIX AVANTAGES D’INCAMAIL EN BREF De plus en plus d’entreprises envoient leurs offres, contrats, factures ou décomptes de salaire par e-mail au lieu de les transmettre par un courrier physique. Si cette solution est pratique et efficace pour les entreprises, elle comporte néanmoins des risques. En effet, de nombreux e-mails restent insuffisamment protégés. Cela pose problème aux spécialistes de la protection des données. C’est pourquoi le règlement de l’UE sur la protection des données (RGPD) et la loi fédérale sur la protection des données (LPD) exigent que les documents contenant des données personnelles et des informations particulièrement sensibles, telles que des accords commerciaux, fassent l’objet d’une protection spéciale. Les personnes qui envoient ces données par e-mail sans les protéger risquent des amendes élevées. Au sein de l’UE, les infractions au RGPD font notamment l’objet de mesures sévères. La solution: protection numérique des e-mails Afin de respecter les prescriptions en matière de protection des données, la mise en place d’une solution technique sous forme de cryptage des e-mails est nécessaire. C’est ici qu’intervient IncaMail, le service de chiffrement des e-mails de la Poste. La procédure brevetée crypte les e-mails selon les normes internationales, respectant ainsi les directives de la Suisse et de l’UE en matière de protection des données. IncaMail s’intègre facilement aux systèmes de messagerie existants comme Outlook. Pour ce faire, il suffit de s’enregistrer et d’installer un complément (COM ou HTML). La réception fonctionne pour toutes les adresses de destinataires dans le monde et sur tous les terminaux, qu’il s’agisse d’un ordinateur de bureau, d’un ordinateur portable, d’une tablette ou d’un smartphone. Les utilisatrices et les utilisateurs apprécient le caractère extrêmement intuitif et convivial d’IncaMail. Les e-mails confidentiels sont rédigés dans le client de messagerie habituel et envoyés avec ou sans pièce jointe. Cerise sur le gâteau: IncaMail s’intègre également dans le logiciel d’entreprise de nombreux prestataires (SAP, Abacus, Sage, Microsoft Dynamics, etc.). Cela permet d’envoyer des documents confidentiels comme des décomptes de salaire, des certificats de caisse de pensions, des offres ou des factures sous forme cryptée directement à partir dudit logiciel. Les étapes d’impression et de mise sous pli n’ont plus lieu d’être, offrant ainsi gain de temps et commodité. 1. Les e-mails sont cryptés, signés, vérifiés et enregistrés dans un journal, ce qui permet de les protéger contre toute consultation par des personnes non autorisées et contre toute manipulation. 2. L’envoi est conforme aux dispositions relatives à la protection des données et aux normes de sécurité reconnues par le DFJP. 3. Les messages IncaMail sont transmis sur tous les appareils à tous les destinataires dans le monde et s’ouvrent en quelques clics. 4. L’intégration dans des clients de messagerie comme Outlook et dans des logiciels d’entreprise intervient rapidement. 5. IncaMail permet de transmettre des fichiers volumineux jusqu’à 1 Go via un lien sécurisé, comme des documents scannés au format PDF, des plans, des codes sources logiciel ou des films. 6. IncaMail accroît l’efficacité des processus commerciaux tout en réduisant la charge de travail et les coûts. Vous souhaitez enfin envoyer des e-mails de manière sûre et conforme à la protection des données? En savoir plus: www.poste.ch/incamail