ICTjournal février 2018

  • Suisse
  • Blockchain
  • Netzmedien
  • Notamment
  • Solutions
  • Groupe
  • Entreprises
  • Suisses
  • Directeur
  • Projets

08 news Le WEF crée un

08 news Le WEF crée un centre de cybersécurité mondial à Genève Alois Zwinggi, Managing Director du WEF lors de la présentation du Global Center for Security. Image: World Economic Forum / Faruk Pinjo aqu. A l’occasion de sa conférence annuelle à Davos, le World Economic Forum a annoncé la création d’un centre de cybersécurité mondial. Basé à Genève, le Global Centre for Cybersecurity aura pour but d’aider les gouvernements, les entreprises et les organisations à se protéger des attaques informatiques et à collaborer au sujet des défis qu’englobe la cybersécurité. «Si nous voulons éviter un «digital dark age», nous devons travailler plus dur pour nous assurer que les avantages et le potentiel de la quatrième révolution industrielle sont sécurisés et sûrs pour la société. Le nouveau Centre mondial pour la cybersécurité est conçu comme la première plateforme mondiale permettant d’aborder les cyber-risques d’aujourd’hui», a expliqué Alois Zwinggi, Managing Director au WEF et responsable du Global Center for Security. Le centre de cybersécurité travaillera notamment en étroite collaboration avec Interpol. «Notre partenariat contribue à la mise en place d’une architecture de sécurité efficace contre ce type de menace à l’échelle mondiale, en réunissant des acteurs interdépendants clés, y compris la police et les entreprises», a déclaré Jürgen Stock, secrétaire général d’Interpol. Le Global Center for Security se concentrera principalement sur plusieurs points, dont la consolidation des initiatives de cybersécurité existantes du WEF, la création d’une bibliothèque indépendante des meilleures cyberpratiques et l’aide à l’amélioration des connaissances de cybersécurité des différents partenaires. Le centre travaillera également sur l’élaboration d’un cadre réglementaire approprié et agile en matière de cybersécurité et sur son positionnement en tant que laboratoire et groupe de réflexion pour les futurs scénarios de cybersécurité. Infomaniak investit massivement dans la R&D et le cloud Altice vend la société IT suisse Green.ch aqu. Infomaniak annonce un renforcement de son département de recherche et développement (R&D) pour 2018. L’hébergeur et prestataire de services IT basé à Genève accueillera 40 nouveaux collaborateurs en plus des 78 employés actuels. Infomaniak justifie cet investissement par sa santé financière et sa stratégie de privilégier le développement de ses propres outils afin d’en avoir la maîtrise complète. Grâce au renforcement de sa R&D, Infomaniak souhaite étendre les services cloud (PaaS, IaaS) proposés à ses clients commerciaux. La nouvelle équipe de collaborateurs travaillera également sur un service de stockage cloud suisse destiné au grand public. Infomaniak souhaite également se positionner au niveau européen et concurrencer de grands acteurs tels que Dropbox. Les employés de la R&D développeront en outre des services pour les noms de domaines et des fonctions d’A/B testing. «Je suis convaincu que le renforcement de nos équipes permettra à la société d’entrer dans un nouveau cycle d’innovations et que nous allons gagner des parts de marché». Boris Siegenthaler, fondateur d’Infomaniak. rko. Le prestataire informatique Green.ch change de propriétaire. Chahutée en bourse en raison de la taille de sa dette, la société Altice, propriété de Patrick Drahi, annonce la vente des opérations de Green.ch à Infravia pour 214 millions de francs, soit un peu moins de dix fois l’EBITDA des 12 derniers mois. Filiale du groupe français OFI, InfraVia Capital Partners est une société d’investissement spécialisée dans le secteur des infrastructures en Europe. Créé en 1995, Green.ch est un fournisseur IT important en Suisse, qui exploite quatre centres de données dans la région zurichoise. Outre la colocation, le prestataire propose également des services cloud (IaaS), de connectivité, d’hébergement, de sécurité et de communication pour les entreprises et les particuliers. Basé à Lupfig (AG), Green.ch dispose d’une succursale romande à Lonay (VD); la société emploie quelque 120 collaborateurs. Février 2018 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

news 09 L’agence romande Virtua se fait racheter par le groupe français Smile ych. L’agence romandae Virtua et ses 60 collaborateurs passent sous le giron de l’intégrateur français de solutions open source Smile. Le montant de l’opération n’est pas communiqué. Présent à Genève depuis 2009, la filiale helvétique de Smile emploie une dizaine de personnes localement. Basé en France et fondé en 1991, Smile est actif dans neuf pays et compte environ 1200 collaborateurs. «Lindt, Nestlé, Swatch, Nobel Biocare, les TL et les TPG figurent parmi nos clients importants en Suisse», précise à ICTjournal Christophe Pellier, le directeur de Smile en Suisse qui prend les rênes de la nouvelle entité. L’identité du nouvel ensemble en termes de branding reste à déterminer. «Nous voulons absolument que la marque Virtua perdure, compte tenu de sa réputation en Suisse romande», assure Christophe Pellier. Qui ajoute que Virtua possède de plus un profil d’agence créative qui complète adéquatement l’expertise de Smile en déploiement de projets, intégration et infogérance. Marc Palazon, Président de Smile se réjouit de cette opération (soutenue par l'actionnaire de référence Eurazeo PME), permettant de consolider la présence du groupe à l’international: «C’est une acquisition qui, j’en suis sûr, apportera beaucoup de valeur à nos clients et beaucoup d’opportunités à l’ensemble des collaborateurs des deux sociétés. Nous partageons de nombreuses valeurs communes, comme les bénéfices apportés par l’open source et le digital, ce qui devrait faciliter les rapprochements.» L’organisation de la direction autour de Christophe Pellier reste encore à définir précisément, explique ce dernier à ICTjournal. Il sera épaulé par l’équipe dirigeante de Virtua. Nommé directeur ad intérim de Virtua fin 2016, Alexandre Lampis n’officiait plus au sein de l’agence romande depuis fin juin dernier, explique à ICTjournal Yannick Burky, fondateur et associé de Virtua. Lui-même et son co-fondateur Marcel Prisi ont contribué à assurer la transition jusqu’au rachat de l’agence par Smile. Rappelons qu’avant Alexandre Lampis, le duo Damien Fournier et Aurélie Duplais dirigeait Virtua dès février 2015, suite au départ du co-fondateur Steve Savioz en décembre 2014. Transformation digitale de bout en bout Le nouvel ensemble ambitionne de devenir le leader du digital dans la région d’ici trois ans. «Nous sommes spécialisés dans l’e-commerce. Maintenant, nous pourrons couvrir rapidement et efficacement des besoins aussi bien dans le front-end que dans le back-end, avec une intégration de technologies Big Data et IoT, par exemple, dès les premières étapes de la transformation digitale des magasins», se réjouit Yannick Burky. Le recrutement de nouveaux collaborateurs est prévu, notamment pour étoffer les forces de vente, confie Christophe Pellier. De g. à dr.: C. Pellier, Manager de Smile Suisse; Y. Burky, co-fondateur de Virtua; M. Prisi, co-fondateur de Virtua; M. Palazon, CEO du Groupe Smile; R. Augustin, cofondateur de Virtua. Publicité HELP US TO ORGANISE THE SKY Make your career take off with skyguide Skyguide is recruiting in all sectors Plus d’informations: skyguide.ch/career – work@skyguide.ch Open Door Event Date samedi, 24 mars 2018 Heure 10h00 à 17h00 Lieu Skyguide, Wangen b. Dübendorf Inscription jusqu'au 10 mars 2018 sur www.skyguide.ch/atcwork with you, all the way. www.ictjournal.ch © netzmedien ag Février 2018