Views
5 days ago

ICTjournal 07/2021

  • Text
  • Wwwnetzmediench
  • Contre
  • Solutions
  • Gestion
  • Selon
  • Technologies
  • Netzmedien
  • Faire
  • Entreprises
  • Suisse
  • Partage

08 news Le parc

08 news Le parc d’innovation Y-Parc doit réajuster sa gouvernance ych. Le parc d’innovation Y-Parc a publié les résultats d’un audit externe, mené pour établir un diagnostic organisationnel de sa structure et de son mode de gouvernance. Fin août, Y-Parc avait confirmé le licenciement de sa directrice Juliana Pantet, en place depuis 2017, suite aux révélations publiées par plusieurs médias levant le voile sur des dysfonctionnements. Une mauvaise communication entre la direction et le conseil d’administration était notamment pointée du doigt. La directrice avait en outre accusé un entrepreneur, présent dans le parc, d’être l’auteur d’une agression subie en mars dernier. Face à ce que le conseil d’administration du parc d’innovation a décrit comme une «situation complexe», Juliana Pantet a été remplacée par Olivier Collet, directeur ad intérim. Revoir la comptabilité et clarifier la mission de l’entreprise Le rapport d’audit met en lumière plusieurs dysfonctionnements. Il y a notamment lieu de revoir entièrement la tenue de la comptabilité et de clarifier la mission de l’entreprise, afin de s’assurer d’une utilisation adéquate des fonds. Le rapport fait aussi état d’une baisse du chiffre d’affaires et de frais de personnel en hausse. Dans le cadre des mesures qui seront prises, Y-Parc fait savoir que dès 2022, une gestion comptable et financière robuste sera mise en place. De nouvelles règles de gouvernance vont notamment instaurer des «passerelles de communication entre conseil et direction, indispensables à une information complète et à des décisions sereines, en prise avec les enjeux et la réalité du terrain». Le conseil d’administration va aussi investiguer sur un éventuel cas de favoritisme accordé à une entreprise. Le parc d’innovation Y-Parc, à Yverdon-les-Bains. La fintech zurichoise Yokoy lève 26 millions et s’associe à UBS Un trou dans le budget IT de l’armée kfi/jor. Basée à Zurich, la start-up fintech Yokoy a levé 26 millions de dollars lors d’un tour de financement de série A. Fondée par des managers et des scientifiques en 2019, Yokoy a mis au point un outil de gestion numérique des frais via une application mobile ou desktop. La technologie de Yokoy a déjà séduit UBS. Dans un premier temps, les données de transaction des cartes de crédit d’entreprise UBS seront transférées vers l’application Yokoy. L’étape suivante consistera à simplifier la gestion des cartes de crédit: les entreprises clientes d’UBS pourront bloquer des cartes et commander des cartes et des codes PIN de remplacement via l’application Yokoy. L’outil de Yokoy analysera les reçus et les factures des fournisseurs grâce au machine learning. Les informations contenues dans ces reçus seront enrichies de méta-informations provenant de sources de données externes et traitées pour les systèmes ERP internes de l’entreprise. «Nos clients ayant d’importants volumes de transactions peuvent désormais bénéficier d’une gestion considérablement simplifiée de leurs dépenses professionnelles.» Alain Conte, responsable d’UBS Corporate & Institutional Clients Suisse rko. L’armée suisse est confrontée à un gouffre financier dans son informatique. Le budget IT 2021 devrait dépasser de 100 millions de francs les 460 millions initialement prévus, selon une information du Tagesanzeiger. Le problème aurait pour origine la multiplication des projets informatiques d’envergure. Alors que ces projets sont confiés à des prestataires externes, les travaux d’intégration, d’exploitation et de maintenance sont de la responsabilité des équipes IT de l’armée. Selon le porte-parole de l’armée, les projets en cours nécessiteraient quatre fois plus de spécialistes. Résultat: l’armée a dû massivement recourir à du personnel externe. A court terme, l’armée doit combler le trou de 100 millions dans son budget IT 2021. Elle a pour ce faire interrompu dans l’urgence des projets IT à hauteur de 40 millions de francs. Les 60 autres millions seront épargnés dans d’autres domaines. 07 / 2021 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

news 09 Les lauréats du Digital Economy Award et du Best of Swiss Apps 2021 rko/jor. La troisième édition du Digital Economy Award a eu lieu au Hallenstadion de Zurich. Les 40 membres du jury ont sélectionné les meilleurs projets de l’économie numérique suisse. Avec le NextGen Hero Award, le public a également honoré deux jeunes personnalités déjà capables de changer le monde à leur jeune âge. Les vainqueurs du Digital Economy Award Labster, qui propose des laboratoires virtuels pour soutenir l’enseignement scientifique, a remporté la catégorie «Next Global Hot Thing». Firmenich, qui a entrepris d’améliorer sa production grâce à l’IA, se distingue comme «Innovation numérique de l’année». Le CIO de Firmenich Eric Saracchi peine encore à y croire: «C’est une immense fierté et une grande joie de pouvoir partager cette récompense avec mes collègues.» L’entreprise Belimed, qui accompagne les établissements de santé dans des projets IoT, a remporté la catégorie «Excellence numérique dans une PME». Le prix de l’«Excellence numérique dans une grande entreprise» est revenu à La Mobilière. Alors qu celui de l’«Excellence numérique dans une ONG ou un gouvernement» est allé à la Direction des finances du canton de Zoug. En vendant des cartes de bons Cryptonow dans les magasins de détail suisses, Värdex s’est distingué dans la catégorie «Meilleure qualité numérique». Alessandra Capurro et Alexander Corin ont eu l’honneur d’être nommés «NextGen Heroes 2021». Les vainqueurs du Best of Swiss Apps Le Master of Swiss Apps 2021 a été attribué à Swisstopo, grand vainqueur de la 9ème édition du Best of Swiss Apps. L’app a été développée par l’agence zurichoise Ubique Innovation. Le Master of Swiss Apps a été choisi comme chaque année en prenant en compte l’avis du jury, les votes du public et ceux des lecteurs de la Netzwoche. L’avis du jury: «L’application swisstopo montre de manière impressionnante que la Suisse n’a pas à se cacher en matière d’applications cartographiques. Malgré l’énorme richesse des fonctions, l’application est extrêmement facile et intuitive à utiliser. Swisstopo offre une interface claire, et en même temps l’application couvre toutes les fonctions nécessaires pour planifier un itinéraire. Et le tout fonctionne également hors ligne! Le jury a également été impressionné par la fonction panoramique sophistiquée et innovante. L’application est super agréable à tout point de vue! Bravo!» Le Best of Swiss Apps 2021 a aussi distingué des projets dans dix catégories. Les lauréats sont: EM.App (Business Impact); Runtime (Campaigns); Swisscom Voice Assistant (Conversational UI); Numarics (Enterprise); Remote AR Sales (Extended Reality); Swisstopo (Functionality); Smartstop (Innovation); Digital Experience Platform, Aéroport de Zurich (Mobile Web), Nature Detectives Mania (User Engagement); Benevita (UX & Usability). Publicité Développer, c’est innover L’innovation au cœur de l’entreprise 100% Swiss-made, depuis 1985 500 collaborateurs engagés 57‘000 clients satisfaits 1‘200 spécialistes dans le réseau de partenaires www.ictjournal.ch © netzmedien ag Plus d’informations sur: abacus.ch 07 / 2021