Views
1 year ago

ICTjournal octobre - novembre 2020

PUBLIREPORTAGE GLOBAZ SA

PUBLIREPORTAGE GLOBAZ SA certifie la qualité de développement de ses applications Les domaines techniques et industriels intègrent depuis de nombreuses années la validation de leurs produits par des certifications délivrées par des organismes indépendants. L’objectif de ces certifications est de valoriser la qualité de leurs produits à destination du marché. GLOBAZ, en tant qu’éditeur logiciel, a intégré cette démarche dans le processus de construction de ses applications. En 2017, GLOBAZ a entamé, sous mandat de l’Association GILAI qui regroupe l’informatique des Offices de l’assurance-invalidité (AI) de dix-neuf cantons suisses et du Liechtenstein, la réalisation du renouvellement de leur application métier, permettant la gestion complète de l’assurance AI. Pour relever ce défi, GLOBAZ et l’Association GILAI ont uni leurs forces dans une démarche agile de co-construction de produit IT. Parmi les objectifs identifiés du projet, l’un d’eux concernait la qualité de la solution permettant une maintenance efficiente et pérenne. Pour y répondre, GLOBAZ s’est engagée, à la demande de son mandant, et en partenariat avec une société habilitée à attribuer ce certificat, dans une démarche de certification nommée TÜViT Trusted Product Maintainability, dont une des missions est la validation de la qualité et de la maintenabilité d’applications de gestion. Pourquoi certifier une application ? L’évaluation de la qualité non fonctionnelle d’une application peut être ardue pour un client. Cette démarche innovante pour des applications de gestion, fait appel à un organisme indépendant qui assure le respect d’un cahier des charges spécifique et relève ainsi d’une expertise standardisée de la qualité d’une solution. Cette certification assure au client que le produit délivré a été construit en se reposant sur les meilleures pratiques de développement et d’architecture et que la dette technique qui s’accumule naturellement dans un processus de construction, est suivie, mesurée et maîtrisée. La qualité comme objectif A la différence d’un audit standard, où une analyse est effectuée principalement en fin de développement avec comme résultat un livrable identifiant des points d’amélioration, cette certification s’intègre tout au long des étapes du cycle de la construction d’un produit IT. De plus, elle implique les équipes de réalisation dans une démarche d’amélioration continue. Le processus amenant à la certification est organisé en étapes itératives. Le code source de l’application en développement est régulièrement analysé par un système de traitement propriété de Software Improvement Group (SIG). L’équipe de réalisation a accès en tout temps à un tableau de bord consolidant toutes les informations permettant d’identifier le niveau de la qualité par critère ainsi que les potentielles améliorations à adresser. A l’issue des analyses, des rapports réguliers sont fournis par des sociétés partenaires de l’entreprise SIG afin d’assurer un suivi et de guider le projet vers la réussite de la certification de l’application. Si le produit, finalisé pour la mise en production, répond aux normes et exigences imposées par l’organisme TÜV, la certification est alors octroyée. Une certification reconnue Cette certification, propriété de l’organisme allemand indépendant de contrôle technique TÜV, connu notamment dans les domaines de l’automobile et de l’industrie, est délivrée depuis 2012 par l’entreprise SIG à Amsterdam qui est la seule organisation accréditée par TÜV pour l’évaluation de la qualité d’applications. Cette certification s’appuie sur les standards internationaux ISO/IEC 25010:2011 et évalue la qualité du code source d’un logiciel en la comparant à une base de données de plus de 25 milliards de lignes de codes, provenant de plus de 4’000 applications développées dans le monde selon différents critères : compréhension du code, adaptabilité, testabilité, modularité et réutilisabilité. Apprendre pour intégrer dans nos futurs développements La qualité d’un produit est un enjeu important dans un contexte où les entreprises cherchent à obtenir des solutions répondant aux besoins des utilisateurs, tout en maîtrisant les coûts de construction et de maintenance. Une démarche de certification d’une application apporte également un cadre aux équipes de réalisation qui peuvent s’appuyer sur des concepts et des lignes directrices clairs concernant les attentes en termes de résultat au niveau de la qualité non fonctionnelle. C’est pour ces raisons que GLOBAZ et l’Association GILAI ont réussi à faire certifier avec succès leur nouvelle solution Web@AI 3.0 à destination des Offices AI. Celle-ci entrera en production dès la fin de cette année. Cette certification est une valeur ajoutée importante pour tous les Offices de l’assurance-invalidité travaillant avec la solution logicielle de l’Association GILAI. L’apprentissage que nous a offert le cheminement vers cette certification est un gain indéniable pour nos clients actuels et futurs et servira de référence à nos équipes dans leurs futurs développements d’applications. GLOBAZ SA Sous-la-Velle 6 2340 Le Noirmont Tél: +41 32 957 60 00 info@globaz.ch www.globaz.ch GILAI (l’informatique des Offices AI) Rue des Moulins 18 1800 Vevey Tél : +41 21 923 09 70 www.gilai.ch

événement gouvernance des données 13 Les métiers: l’alpha et l’omega de la gouvernance des données Quelles sont les recettes d’une gouvernance des données efficace? Lors d’un événement organisé par Synotis, responsables et spécialistes data ont partagé leurs expériences et recommandations sur ce chantier indispensable à l’entreprise data-driven. Rodolphe Koller Chief Data Officers, entreprises data-driven, data-as-a-product, data assets, etc. La donnée est au coeur des stratégies numériques est naturellement au centre de l’attention des organisations. A condition toutefois que les professionnels puissent avoir accès à des données riches et de qualité…. ce qui passe par la gouvernance des données. On ne s’étonnera donc pas que de nombreux décideurs se soient accommodés des mesures de distanciation pour assister à la matinée «en présentiel» que Synotis organisait le 29 septembre à Genève autour du thème «Les clés d’une gouvernance des données efficace», en partenariat avec ICTjournal. En préambule aux interventions, Robert Bounheng, cofondateur de Synotis, a expliqué comment sa société spécialisée dans la gestion des data a elle aussi été amenée à développer son offre et ses compétences en matière de gouvernance de données. Synotis a d’ailleurs documenté son approche et ses conseils dans un livre blanc qu’elle présentait en primeur lors de l’événement. Data owners, culture, storytelling et quick wins Pour être au plus près de la réalité des entreprises, la matinée a démarré par une table ronde réunissant des responsables en pleine prise avec le sujet de la gouvernance des données: Assia Garbinato, Chief Data Officer de Romande Energie, Alain Rod, Head of Business Applications chez ECA, et Vincent Teyssier, Data Architect également chez ECA. Accompagnés de Laurent Carlot et de Yoan Boulinguez, tous deux experts du domaine chez Synotis, les intervenants ont partagé expérience et conseils pour la mise en oeuvre d’une gouvernance des données. Parmi les multiples thèmes abordés, les intervenants ont insisté sur le rôle des métiers, à la fois sources des data, principaux consommateurs et cheville ouvrière de la gouvernance avec notamment les rôles de data owners, qu’il s’agit de bien choisir et d’accompagner. Ils ont également souligné l’importance d’une culture de la data à la fois moyen et visée de la gouvernance des données. L’établissement d’une gouvernance reposant sur l’adhésion et l’effort collectif, ils ont aussi recommandé de savoir manier non seulement le bâton – les problèmes de qualité par exemple – mais aussi la carotte, avec un storytelling valorisant l’existant et explicitant les bénéfices de la démarche. Pour embarquer les métiers, il faut aussi être pragmatiques et opportunistes, ont conseillé les intervenants: chercher les quick wins, prioriser intelligemment les cas d’usage et démontrer le retour sur investissement des projets réalisés. Des logiciels pour la gouvernance des données S’il a beaucoup été question des métiers, les technologies ont aussi eu leur espace lors de la matinée. Suite à la table ronde, Synotis a convié trois éditeurs à présenter leurs outils supportant les démarches de gouvernance de la donnée. Denodo a décrit comment sa plateforme de virtualisation des données permet d’exploiter les données sans avoir à remplacer les systèmes existants. En créant une couche d’abstraction, la solution permet de présenter les données issues de systèmes de stockage hétérogènes pour qu’elles soient exploitées par des outils tout aussi variés dans la gestion de la qualité, la data science, le machine learning ou la visualisation. La firme vient d’ailleurs de lancer la version 8.0 de sa plateforme avec davantage d’intégration et d’automatisation. Spécialiste de la gestion de la data, de sa collecte à sa valorisation, Talend a centré sa présentation sur le Trust Score, un indicateur de la fiabilité de la donnée. Basé sur des critères tels que la qualité, l’usage ou la complétude d’une donnée, l’indicateur a pour objectif de mesurer si une donnée et fiable et d’orienter sur les actions permettant de l’améliorer. La matinée s’est terminée par la présentation de la start-up lyonnaise Datagalaxy. Focalisé sur l’emploi de la donnée par les métiers, l’outil de la jeune pousse permet de documenter la filiation et l’usage des données, mais aussi de développer des dictionnaires et autres glossaires permettant de relier les divers termes employés par les métiers et systèmes pour parler d’une seule et même donnée. Après les présentations, intervenants et participants se sont retrouvés pour déjeuner. Entre questions de mise en œuvre de la gouvernance des données et solutions informatiques, gageons que les sujets de conversation n’ont pas manqué… Les intervenants ont souligné l’importance d’une culture de la data à la fois moyen et visée de la gouvernance des données. www.ictjournal.ch © netzmedien ag octobrenovembre 2020