Views
11 months ago

ICTjournal mai 2020

  • Text
  • Ainsi
  • Collaborateurs
  • Netzmedien
  • Solutions
  • Entreprises
  • Juin
  • Suisse
  • Applications
  • Crise
  • Travail

32 salaires Quels

32 salaires Quels salaires pour quels métiers IT en Suisse? L’Office de l'économie et du travail du canton de Zurich a publié l’édition 2020 de sa liste de salaires mensuels moyens pour les métiers IT en Suisse. Découvrez qui gagne le plus ou le moins en fonction de l'expérience et de l’âge dans 13 professions. Yannick Chavanne Les architectes IT expérimentés sont les professionnels informatiques les mieux payés en Suisse, comme en 2018, selon l’édition 2020 du «Lohnbuch Schweiz». Publié à un rythme annuel par l’Office de l'économie et du travail du canton de Zurich, ce livre des salaires se base sur les chiffres des conventions collectives de travail ainsi que sur les recommandations des associations professionnelles et patronales suisses. Derrière les architectes IT, les métiers les mieux payés de notre sélection sont les consultants IT et les chefs de projet (toutes générations et niveaux d’expérience confondus). Dans cette catégorie, ce sont les techniciens support qui gagnent le moins. C’est aussi le cas chez les informaticiens en début de carrière. Parmi ces derniers, les data scientists se profilent comme les mieux lotis. Au sein d’une même profession, l’écart salarial le moins élevé s'observe chez les architectes UX. Tandis que la différence de rémunérations des Business Analysts est la plus marquée. SALAIRES IT 2020 EN SUISSE Découvrez les salaires bruts mensuels moyens 2020 (en CHF) des métiers IT en Suisse. Pour chaque profession sont indiquées les rémunérations des jeunes sans expérience et des collaborateurs les plus âgés de niveau senior. Junior Architecte IT Consultant IT Chef de projet Business Analyst Spécialiste informatique de gestion 6258 11329 6400 10637 6377 10385 4850 10372 5611 10232 Senior Image: by freepik / freepik.com Data scientist Développeur applicatif Administrateur système Administrateur réseau Administrateur de base de données 6600 10188 5154 10077 5000 9657 5654 9654 5425 9539 Collaborateur helpdesk Architecte UX Technicien de support 4901 9506 6100 9172 4763 7931 0 2000 4000 6000 8000 10 000 12 000 Source: Lohnbuch Schweiz 2020 Juin 2020 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

en collaboration avec xxxxxxx Thema DOSSIER33 Image: D3Damon / iStock Dossier Cloud Access Security Broker en collaboration avec BOLL Cybersécurité dans le cloud osc. C’est l’une des promesses publicitaires les plus fréquemment entendues de la part des hyperscalers. Les grands fournisseurs de cloud public comme Amazon Web Services, Microsoft ou Google ne se lassent pas de souligner à quel point leurs plateformes sont sécurisées. Et à première vue, cela semble vrai. Les entreprises américaines emploient des légions d’informaticiens pour assurer la cybersécurité d’Azure, GCP, etc. Une petite entreprise ne peut pas rivaliser avec un tel dispositif. Mais un regard plus attentif révèle que la sécurité dans les environnements cloud n’est pas du tout une évidence. Si les plateformes et l’infrastructure peuvent être sécurisées par le fournisseur, les dangers se cachent dans les détails. Aujourd’hui, de nombreuses applications cloud fonctionnent en parallèle dans l’entreprise, parfois sans que le département IT ne soit au courant. Les applications sont exploitées en mode as-a-Service, et les employés accèdent aux données de l’organisation sur le chemin du travail ou en home office. Tout cela doit être sécurisé et conforme aux règles de protection des données. Les fournisseurs de services cloud ne fournissent que la base, ce qui s’y passe relève de la responsabilité du client. Comment garantir dès lors la sécurité au niveau de l’utilisateur? Dans les pages qui suivent, Joachim Walter, directeur général de BOLL, présente une approche prévue à cet effet: le «Cloud Access Security Broker» (CASB). Ces solutions opèrent entre les terminaux d’une organisation et le cloud, et assument en quelque sorte une fonction de gardien des applications et des données. Joachim Walter explique les fonctionnalités du CASB, la manière dont l’utilisateur peut les mettre en œuvre, et en donne un exemple en interview. www.ictjournal.ch © netzmedien ag mai – juin 2020