Views
5 days ago

ICTjournal 07/2021

  • Text
  • Wwwnetzmediench
  • Contre
  • Solutions
  • Gestion
  • Selon
  • Technologies
  • Netzmedien
  • Faire
  • Entreprises
  • Suisse
  • Partage

22 partage de données

22 partage de données stratégie Avec qui entreprises et citoyens partagent-ils leurs données? Les entreprises partagent souvent des données avec leurs fournisseurs et clients, mais rarement avec des concurrents. Du côté des citoyens suisses, les hôpitaux suscitent la confiance en la matière, contrairement aux firmes tech. Rodolphe Koller, Yannick Chavanne En juin 2019, dix entreprises pharmaceutiques leaders, dont GlaxoSmithKline, Johnson & Johnson et Astra Zeneca, s’entendaient pour collaborer et partager leurs données afin d’entraîner des algorithmes de découverte de médicaments. Plus récemment, des leaders du négoce de produits agricoles ont établi une joint-venture à Genève et lancé une plateforme blockchain pour partager des données de transport de manière à gagner en efficacité et en information. Avec ma supply chain oui, avec mes concurrents non Ces exemples sont cependant l’exception. A peine 13% des entreprises partagent des données avec des concurrents, selon l’enquête de Capgemini réalisée auprès de 144 responsables informatiques en Suisse, en Allemagne et en Autriche. Ils sont en revanche très nombreux à ouvrir leurs data avec leurs fournisseurs et clients tout au long de la supply chain. Freins plus culturels que techniques «Il devrait y avoir davantage de partage de données en collaboration, à moins qu’il n’y ait une raison valable de PARTAGEZ-VOUS DES DONNÉES AVEC D’AUTRES ORGANISATIONS? avec les participants à ma supply chain (fournisseurs, clients) avec les autorités de surveillance avec des fournisseurs de données (POS, solvabilité, démographie, etc.) avec des partenaires hors de ma supply chain avec des concurrents Source: Studie IT-Trends 2021, Capgemini (n=124) 12.9% 29.8% 27.4% 62.9% 73.4% ne pas le faire, car ne pas partager les données compromet souvent les résultats et peut être préjudiciable», estime Lydia Clougherty Jones, Senior Director Analyst chez Gartner. Les solutions techniques ne manquent pas pour gérer et partager des données fiables et participer ainsi aux écosystèmes numériques naissants. Sans compter que plusieurs technologies – blockchain, informatique confidentielle – permettent aujourd’hui de procéder à de tels échanges sans pour autant mettre à mal la protection voire le secret des données. Pour Gartner, l’ouverture des données est surtout une question de culture plus ou moins propice au partage. Le cabinet d’analyse estime que ces trois prochaines années, les organisations faisant la promotion du partage de données dépasseront leurs concurrents sur la plupart des métriques business. Les Suisses majoritairement réticents «Pour le secteur de la santé, la numérisation est une formidable opportunité de personnaliser l’offre actuelle et de gagner en efficacité», explique Kolja Dutkowski, analyste chez Oliver Wyman, à propos des résultats de l’étude «Switzerland’s Digital DNA». Des objectifs qui pourront d’ailleurs être plus aisément atteints que dans d’autres secteurs d’activité, puisque plus de deux tiers des Suisses font confiance aux hôpitaux, aux médecins et aux assurances maladie lorsqu’il s’agit de leur transmettre des données. Les banques et le secteur éducatif suscitent également peu d’appréhension en la matière. Contrairement aux commerçants en ligne et aux firmes tech: plus de la moitié des Suisses expriment des réticences à leur fournir des données. Plus de la moitié des Suisses ne sont toutefois pas enclins à partager leurs données avec des tiers, selon l’étude d’Oliver Wyman. Un scepticisme qui s’explique par les craintes liées aux cyberattaques, partagées par 70% de la population. «A l’ère du numérique, les données revêtent une importance cruciale. Ceux qui veulent les utiliser doivent garantir à leurs clients les normes de sécurité les plus élevées et communiquer de manière transparente», avertit l’analyste Kolja Dutkowski. 07 / 2021 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

partage de données enquête exclusive 23 Les chantiers data des firmes romandes Deux tiers des organisations romandes travaillent actuellement à améliorer la gouvernance et la qualité de leurs données, selon l’enquête d’ICTjournal. Rares sont en revanche les CIO à considérer qu’une véritable culture de la donnée prévaut dans leur entreprise. Rodolphe Koller A la fois indispensable à la plupart des ambitions de transformation et d’automatisation, obstacle à ces mêmes projets lorsqu’elle est dispersée et de piètre qualité, et convoitée par les hackers, la donnée figure au sommet de l’agenda stratégique des entreprises. L’enquête annuelle d’ICTjournal auprès de responsables IT romands en témoigne: la gouvernance des données est sur le podium des priorités stratégiques des CIO, juste derrière la transformation numérique et la contribution de l’IT à la croissance de l’entreprise – deux domaines qui sont d’ailleurs également tributaires de la data. 57% des responsables IT sondés estiment aussi que leur fonction exigera de plus en plus d’endosser le rôle de Chief Data Officer. Accent sur la gouvernance plutôt que sur le business L’enquête d’ICTjournal montre que la moitié des entreprises planche actuellement sur sa stratégie en matière de données et cherche à gérer la donnée comme un actif. Rares sont en revanche les organisations qui s’estiment aujourd’hui data-driven. Les chantiers actuels des entreprises romandes concernent surtout la gouvernance des données. 70% des organisations travaillent ainsi sur les processus et rôles nécessaires à cette gouvernance. Domaine lié, la question de la qualité des données occupe elle aussi plus de deux tiers des entreprises. A l’inverse, l’enquête montre que l’exploitation des données à des fins commerciales, concurrentielles ou d’innovation n’est que peu développée (voir graphique). Progrès importants Si les chantiers sont nombreux, les organisations sondées considèrent que leur posture en matière de données s’est grandement améliorée ces dernières années. Ainsi, pour l’écrasante majorité des CIO sondés, la gouvernance et la qualité des données dans leur organisation sont aujourd’hui meilleures (51%) ou bien meilleures (27%) qu’il y a cinq ans. La plupart des organisations (65%) constatent également des progrès en matière de culture de la donnée chez les collaborateurs, même si cet objectif reste difficile à atteindre. QUELLE EST LA MATURITÉ DE VOTRE ORGANISATION DANS LES DOMAINES SUIVANTS DE LA GESTION DES DONNÉES? (%) Inexistant Ad-hoc, informel En développement En réalisation Effectif, opérationnel, réalisé culture de la donnée au sein de l’entreprise 5 11 57 22 5 établissement des processus et rôles de la gouvernance des données 5 3 46 24 22 données et qualité 8 5 30 38 19 gestion des données comme un actif de l’entreprise 8 8 30 30 24 Source: CIO Survey 2021, ICTjournal (N=37) stratégie élaborée en matière de data utilisation des données pour devélopper l’innovation organisation data-driven utilisation des données comme avantage concurrentiel exploitation des données externes offres et modèles commerciaux basés sur les données 5 8 16 16 19 14 30 22 22 32 30 30 14 14 16 14 30 24 27 22 24 19 19 22 24 14 5 22 27 22 www.ictjournal.ch © netzmedien ag 07 / 2021