ICTjournal avril 2020

  • Chez
  • Technologies
  • Notamment
  • Suisse
  • Ainsi
  • Entreprises
  • Selon
  • Netzmedien
  • Avril
  • Chatbots

02 éditorial La

02 éditorial La pandémie et les technologies Une grande partie de cette édition fait un état des lieux de l’emploi actuel des chatbots, un sujet que nous préparons depuis plusieurs semaines (pages 22 à 29). Et une partie tout aussi importante est dédiée à la pandémie qui fait irruption dans nos contenus et notre photo de couverture, comme elle bouscule la vie des individus et organisations du pays. Car, si la situation dans laquelle nous nous trouvons est avant tout une crise sanitaire, elle entretient de nombreux liens avec l’informatique et le numérique. «Les départements IT sont notamment sollicités dans leur capacité à proposer rapidement des outils de télétravail efficaces et à soutenir les réponses des autres fonctions.» Rodolphe Koller, rédacteur en chef Le numérique pour s’adapter et pour lutter D’abord, les technologies de l’information jouent un rôle clé dans l’adaptation des organisations et de la population aux mesures de distance sociale prises pour freiner la propagation du virus et la charge du système sanitaire. Les départements IT sont notamment sollicités dans leur capacité à proposer rapidement des outils de télétravail efficaces et à soutenir les réponses des autres fonctions (voir les exemples de l’EPFL et du canton de Vaud en pages 12 et 13). L’importance de l’informatique dans la situation actuelle n’est guère surprenante dans la mesure où la capacité de travailler, d’étudier et de consommer à distance, l’effacement des frontières entre activité professionnelle et privée, et la possibilité d’être en relation avec autrui via un réseau social «comme si de rien n’était» résument une bonne partie de la promesse du numérique. Et, une fois la crise passée, de nombreux fournisseurs chercheront sans doute à ériger les pratiques actuelles en nouvelle norme et à en tirer des arguments de vente de leurs produits et technologies. Ensuite, les technologies numériques contribuent en partie à la lutte contre le virus et son impact de façon parfois très créative. En Italie, une start-up a ainsi utilisé l’impression 3D pour fabriquer des masques à oxygène de fortune destinés aux hôpitaux. Les algorithmes et les capacités de calcul sont aussi au cœur des travaux conduits dans le monde entier pour accélérer la recherche et le développement de médicaments et de vaccins (page 14). Sans oublier l’utilité de l’outil informatique pour transmettre, consolider et visualiser les données sur l’épidémie et sur les moyens médicaux disponibles afin d’orienter les décisions politiques. La crise a d’ailleurs fait apparaître des lacunes importantes en matière de numérisation de l’administration… avril 2020 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

éditorial 03 Solutionnisme et surveillance La situation actuelle révèle aussi certaines dérives liées au numérique. A commencer par une prétention toute «siliconvalleyesque» de tout résoudre grâce aux technologies, aux apps et aux data. Notre rédaction doit chaque jour faire le tri dans les informations qu’elle reçoit entre des projets ayant une certaine utilité dans la lutte contre la pandémie et d’autres qui tiennent davantage du «coronawashing». Sans compter que ce solutionnisme peut glisser discrètement vers la surveillance numérique. L’idée étant que si tout problème est un problème d’informations, alors il trouvera sa solution dans la collecte de davantage de data. Il est ainsi étonnant de voir l’engouement soudain de certains pontes du numérique pour les mesures intrusives déployées en Chine, tout comme l’intérêt affiché de pays occidentaux généralement soucieux de libertés individuelles pour l’exploitation des smartphones à des fins de contrôle et de surveillance. Une dérive d’autant plus sournoise qu’elle pourrait se faire avec le consentement d’une population disposée à toutes les privations au nom du risque zéro. Que ce soit à l’échelle de l’entreprise ou à celle de la société, il faudra être vigilant sur les nouvelles normes qui se dessineront après le pic de la pandémie. «Il est étonnant de voir l’engouement soudain de certains pontes du numérique pour les mesures intrusives déployées en Chine.» Publicité www.ictjournal.ch © netzmedien ag avril 2020