ICTjournal avril 2020

  • Chez
  • Technologies
  • Notamment
  • Suisse
  • Ainsi
  • Entreprises
  • Selon
  • Netzmedien
  • Avril
  • Chatbots

06 news Les solutions

06 news Les solutions numériques qui ont plié face à l’épidémie ych-swa. Avec l’obligation pour bon nombre d’entreprises d’instaurer des mesures de distanciation afin de lutter contre l’épidémie de coronavirus, des millions d’employés ont adopté le télétravail. Un passage soudain auquel certaines entreprises ne s’étaient pas préparées. Image: JESHOOTS.COM/Unsplash Travail collaboratif. Afin de faire face à l’afflux massif de nouveaux utilisateurs, Microsoft a désactivé certaines fonctionnalités jugées non essentielles d’Office 365 et à réduit la résolution lors d’appels vidéos. Une décision à laquelle les problèmes de connexions de Microsoft Teams rencontré en Europe le lundi 16 mars, date de début du confinement, ne sont sûrement pas étrangers. E-commerce. Swisscom n’avait visiblement pas anticipé le bond soudain du télétravail en Suisse. Les appels ont été fortement perturbés le lundi 16 mars, faute à des réseaux fixes et mobiles surchargés. Du côté de LeShop. ch, les commandes débordent. Les clients sont mis en liste d’attente et les délais de livraison s’allongent de plusieurs semaines. Streaming. La bande passante souffre également des mesures de confinements. Une augmentation du trafic à laquelle la majorité des points d’échange internet (IXP) ont dû faire face en Suisse. Pour éviter la congestion des réseaux, l’UE a demandé à Netflix, YouTube, Facebook et Instagram de limiter la définition vidéo de leurs contenus. Les offres digitales mises en place pour s’adapter au confinement ych-swa. L’épidémie de coronavirus pousse les entreprises à innover. Rapide tour d’horizon de diverses initiatives digitales mises en place pour s’adapter à la crise. Monitoring. La start-up suisse Ava Women encourage les chercheurs à utiliser son bracelet de fertilité pour faire progresser les connaissances sur le COVID-19. Le dispositif peut servir à monitorer les patients afin de mieux détecter les premiers signes et mieux comprendre l’évolution de la maladie. Logiciel de soin. L’éditeur Medical Link Services, qui fournit une solution SaaS pour les organisations de soins à domicile, introduit un module pour le personnel soignant. Celui-ci peut suivre un workflow prédéfini pour fournir les informations pertinentes en rapport avec le Covid-19 et faciliter la coordination des actions préventives et thérapeutiques. Chatbot. Le fournisseur romand Deeplink a déployé un chatbot pour le Département genevois du développement économique. L’outil informe sur les mesures de soutien aux entreprises impactées par la crise du Covid-19. Enseignement. Utilisée par les gamers, la solution collaborative Discord repose sur des fonctionnalités de tchat et de partage d’écran en streaming live. L’outil cible aujourd’hui les enseignants obligés de donner leurs cours à distance, en proposant un template de classe virtuelle. De son côté, l’agence Liip offre gratuitement l’installation, la configuration et l’hébergement de la plateforme d’enseignement à distance libre Moodle à toutes les écoles qui en font la demande. Culture. Spectyou propose en bêta sa plateforme de streaming dédiée au théâtre, à la danse et autres performances scéniques. Un lancement qui survient plus tôt et dont la phase test permet de visionner des œuvres gratuitement. Côté cinéma, Universal fait le pari de rendre ses longsmétrages disponibles en VOD en même temps que la sortie en salle. Gestion des services. ServiceNow lance quatre applications dédiées à l’intervention d’urgence, afin d’aider les entreprises à gérer la crise du coronavirus. Ces solutions sont proposées gratuitement jusqu’au 30 septembre. avril 2020 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

news 07 Swiss Re va aider les assureurs à innover à l’aide de l’IA et de Microsoft Azure ych. En s’appuyant sur le cloud de Microsoft, Swiss Re ambitionne de transformer la façon dont le secteur de l’assurance prévoit et gère les risques. Il s’agit d’aider les assureurs à développer des solutions concrètes basées sur la connaissance des risques et de leurs conséquences. Le réassureur basé à Zurich crée dans cette optique un Digital Market Center qui explorera les technologies Azure, l’internet des objets et les capacités d’intelligence artificielle. L’alliance avec Microsoft vise également à rendre les plateformes et processus internes de Swiss Re plus efficients. Le réassureur helvétique va en effet transformera sa plateforme d’exploitation interne en la migrant sur Azure. Peggy Johnson, Executive Vice President Microsoft Business Development, Christian Mumenthaler, CEO de Swiss Re, et Jean-Philippe Courtois, Président Microsoft Global Sales, Marketing and Operations. Mobilité, industrie 4.0 et résilience aux catastrophes Swiss Re prévoit de se concentrer dans un premier temps sur les domaines des véhicules connectés et de la mobilité, de l’industrie 4.0 et de la résilience aux catastrophes naturelles. L’entreprise donne cet exemple d’exploration des données à l’aide des technologies de Microsoft, dans le domaine de la mobilité: «Grâce aux capacités de données automobiles de Microsoft, Swiss Re sera en mesure de développer une analyse beaucoup plus approfondie des risques automobiles tels que les performances de sécurité d’une voiture lorsqu’elle utilise les dernières technologies d’assistance à la conduite.» L’objectif est de se baser sur cette analyse afin de permettre aux assureurs de concevoir de nouveaux produits d’assurance automobile innovants. IBM Suisse voudrait supprimer 10% de ses effectifs Les Suisses sont divisés sur la 5G swa. De nombreux postes de travail pourraient passer à la trappe chez IBM Suisse. Selon la NZZ, l’Office cantonal de l’emploi à Zurich aurait été informé de cette décision par le directeur d’IBM Suisse Christian Keller, ce qui laisse présager un licenciement massif. En effet, la loi fédérale sur les contrats de travail exige des entreprises qu’elles informent les autorités en cas de licenciement collectif. Un terme utilisé lorsque 10% des emplois se retrouvent supprimés dans une entreprise. Christian Keller explique dans la NZZ ne pas vouloir faire de commentaire à ce sujet, si ce n’est qu’il y a un «rééquilibrage permanent de la main-d’œuvre entre les différents secteurs d’activité» et qu’actuellement, «des emplois sont créés dans les domaines du cloud computing et de la cybersécurité». Il devrait ainsi y avoir des réductions de personnel dans les divisions Global Technology Services (GTS) et les activités de conseil Global Business Services (GBS). Les emplois du centre de recherche à Rüschlikon (Zurich) devraient être épargnés. Christian Keller, directeur d’IBM Suisse: «Il y a un rééquilibrage permanent de la main-d’œuvre.» swa. Au sein même de la population suisse, les avis divergent en matière de 5G, révèle une étude du comparateur en ligne bonus.ch menée auprès de 2100 personnes. Si une majorité des citoyens helvétiques s’oppose à l’adoption de cette technologie, ce refus est plus marqué en Suisse romande. En effet, seul un tiers des répondants sont favorables à cette nouvelle norme de télécommunications, tandis que les alémaniques sont un peu moins de la moitié à l’approuver. Parmi les raisons citées comme argument contre l’adoption de la 5G, les risques pour la santé arrivent en tête des préoccupations des personnes interrogées. L’impact sur l’environnement arrive en deuxième place, suivi des risques liés à la cybersécurité et à la vie privée. A l’inverse, les partisans de la 5G mettent en avant les progrès technologiques qui en découlent, comme l’IoT, les avantages au niveau personnel (meilleur accès à internet) et une réduction de la consommation d’énergie. www.ictjournal.ch © netzmedien ag avril 2020