Views
10 months ago

ICTjournal fevrier 2020

  • Text
  • Projet
  • Banque
  • Blockchain
  • Google
  • Chez
  • Explique
  • Technologies
  • Plateforme
  • Netzmedien
  • Suisse

06 news Les ex-patrons

06 news Les ex-patrons de Veltigroup fondent Ansam et rachètent Ixion Services rko. Un nouvel acteur de taille fait son apparition sur le marché romand. Fondé par Nicolas Fulpius et Philippe Béal, respectivement ex-CEO et CTO de Veltigroup avant son rachat par Swisscom en 2014, la nouvelle société opérera sous le nom de Groupe Ansam. Basé à Nyon, le nouvel acteur de la branche ne part pas de zéro puisqu’il acquiert Ixion Services, un prestataire IT bien implanté en Suisse romande, avec quelque 140 collaborateurs répartis entre son siège de Chexbres (VD) et ses bureaux de Meyrin (GE) et Sion. «Au travers de l’acquisition iXion Services SA – acteur local reconnu – et grâce à Filaos Consulting créé par Philippe, nous démarrons le projet Ansam pied au plancher», explique Nicolas Fulpius CEO et cofondateur du Groupe. «Une expérience unique du marché ICT Suisse» Fondateur d’Ixion Services, Vincent Scheidegger restera impliqué dans la gestion de l’entreprise dont la direction générale sera ultérieurement confiée à David Seppey, lui aussi un ancien de Veltigroup (ex-CEO d’ITS). «S’adosser à un projet comme celui du Groupe Ansam s’est imposé à moi comme une évidence. Avec Nicolas, Philippe et David, j’ai trouvé des entrepreneurs qui possèdent une expérience unique du marché ICT Suisse et qui partagent mes valeurs et ambitions entrepreneuriales», explique Vincent Scheidegger qui rentre aussi à l’actionnariat du Groupe Ansam. Des ambitions élevées Avec quelque 160 collaborateurs et 230 clients, le Groupe Ansam fait d’emblée partie des plus grands prestataires IT actifs en Suisse romande (11 ème position selon notre classement Top 100). La cible semble être clairement les PME selon les propos de Philippe Béal, CTO et cofondateur d’Ansam: «Les technologies et l’offre des systèmes d’information ont évolué très rapidement ces dernières années. Et hormis pour les acteurs de très grande taille, la transcription des besoins métiers des entreprises en une offre ICT moderne est peu adressée sur le marché local.» Vu le background de ses fondateurs, ils vont sans doute viser une croissance rapide sur ce marché qu’ils connaissent bien. Nicolas Fulpius ne s’en cache pas: «Notre Groupe [...] a un potentiel unique de mettre à disposition de nos clients toutes les compétences et les produits nécessaires à une ICT à forte valeur ajoutée. En plus de l’offre de services d’iXion Services SA et de Filaos Consulting, nous travaillons d’ailleurs à l’annonce prochaine de l’extension de notre offre au travers de nouvelles acquisitions ou partenariats». «Notre groupe veut rassembler les meilleures forces entrepreneuriales du secteur.» Nicolas Fulpius, CEO du Groupe Ansam Les contingents de travailleurs étrangers restent les mêmes AWS bientôt à Winterthour? ych. Le Conseil fédéral a opté pour le statu quo au sujet des contingents de travailleurs étrangers non européens. De même, les quotas pour les prestataires de services européens sont maintenus tels quels. Comme pour 2019, 8500 spécialistes en provenance d’Etats tiers pourront ainsi être recrutés en 2020 (4500 livrets B et 4000 livrets L de courte durée). Pour les prestataires de services provenant de l’UE ou de l’AELE, 3000 autorisations L et 500 autorisations B seront une nouvelle fois disponibles. Entre 2015 et 2019, le secteur des services informatiques ressort comme le plus demandeur en autorisations de séjour. Devant le consulting qui devance le secteur chimie et pharmacie. Durant cette période, les prestataires de services IT ont utilisé plus de 20% des contingents de travailleurs extra-européens. Depuis 2015, les travailleurs indiens ont obtenu la majorité de ces autorisations de séjour, devant les citoyens US et chinois. Swico appelait à augmenter de 20% les contingents de livrets B. swa. Un centre de données serait en cours de construction à Winterthour, sur le site industriel de Neuhegi. Selon le quotidien alémanique Landbote, c’est Amazon qui serait à l’origine de ce projet, dont le coût est estimé à 60,9 millions de francs. Le futur bâtiment devrait mesurer 60 mètres sur 40 et comporter trois étages, tous sans fenêtres. Le géant du commerce électronique ne communique pas sur ce genre d’opération et n’achète jamais de bien immobilier en direct, préférant sous-traiter l’acquisition et la construction. A Winterthour, c’est Vantage Data Centers, opérateur de centres de données californien, qui pilote le projet. L’entreprise prévoirait même jusqu’à trois bâtiments d’extensions de taille similaire en plus de la nouvelle construction. En raison de la taille de l’ouvrage, plusieurs experts IT interrogés dans les colonnes de Landbote estiment qu’il s’agit bien d’Amazon. Février 2020 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

news 07 Le service IT de l’Etat de Vaud déjoue une probable cyberattaque ych. L’Etat de Vaud aurait été victime d’une tentative de cyberattaque. 24heures et la Tribune de Genève rapportent que la Direction du numérique et des systèmes d’information (DGNSI) a repéré l’installation d’un dispositif non autorisé connecté à son réseau. L’Etat a déposé une plainte pénale contre deux individus, un employé interne de la DGNSI et un collaborateur externe. Le système aurait eu pour objectif de provoquer un cyber-blackout pour exiger une rançon. Les faits remontent à fin août 2019. L’enquête est encore en cours pour comprendre les intentions réelles des deux personnes impliquées. Contacté par la rédaction, Patrick Amaru, chef de la DGNSI et membre du Digital Circle, confirme la détection d’un dispositif hardware et l’implication d’un collaborateur interne en charge de l’administration de la plateforme de Sécurité physique des installations de l’Administration cantonale. Cet employé a d’abord été suspendu puis licencié. Le collaborateur externe impliqué travaille pour un petit prestataire IT, avec qui la DGNSI a décidé de stopper sa collaboration. «Le risque zéro n’existe pas» Pour Patrick Amaru, cette expérience montre que les systèmes en place sont efficaces. «Cet incident nous conforte aussi dans le fait que les mesures proactives liées au facteur humain sont d’une importance cruciale. Le risque zéro n’existe pas mais nous pouvons diminuer les risques par exemple en nous assurant qu’un collaborateur ne puisse pas opérer tout seul sur l’intégralité d’un processus». Patrick Amaru, chef de la Direction générale du numérique et des systèmes d’information (DGNSI) du canton de Vaud. Manor poursuit sa transformation numérique Ducksify, nouveau prestataire IT romand rko. Manor annonce la restructuration de son réseau de filiales, pour des raisons de transformation du secteur et de santé financière. L’entreprise fermera ses supermarchés de Liestal (BL) et Delémont (JU) ainsi que son grand magasin de Bachenbülach (ZH). En outre, les 60 magasins individuels seront regroupés en 28 unités de vente avec un Store Director à la tête de chacune. Cette réorganisation concerne une douzaine de directeurs de grands magasins et une quarantaine de collaborateurs. «Pour suivre le rythme du passage des activités stationnaires aux activités en ligne, nous devons poursuivre notre transformation et faire d’importants investissements dans la numérisation», explique Jérôme Gilg, CEO de Manor. L’entreprise va aussi renforcer ses équipes IT et numériques d’une trentaine de collaborateurs et rappelle qu’elle a déployé un nouveau système de caisses et de gestion des marchandises avec des investissements de quelque 50 millions. Manor supprime des postes de management et investit dans les équipes digitales. rko. Le marché IT romand compte un nouveau prestataire IT: Ducksify. La société vient d’être lancée par cinq associés, tous des spécialistes expérimentés en matière d’infrastructures informatiques ayant notamment travaillé chez Swatch et Nestlé. La société se positionne comme spécialiste de la modernisation des infrastructures IT et proposera du conseil et des services professionnels pour les environnements on premise et cloud. «Beaucoup de gens parlent de containers ou d’infrastructure-as-code, mais ils sont beaucoup moins à le mettre vraiment en pratique», explique Adriano Palazzo, qui officiera en tant que CEO. Basée à Pully, Ducksify compte sur le réseau et expérience de ses fondateurs pour se développer sur les segments des moyennes et grandes entreprises de la région. Le prestataire a établi des premiers partenariats avec des fournisseurs et proposera également sa propre solution SaaS pour le monitoring des DNS. www.ictjournal.ch © netzmedien ag Février 2020