ICTjournal septembre 2018

  • Suisse
  • Septembre
  • Entreprises
  • Solutions
  • Gestion
  • Netzmedien
  • Ainsi
  • Plateforme
  • Travail
  • Faire
  • Ictjournal
  • Www.netzmedien.ch

28 open source

28 open source infographie L’open source a la cote en Suisse L’utilisation des logiciels open source augmente en Suisse. En particulier dans le domaine du développement de logiciels et des approches DevOps. Pour leurs solutions de gestion commerciale et de marketing, les entreprises privilégient des logiciels propriétaires. Yannick Chavanne DANS QUELS DOMAINES VOTRE ORGANISATION UTILISE-T-ELLE OU PRÉVOIT-ELLE D’UTILISER DES LOGICIELS LIBRES? (EN %) Langages de programmation (JavaScript, Python, Ruby, Java, PHP, etc.) Serveurs web (Apache httpd, Lighttpd, Nginx, etc.) OS pour serveurs (Debian GNU/Linux, SUSE, Red Hat, etc.) Bases de données (MariaDB, PostgreSQL, Hadoop, etc.) Sécurité, Chiffrement (ClamAV, GPG, OpenSSH, OpenVPN, etc.) Composants logiciels (Angular, NodeJS, Spring, Git, etc.) CMS/DMS (TYPO3, Drupal, WordPress, Alfresco, etc.) Applications bureautiques (Firefox, LibreOffice, GIMP, etc.) Cloud Computing, Virtualisation (Docker, Kubernetes, OpenStack, etc.) Serveurs d’applications (Liferay, JBoss, Tomcat, Zope, GlassFish, etc.) Surveillance système (OpenNMS, Nagios, etc.) Moteurs de recherche interne (Elasticsearch, Apache Lucene, Solr, etc.) Applications métiers (Applications open source spécifiques à l’industrie) 2018 2012 78.9 56.9 71.4 56.4 70.9 50.5 62.9 56.9 62.9 36.1 62.0 37.6 60.1 43.6 56.3 35.6 55.9 24.3 55.4 49.5 44.6 36.1 44.6 24.8 42.7 Publiée par l’Université de Berne, l’édition 2018 de l’étude sur l’open source montre que l’utilisation des logiciels libres a continué d’augmenter au cours des trois dernières années en Suisse. Une tendance surtout due à l’adoption de solutions et d’outils open source au niveau de l’IT des entreprises, ces dernières ayant encore largement recours à des CRM, ERP ou logiciels d’e-commerce propriétaires. Composants et frameworks open source sont surtout utilisés de manière intensive dans le domaine du développement de logiciels. Les entreprises helvétiques font en effet de plus en plus appel aux langages de programmation libres, Javascript, Java et PHP en tête. Le recours aux serveurs web, OS pour serveurs et bases de données open source est aussi très fréquent. Côté base de données, la plus utilisée reste MySQL avec plus de 80% de part de marché, alors que celle de MariaDB a bondi à 44%, se positionnant derrière PostgreSQL et devant MongoDB. Concernant les OS pour serveurs, le trio de tête des solutions les plus utilisées se compose d’Ubuntu, Red Hat et Debian. DevOps, Automatisation IT (Ansible, SaltStack, Puppet, etc.) SOA, Services Web, Moteurs de règles (Sopera, WSS4J, CLIPS, etc.) Stockage dans le cloud (Nextcloud, OwnCloud, Seafile, etc.) Système d’exploitation PC (Ubuntu, SUSE, Fedora, etc.) Gestion des identités et des accès (OpenLDAP, Keycloack, OpenIDM, etc.) Business Analytics (JasperReports, Pentaho, BIRT, MetaBase, etc.) Téléphonie, VoIP (Asterisk, OpenPBX, SIPFoundry, etc.) E-learning (Moodle, ILIAS, OLAT, etc.) Business Process, Gestion du workflow (OTRS, jBPM, iTop, etc.) E-commerce (Magento, osCommerce, OpenCart, etc.) Gestion des données, ETL (Talend, KETTLE, etc.) CRM (SugarCRM, vTiger, etc.) Groupware (OpenXchange, Zimbra, Kolab, etc.) ERP, Comptabilité (Odoo, Adempiere, SQL-Ledger, etc.) Logiciels CAO (FreeCAD, LibreCAD, etc.) 32.4 20.0 31.0 28.6 18.0 28.2 20.8 24.4 18.8 22.1 14.4 20.7 17.3 20.2 18.3 16.4 14.4 13.6 6.4 11.7 14.4 11.7 15.8 8.0 4.7 4.7 39.9 L’étude de l’Université de Berne indique que l’open source est particulièrement présent dans des domaines de pointe tels que les outils DevOps, notamment pour la gestion des containers. Docker est par exemple utilisé par plus de huit firmes sur dix. Parmi les principales raisons d’adopter des solutions open source, les entreprises suisses mentionnent la prise en charge de normes ouvertes (interopérabilité), le fait que ces outils et composants sont largement supportés ou encore l’existence de vastes communautés pour l’échange de connaissances. A noter que dans cette édition 2018 de l’Open Source Studie Schweiz, l’échantillon de 243 participants se compose d’une majorité d’entreprises du domaine ICT et d’une large proportion de décideurs IT. Septembre 2018 www.ictjournal.ch © netzmedien ag

cloud 29 Image: Tombaky / Fotolia.com Les ERP, CRM, logiciels de gestion de la supply chain et le stockage reposent aujourd’hui le plus souvent sur des infrastructures onpremise. La donne va changer d’ici 2020. Vers toujours plus de workloads critiques sur les clouds publics Les données des entreprises suisses vont continuer de migrer vers le cloud public, selon une étude d’Interxion. Déjà fortement employé pour les outils RH, marketing et collaboratifs, les clouds publics vont héberger davantage d’ERP et de CRM. Yannick Chavanne Les entreprises suisses hébergent-elles leurs données et applications sur site, sur des serveurs en colocation ou sur le cloud public? Fournisseur hollandais de services de centre de données, Interxion a publié l’étude «Cloud-Trends 2020», à laquelle ont répondu 120 décideurs IT en Suisse, actifs au sein d’entreprises aux revenus annuels supérieurs à 250 millions de francs. L’étude donne un aperçu de la situation actuelle et montre aussi sur quelles infrastructures les entreprises souhaitent s’appuyer à l’horizon 2020. La moitié des firmes suisses auront adotpé le cloud public en 2020 Actuellement, près de la moitié des entreprises suisses hébergent leurs workloads sur site, cloud privé y compris. Un peu plus d’un tiers utilise déjà intensément le cloud public. Ces dernières privilégient les services d’un hyperscaler aux fournisseurs locaux. L’adoption du cloud public devrait encore progresser ces prochaines années et en 2020 plus de la moitié des entreprises y hébergeront leurs données, prédit l’étude. Tandis qu’un quart des firmes s’appuieront en 2020 sur des infrastructures on-premise. Employée aujourd’hui par 12% des entreprises, la colocation devrait convaincre 17% des firmes en 2020. Au tour des ERP de migrer sur des clouds publics Les ERP, CRM, logiciels de gestion de la supply chain et le stockage reposent aujourd’hui le plus souvent sur des infrastructures on-premise. D’ici 2020, ces charges de travail se répartiront en partie entre serveurs en colocation et cloud public. Aujourd’hui déjà fréquemment hébergées sur le cloud public, les solutions RH, de sauvegarde et d’automatisation du marketing le seront encore davantage en 2020. A noter que les solutions de colocation suscitent le plus d’intérêt pour les logiciels de base de données. En outre, près de la moitié des outils de gestion des ressources numériques (Digital Asset Management) actuellement on-premise devraient migrer sur le cloud public. Les solutions de gestion de projet, de collaboration, d’IT Service Managment, de développement/testing et de sécurité tournent déjà majoritairement sur le cloud. www.ictjournal.ch © netzmedien ag Septembre 2018