Views
3 years ago

ICTjournal septembre 2018

  • Text
  • Suisse
  • Septembre
  • Entreprises
  • Solutions
  • Gestion
  • Netzmedien
  • Ainsi
  • Plateforme
  • Travail
  • Faire
  • Ictjournal
  • Www.netzmedien.ch

PUBLIREPORTAGE Miser sur

PUBLIREPORTAGE Miser sur le VoIP dès le début Quand on crée une start-up, on a beaucoup à faire. Il faut donc une connexion avec le monde extérieur via Internet et la téléphonie. De nos jours, ces deux choses vont de pair. À partir de fin 2017, il n’y aura plus de téléphonie analogique. Une start-up doit donc miser dès le début sur des technologies d’avenir. Si l’on voyage beaucoup, alors la téléphonie mobile est indispensable. «Si l’on a un lieu de travail fixe, comme un horticulteur, une boulangerie, un cabinet de médecins ou d’avocats, alors on recommande de nos jours une solution VoIP qui fonctionnera aussi à l’avenir», explique Josef Furger, Senior Product Manager B2B de UPC Suisse Sàrl. Le VoIP (Voice over Internet Protocol) n’est pas une nouvelle technologie. Elle existe en effet depuis de nombreuses années et les opérateurs peuvent garantir aujourd’hui un fonctionnement impeccable avec une communication de haute qualité et une grande fiabilité. «La langue parlée est soumise à une contrainte de temps, souligne Furger. Il s’agit d’une communication continue qui ne tolère aucun délai. Si le téléchargement d’un site ou d’un mail est interrompu brièvement, cela passe presque inaperçu. Lors d’une conversation, c’est extrêmement dérangeant. Avec le VoIP, il n’existe plus de hiérarchisation de la téléphonie dans le réseau et grâce à la largeur de bande actuelle, la téléphonie n’est plus compromise.» Fiabilité et sécurité L’Internet et la téléphonie peuvent être séparés de nos jours. Certains clients souhaitent cela pour des raisons de sécurité. «La téléphonie IP fonctionne bien sûr avec Internet, et qui souhaite être écouté via Internet, remarque Furger. En particulier dans le domaine des finances, il existe des directives très strictes en ce qui concerne la confidentialité des données. De nos jours, il est très facile de mettre un «mur» entre le trafic Internet public et une connexion IP dédiée spécialement à la téléphonie. En outre, on peut coder la communication si on le souhaite.» Pour les grandes et petites entreprises ou celles qui souhaitent le devenir Chez UPC, il existe une large gamme de solutions et de produits. La bonne sélection dépend des exigences de la start-up et la direction vers laquelle elle souhaite se diriger. Les solutions s’adaptent, que l’entreprise grandisse ou devienne plus petite. Une fois que le VoIP est installé, la base pour de nouveaux développements est posée. Tout ce qu’il faut ce sont des terminaux adéquats et un raccordement Internet. Il n’y a pas besoin de raccordement de fibre optique. «Le bon raccordement dépend beaucoup de l’endroit du site, explique Furger. Selon le site et les besoins du client, il existe diverses solutions adéquates. Il faut mettre les schémas de côté et chercher des solutions individuelles optimales. Il est important d’avoir posé les bons jalons pour l’avenir. Les entreprises qui souhaitent s’agrandir doivent avoir une solution dont la performance peut vraiment se développer.» ·· Informations sur: www.upc.ch/fr/business/produits/telephone/voip upc Suisse Sàrl Richtiplatz 5 8304 Wallisellen, Schweiz www.upc.ch Contact: Regina Jantschik, B2B Marketing, Strategy & Business Deployment

actuel hardware 15 Progression rapide de Huawei en Suisse et dans le monde Huawei est passé devant Apple sur le marché mondial des smartphones et annonce avoir doublé son chiffre d'affaires sur le marché B2C en Suisse. Le fabricant chinois projette en outre d’ouvrir des centres de R&D à Lausanne et à Zurich. Yannick Chavanne La croissance de Huawei est en marche, dans le monde et en Suisse. Selon les derniers chiffres du cabinet IDC, le fabricant chinois vient de passer devant Apple et se positionne désormais à la deuxième place sur un marché global des smartphones en stagnation. Entre les seconds trimestres 2017 et 2018, le nombre d’unités écoulées par Huawei a bondi de 40,9%, tandis que dans le même temps les ventes d’iPhone ont stagné et celles de smartphones Samsung ont chuté. La marque sud-coréenne est toutefois toujours leader sur ce segment avec 20.9% des parts de marché. Pas loin derrière, Huawei détient aujourd’hui près de 15,8% des parts de marché, contre 11% il y a un an. « La croissance continue de Huawei est pour le moins impressionnante, de même que sa capacité à pénétrer des marchés où, jusqu’à récemment, la marque était largement inconnue», déclare Ryan Reith, analyste chez IDC. Sur le marché mondial en déclin des tablettes, Huawei a consolidé sa troisième position avec 10,3% des parts de marché, derrière Apple (34,9%) et Samsung (15,1%). Revenus doublés en Suisse En Suisse, Huawei annonce avoir doublé son chiffre d'affaires au premier semestre 2018 sur le marché B2C, par rapport à la même période l'an dernier. Une croissance qui représente environ 30% d'unités supplémentaires écoulées, qu’il s’agisse de smartphones, de laptops et convertibles, ou de wearables, modem et routeurs. Huawei Suisse a également enregistré une forte croissance sur le marché B2B (unités d’affaires Carrier et Enterprise), avec une augmentation des revenus de plus de 35% au cours du premier semestre. Dans une interview accordée à nos collègues de CEtoday, Daniel Meier, responsable du Consumer Business Group de Huawei en Suisse, explique que le fabricant doit notamment sa progression à l’accueil favorable du smartphone P20 Pro. Les autres produits B2C seraient également en progression. Centres R&D à Lausanne et Zurich Huawei compte en outre investir de façon significative en Suisse pour sa R&D. Le fabricant chinois a en effet le projet d’ouvrir deux centres de recherche et développement, à Lausanne et à Zurich. Une information partagée par le CEO de Huawei, Eric Xu, dans une interview accordée à Schweiz am Wochenende. L’hebdomadaire alémanique a obtenu ces informations dans le cadre de la visite récente de la conseillère fédérale Doris Leuthard à Shenzhen, où Huawei possède son siège mondial. Le CEO a précisé opter pour Zurich et Lausanne en raison de la proximité des écoles polytechniques. Ces investissements massifs iront en outre de pair avec des embauches, dont l’ampleur n’est en revanche pas connue. Craintes d’espionnage Selon Schweiz am Wochenende, les centres de recherche suisses de Huawei seront dédiés à la ville intelligente («smart city»). Un domaine qui n’inclut pas que le monitoring et la mise en réseau, mais aussi la surveillance des villes. Certains membres de la délégation de Doris Leuthard ont de ce fait exprimé leurs préoccupations, selon l’hebdomadaire, entre autres à cause de craintes d’espionnage via le matériel Huawei. «Nous serons à l'avant-garde dans le domaine de la 5G.» Daniel Meier, responsable Consumer Business Group, Huawei Suisse Le smartphone P20 Pro a contribué aux bons résultats de son fabricant Huawei. www.ictjournal.ch © netzmedien ag Septembre 2018