Views
9 months ago

ICTjournal fevrier 2020

  • Text
  • Projet
  • Banque
  • Blockchain
  • Google
  • Chez
  • Explique
  • Technologies
  • Plateforme
  • Netzmedien
  • Suisse

26 banque & numérique

26 banque & numérique Open banking, épisode IV: une nouvelle alliance Regroupant plusieurs acteurs fintech, l’initiative Open Banking Project souhaite convaincre les banques suisses d’adopter son API standardisée d’accès aux données de compte. C’est la quatrième tentative d’open banking en Suisse inspirée du modèle PSD2 européen. Rodolphe Koller L’ASB se prononce en faveur de l’open banking, mais s’oppose à toute règlementation type PSD2. Une nouvelle alliance s’est formée pour définir un premier standard dans l’open banking en Suisse. Sous le nom d’open banking project, l’initiative réunit les éditeurs de logiciels bancaires Avaloq et Finnova, les prestataires informatiques DXC Technology et Ergon, la Hypothekarbank Lenzburg – sans doute la banque suisse la plus à la pointe en la matière – et deux partenaires académiques: l’Université de Berne et le Business Engineering Institute de St-Gall, qui dispose d’un centre de compétences dédié aux écosystèmes. L’open banking: kesako Pour rappel, l’open banking a pour objet de permettre des échanges de données entre les banques et avec d’autres acteurs, en général via une API standardisée. Typiquement, le client de plusieurs établissements pourrait gérer – ou tout au moins visualiser – l’ensemble de ses comptes via l’app d’une société fintech se connectant aux API des banques, sous diverses conditions sécuritaires. Côté européen, la norme PSD2 contraint déjà les banques opérant dans l’UE à proposer un tel outil. En Suisse, ce sont sans surprise les fintech qui cherchent à pousser un tel accès ouvert et homogène, tandis que les banques sont plus ambiguës. L’open banking ouvre en effet la voie à la désintermédiation du domaine avec le risque que de nouveaux acteurs s’emparent de la relation client et relaient les banques en place à opérer en coulisse. L’Association Suisse des Banquiers se prononce ainsi en faveur de l’open banking, mais s’oppose à toute velléité réglementaire type PSD2. Résultat des courses, le sujet est débattu depuis plusieurs années, mais la situation n’évolue guère. Quatrième tentative d’API standardisées L’Open Banking Project espère accélérer les choses avec le Swiss NextGen API, une version légèrement adaptée du framework européen. Le projet comprend plusieurs API pour obtenir les informations sur un compte, déclencher un paiement/virement ou savoir si le compte dispose de suffisamment de fonds. L’avenir du projet reste cependant aux mains des banques qui choisiront ou non d’adopter et de mettre de telles API standardisées à disposition de tous. Plusieurs initiatives s’y sont déjà cassé les dents. En 2017, Swisscom inaugurait avec CA Technologies un hub pour connecter fintech et banques, dont on n’entend plus guère parler. En 2018, c’est l’association Swiss Fintech Innovations qui dévoilait son initiative de standardisation avec plusieurs partenaires à bord. En mai dernier enfin, c’est l’opérateur de la bourse suisse SIX qui annonçait le développement de la plateforme Swiss Corporate API en partenariat avec UBS, Credit Suisse, Raiffeisen et la Banque cantonale de Zurich. La dite plateforme était supposée démarrer au deuxième trimestre… Février 2020 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

anque & numérique 27 La Banque Cantonale Bernoise crée une «usine d’innovation» avec la HBL swa. Armin Brun, CEO de la Banque Cantonale Bernoise (BCBE), a annoncé la création d’une «usine d’innovation» en partenariat avec la banque argovienne Hypothekarbank Lenzburg (HBL), également à l’origine de cette initiative. Les deux instituts financiers ont l’intention de recourir à l’innovation ouverte pour «suivre et comprendre des tendances et des idées prometteuses». Cette fabrique consistera notamment en un écosystème composé de fintechs, de banques, d’universités et de hautes écoles spécialisées. Les solutions et innovations développées dans ce cadre seront ensuite reliées au système bancaire centrale de la BCBE au moyen d’API ouvertes ou standardisées, avant d’être mises à disposition des clients. Les deux établissements financiers devraient fournir des informations plus détaillées lorsque la coentreprise sera créée. L’open banking en constituera un élément essentiel. Une fois de plus, la Hypothekarbank Lenzburg démontre son positionnement technologique et continue sa stratégie de coopération dans le domaine fintech. En juin 2018, elle se profilait comme étant la première banque de Suisse à s’ouvrir aux start-up blockchain. Lors de l’été 2017, l’établissement argovien mettait en place l’initiative Open API, qui déboucha sur un partenariat en mai 2018 Pour son centre d'innovation, la BCBE s'associe à la Hypothekarbank Lenzburg, une banque argovienne pionnière dans le numérique. Le fait que sa CEO Marianne Wildi (en photo) dispose d’une expérience importante dans le management IT, n’y est sans doute pas étranger... avec la banque mobile Neon. Cette collaboration a pour but de traiter les transactions financières via un échange sécurisé de données entre l’application Neon et le système bancaire central de base Finstar de HBL. La néo-banque suisse Neon supprime les frais de paiements par carte à l’étranger swa. La banque numérique Neon renonce à taxer les paiements par cartes effectués à l’étranger dès aujourd’hui. Cette décision est motivée par le désir d’être plus compétitif envers les banques traditionnelles, explique la fintech zurichoise. Neon ne prélèvera plus de frais et surcharges sur les transactions à l’étranger et se bornera à utiliser le taux de change Mastercard sur chaque paiement. La néo-banque explique qu’il s’agit du taux auquel les banques achètent des devises étrangères pour les paiements par carte avec Mastercard. Quant aux retraits à l’international, les frais seront réduits à 1,5% du montant prélevé. Afin de rassurer les clients, Jörg Sandrock, CEO de Neon, explique qu’aucune autre prestation ne verra ses tarifs augmenter. Ce changement est possible grâce à une structure de coûts allégée et un taux de croissance élevé. «L’an dernier, comme cadeau pour les vacances d’été, nous avons supprimé tous les frais internationaux durant six semaines. L’utilisation a immédiatement augmenté dans de fortes proportions», conclut-il. Lancé en mars 2019, Neon s’appuie sur l’initiative Open API de la banque argovienne Hypothekarbank Lenzburg (HBL). Les transactions financières sont traitées via un échange sécurisé de données entre l’application et le système bancaire central de base de HBL. www.ictjournal.ch © netzmedien ag Février 2020