Views
11 months ago

ICTjournal mai 2020

  • Text
  • Ainsi
  • Collaborateurs
  • Netzmedien
  • Solutions
  • Entreprises
  • Juin
  • Suisse
  • Applications
  • Crise
  • Travail

12 innovations

12 innovations L’intérêt pour les robots infirmiers se confirme Les hôpitaux s’ont toujours plus nombreux à expérimenter l’emploi de robots accomplissant des tâches infirmières. La prise en charge des patients infectés par le coronavirus a encore augmenté cet intérêt. Yannick Chavanne Boston Dynamics a trouvé une nouvelle occupation pour son chien robot, qui s’avère utile dans le cadre de la crise sanitaire. Premier produit commercial de la spin-off du MIT, le quadrupède jaune répondant au nom de Spot a déjà fait ses preuves sur des chantiers ou encore sur une plateforme pétrolière offshore où il contribue aux activités de maintenance. Le voici devenu assistant du personnel soignant au Brigham and Women’s Hospital de Boston. Equipé pour l’occasion d’un iPad au niveau de sa tête et d’un talkie-walkie sur le dos, le chien robot permet aux équipes médicales de communiquer à distance avec les personnes suspectées de porter le Covid-19 et faisant la queue pour être diagnostiquées. Avec ce dispositif de télémédecine mobile, médecins et infirmiers peuvent faire un premier tri des patients sans s’exposer au virus. Boston Dynamics, qui met librement à disposition les données techniques du dispositif sur Github, a l’intention Capable de mémoriser un trajet en l’effectuant qu’une seule fois, cet assistant médical d’un nouveau genre a déjà parcouru des centaines de kilomètres dans les couloirs de l’hôpital de Nyon. d’améliorer les capacités de Spot pour épauler encore davantage le personnel soignant, en dotant le robot de différents outils de mesure (température, rythmes respiratoire et cardiaque, taux d’oxygène dans le sang). Le quadrupède de Boston Dynamics n’est pas le premier robot utilisé pour aider le personnel soignant depuis le début de la crise épidémique. Aux Etats-Unis, un robot a d’ailleurs été impliqué pour traiter le tout premier malade du Covid-19 diagnostiqué sur le territoire. Le Guardian rapportait fin janvier que ce patient avait été placé en observation et surveillé par un robot équipé d’un stéthoscope et d’un écran pour communiquer. Plusieurs types de robots infirmiers testés, notamment à l’hôpital de Nyon Au-delà des exemples liés à la crise actuelle, la présence dans les hôpitaux de robots accomplissant des tâches infirmières se développe. En Suisse romande aussi. A l’hôpital de Nyon, un robot-armoire sur roulettes fourni par La Poste Suisse transporte de façon autonome des échantillons de laboratoire. Aux Etats-Unis, le robot Moxi a été imaginé pour assister les infirmières dans leurs tâches automatisables et non liées aux interactions avec les patients. Fabriqué par Diligent Robotics, qui vient de lever 10 millions de dollars, Moxi s’occupe par exemple d’apporter les fournitures de lit dans les chambres des patients, ou encore du transport des échantillons de laboratoire, à l’instar de son confrère de l’hôpital de Nyon. Aux Etats-Unis toujours, dans le New Jersey, des chercheurs ont récemment testé avec succès un robot spécialisé dans le prélèvement sanguin. Guidé par ultrason, il sait trouver la veine, la perforer avec une aiguille et faire la prise de sang. Ce système serait même plus efficace que le personnel soignant. Historiquement à l’avant-garde sur le marché des assistants robotisés, le Japon a décidé de faire face à une pénurie d’infirmières à l’aide d’un robot de taille humaine et au look de nounours. Baptisé Robear, il est en mesure de sortir les patients du lit et de les mettre dans un fauteuil roulant. mai - juin 2020 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

innovations 13 Makers et imprimeurs 3D mobilisés contre la pandémie ych. Depuis le début de la crise pandémique, les «makers» du monde entier se sont mobilisés pour contribuer à lutter contre la pénurie de matériel médical. Un mouvement qui a inspiré la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève (HEPIA). Les HUG souhaitaient disposer rapidement de respirateurs de fortune. Dans l’esprit FabLab, professeurs et assistants de l’HEPIA, en collaboration avec la start-up Angara Technology (de l’incubateur Pulse de la HES-SO Genève), sont parvenus à répondre à la demande. En quelques jours, ils ont élaboré les architectures électroniques et mécaniques. Un prototype a ensuite été fabriqué dans les locaux de l’HEPIA, en se basant sur un mécanisme motorisé agrémenté de pressoirs en partie conçus à l’aide de l’impression 3D, a confié à la rédaction Nicola Giandomenico, professeur HES associé enseignant à l’HEPIA et responsable du projet. Un microcontrôleur de type Arduino a été programmé pour le monitoring des patients. Le prototype testé avec succès n’a pas donné lieu à la production de plusieurs modèles, les HUG disposant finalement de suffisamment de respirateurs. Les «makers» valaisans créent des visières de protection En Valais, la communauté des «makers» a été sollicitée pour concevoir rapidement des protections destinées au personnel soignant. Début avril, la fondation de soutien à l’innovation The Ark et le FabLab Sion ont en effet lancé un appel à toutes les personnes disposant d’une imprimante 3D, afin de produire une centaine de serre-têtes servant à concevoir des visières intégrales. «L’avantage de ces visières est qu’elles protègent l’ensemble du visage, sans altérer la respiration ou créer de buée», a expliqué Pierre Turini, directeur de l’Institut Central des Hôpitaux valaisans. Les prototypes avaient été testés au préalable à l’Hôpital du Valais. La centaine de masques conçu à l’aide de l‘impression 3D avaient pour objectif de tester les prototypes à plus large échelle. HP mobilise ses partenaires La mobilisation des «makers» pour lutter contre le Covid-19 s’est vérifiée un peu partout, notamment en Italie où une start-up a conçu des valves imprimées en 3D qui transforment des masques de plongée bon marché en masques de ventilation. Le fabricant HP a de son côté mobilisé ses partenaires dans l’impression 3D, pour fournir aux hôpitaux des pièces telles que des masques faciaux. Les fichiers des designs sont téléchargeables gratuitement sur un site dédié. Des partenaires de HP ont conçu des designs d’impression 3D pour des masques de protection. Publicité HELP US TO ORGANISE THE SKY Make your career take off with skyguide Skyguide is recruiting in all sectors Plus d'informations: skyguide.ch/career – work@skyguide.ch with you, all the way. www.ictjournal.ch © netzmedien ag P. ex. comme contrôleur-euse de la circulation aérienne dipl. ES skyguide.ch/futur mai - juin 2020