ICTjournal avril 2020

  • Chez
  • Technologies
  • Notamment
  • Suisse
  • Ainsi
  • Entreprises
  • Selon
  • Netzmedien
  • Avril
  • Chatbots

38 nouveautés Gmail

38 nouveautés Gmail recourt au machine learning pour mieux flairer les fichiers joints infectés ych. Google a introduit fin 2019 un nouveau système pour contrer les documents infectés envoyés vers Gmail. L’outil de détection recourt au machine learning pour tenter de s’adapter au plus vite à l’évolution des méthodes des cybercriminels. Car si Google se targue d’être en mesure de bloquer 99,9% des menaces qui atteignent les boîtes de réception Gmail, maintenir une telle efficacité nécessite d’améliorer en permanence les technologies qui identifient les pièces jointes contenant un malware. «Notre scanner de logiciels malveillants traite plus de 300 milliards de pièces jointes chaque semaine pour bloquer les contenus nuisibles. 63% des documents malveillants que nous bloquons diffèrent d’un jour à l’autre», explique le géant du web. Ce nouveau scanner dopé à l’IA est pour l’heure employé uniquement pour les documents Office, le type de fichiers joints le plus couramment exploité par les cyberpirates. Le nouvel outil de détection a déjà permis d’augmenter de 10% les détections quotidiennes de documents Office abritant des scripts malveillants. Le modèle de deep learning à l’œuvre est couplé à plusieurs analyseurs customisés pour chaque type de fichier. Ceux-ci sont chargés de passer le document au crible, d’identifier les patterns d’attaque communs, d’extraire les macros, de désobstruer le contenu et d’effectuer l’extraction de caractéristiques discriminantes. Le nouveau scanner de protection des boîtes de réception de Gmail fonctionne en parallèle avec les autres technologies de détection déjà en service. Ces différents outils contribuent ensemble au verdict final du moteur de décision. Les documents Office sont impliqués dans 56% des attaques par malware dans Gmail. Image: PashaIgnatov / iStock Nouveautés autour de Kubernetes chez HPE et VMware Teams et Skype sont interopérables ych. Hewlett Packard Enterprise (HPE) a annoncé la disponibilité générale de sa plateforme de containers. Basée sur Kubernetes, HPE Container Platform permet aux entreprises de conteneuriser leurs applications non-cloud native sur des serveurs bare-metal afin de faciliter leur migration vers une architecture de micro-services. Les containers peuvent aussi être déployés vers des instances cloud ou dans des VM. VMware a également introduit plusieurs nouveautés en lien avec Kubernetes. Jusqu’ici disponible en bêta, Tanzu Mission Control permet la gestion des clusters Kubernetes conformes à partir d’un point de contrôle unique, quel que soit l’endroit où ils s’exécutent. Tanzu Kubernetes Grid se profile de son côté comme une solution pour exécuter un environnement Kubernetes multiclusters sur toute infrastructure (datacenters, infrastructures hyperscale, fournisseurs de services et Edge). HPE lance une plateforme de containers et VMware des outils de gestion de clusters Kubernetes. swa. Les utilisateurs de Microsoft Teams pourront bientôt appeler et discuter avec les utilisateurs de Skype for Consumer, et vice versa. Il ne sera ainsi plus nécessaire d’installer le logiciel manquant. Microsoft a annoncé l’interopérabilité de ses deux services de visioconférence pour tous les clients Office 365 et Microsoft 365. Pour activer cette interopérabilité, les entreprises devront se rendre dans le centre d’administration de Microsoft 365, puis aller dans le menu Accès externe pour permettre aux utilisateurs de Skype et de Teams de communiquer entre eux. Pour ajouter un nouveau contact, il est nécessaire d’utiliser l’adresse e-mail, qui fait office de pont entre les deux applications. Quant à Skype for Business Online, l’application doit être remplacée par Teams dès le 31 juillet 2021. Concernant Skype for Business Server, le support est maintenu jusqu’au 9 janvier 2024, précise Microsoft. avril 2020 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

nouveautés 39 Un service pour gérer les imprimantes depuis Azure swa. Universal Print, le service de Microsoft de gestion d’impression via le cloud Azure, est désormais disponible en preview privée. Cette solution succède à Windows Server Hybrid Cloud Print et a pour objectif de remplacer la gestion de serveurs d’impressions sur site en reliant les parcs d’imprimantes directement à Azure Active Directory. Il n’est dès lors plus nécessaire d’installer manuellement les drivers. En effet, le service de Microsoft Azure le fait automatiquement, après avoir repéré chaque appareil en fonction de son emplacement. Cependant, comme les imprimantes qui supportent nativement Universal Print n’existent pas encore, Microsoft travaille avec certains constructeurs, dont Canon en particulier, pour développer ce type d’appareils. En attendant, il est possible de relier une imprimante à Universal Print à l’aide d’une application proxy fournie par Microsoft. Côté sécurité, la firme de Redmond explique que les imprimantes connectées à internet représentent souvent le maillon faible d’un réseau. Pour y remédier, Microsoft rappelle l’existence d’un système de sécurité intégré à Azure, tout en recommandant la création de groupes de sécurité au sein d’Universal Print afin de contrôler l’accès aux appareils et minimiser leur exposition aux menaces. À l’heure actuelle, Universal Print n’est disponible que sur Windows 10 et Windows Server ainsi que pour les détenteurs de licences Microsoft 365 Entreprise et Éducation. Les entreprises qui souhaitent prendre part à ce programme doivent remplir un formulaire d’inscription. La solution de Microsoft tombe ainsi à point nommé pour remplacer Cloud Print, la solution d’impression de Google qui ne sera plus prise en charge à partir du 31 décembre 2020. Cisco dévoile une plateforme cloud de sécurité intégrée rko. Cisco dévoile SecureX, une plateforme cloud de sécurité intégrée qui promet «de simplifier radicalement» l’expérience des entreprises recourant à ses solutions. La société explique répondre ainsi à la complexité croissante à laquelle les responsables de cybersécurité sont confrontés. Présentée lors de la conférence RSA, la plateforme cloud offre une vue intégrée de l’ensemble des produits de sécurité de l’éditeur. Elle permet d’identifier les menaces et d’automatiser des workflows d’analyse et de remédiation sur l’ensemble de l’environnement IT (réseau, terminaux, applicatifs, cloud). Les entreprises l’utilisant peuvent également intégrer les analystes de Talos à leur centre d’opérations (SOC). «En plus des acteurs malveillants, la complexité est devenue un autre risque que les équipes de sécurité doivent surmonter, explique Gree Rittenhouse, qui dirige les activités de cybersécurité de Cisco. SecureX constitue un changement fondamental dans l’expérience de sécurité des entreprises en supprimant la complexité et en offrant une vue unifiée sur l’état des services de sécurité et des alertes». La plateforme SecureX devrait être disponible sur le marché en juin 2020. Image: Hack_Cyber_Crime_Security_James Thew / Fotolia Image: Drucker_Cmon / Fotolia MENTIONS LÉGALES Le magazine suisse des technologies de l’information pour l’entreprise Editeur Netzmedien AG, Heinrichstrasse 235 CH-8005 Zürich Tél: +41 44 355 63 63 Publicité: pub@ictjournal.ch Rédaction: redaction@ictjournal.ch Communiqués de presse: redaction@ictjournal.ch E-mails personnels: prénom.nom@netzmedien.ch Directeur de publication: Heinrich Meyer Directeur des ventes: Markus Stotz Account Manager Suisse romande: Supannika Chavanne Comptabilité/administration: Christina Frischknecht Administration: Alessia Schellenberg Graphisme: Chiara Franchini, Samantha Maurer Plateforme web: Julia Ostermann Rédaction Rodolphe Koller, rédacteur en chef Yannick Chavanne Steven Wagner Marie-France Porres, corrections Abonnements Abonnement annuel: CHF 75.– (10 éditions par an) Plus d’informations et formulaire de commande: www.ictjournal.ch/abo Imprimerie Werner Druck & Medien AG, Basel ICTjournal Le magazine suisse des technologies de l’information pour l’entreprise Total tirage vendu: 2567 Ex. Total tirage diffusé: 2602 Ex. Tirage d’impression: 4000 Ex. Publication pour la Suisse alémanique Das Schweizer ICT-Magazin für Business-Entscheider Netzwoche Das Schweizer ICT-Magazin für Business-Entscheider Total tirage vendu: 5287 Ex. Tirage d’impression: 9000 Ex. Rédaction Marc Landis, rédacteur en chef Kevin Fischer Leslie Haeny René Jaun Coen Kaat Joël Orizet Oliver Schneider Colin Wallace © 2020 Netzmedien AG La reproduction ou la diffusion de tout ou partie d’articles, d’images ou de publicités est formellement interdite sauf autorisation expresse de l’éditeur. Notification des participations importantes au sens de l’art. 322 CP: ​ Best of Swiss Web GmbH www.ictjournal.ch © netzmedien ag avril 2020